AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Editions Les Escales


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Editions Les Escales


Dernières critiques
Filouetmoi
  08 décembre 2022
L'immeuble de la rue Cavendish, tome 1 : Les manigances de Margaux de Caroline Kant
Les manigances de Margaux est le 1er tome de la saga et je suis ravie d’avoir découvert la plume de l’autrice.

C’est un chouette petit roman qui se lit tout seul et avec beaucoup de plaisir. On y fait la connaissance de Margaux qui emménage dans l’appartement que lui prête son oncle. Margaux va assez rapidement rencontrer ses nombreux voisins et certains liens vont se créer entre eux. Je ne vais pas tous vous les évoquer (je préfère vous laisser la surprise de la découverte) mais entre la concierge qui se mêle de tout, Alphonse qui perd complètement la boule, Lou qui s’invite régulièrement chez Margaux, l’immeuble ne manque pas d’animation (et c’est peu de le dire).

J’ai beaucoup aimé la solidarité entre les voisins, cette entraide et cette complicité. Vivre en communauté n'est pourtant pas toujours facile mais ces résidents sont vraiment très attachants.

C’est une chouette lecture détente mais qui aborde néanmoins des thèmes assez importants comme l’homosexualité, les relations amoureuses, la vieillesse et ses difficultés.

Je lirai le tome 2 avec grand plaisir et j’ai hâte de retrouver tous les habitants de l’immeuble.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
audelagandre
  08 décembre 2022
L'amour de ma vie de Rosie Walsh
Emma est océanographe, Léo, son mari journaliste spécialisé dans les nécrologies de célébrités. Ils forment ce qu’on appelle communément « un couple parfait ». Lorsque Léo doit rédiger la biographie de son épouse qui a ardemment combattu/ou est en train de combattre un cancer (chronologie des événements floue), les choses se corsent : il découvre des incohérences dans son histoire personnelle. Le doute s’installe. Léo se demande s’il connaît si bien « L’amour de sa vie ».



« Nous sommes mariés depuis sept ans, ensemble depuis bientôt dix, et je sais tout d’elle. » Peut-on être à ce point naïf ? Cette citation donne parfaitement le ton du roman. L’un croit tout ce qui lui a été dit, l’autre cache des secrets… Et à lire le drama avec lequel Rosie Walsh sous-entend la gravité de ces secrets, il est certain qu’Emma a au moins commis des crimes contre l’humanité et qu’elle mérite certainement la corde ! Les pires révélations nous attendent, accrochons-nous ! Pour appâter le chaland, certains chapitres se finissent avec des cliffhangers insipides du niveau d’une composition de classe de 6e. Les mystères s’accumulent, les sous-entendus aussi, et cela dure, des pages et des pages. C’est long, c’est ennuyeux, c’est répétitif. Ces mystères à la pelle finissent par devenir des évidences tant le lecteur s’attend à ce qui va suivre puisqu’il a déjà ordonné dans sa tête tout ce qui est susceptible d’être révélé. Mais attention ! La révélation finale scotche. Littéralement. Tout ça pour ça ? Quatre cent quarante-huit pages pour ça ? Est-on bien sérieux…



Si je devais classer « L’amour de sa vie » pour le ranger dans un rayon, je serais bien en peine. Romance ? Thriller domestique ? Suspense psychologique ? Roman contemporain ? À mélanger tous les genres, le lecteur ne sait plus très bien sur quel pied danser. Mais s’il n’y avait que ça… Non seulement la portée des secrets retombe comme un soufflet dès la révélation, mais les deux personnages principaux sont grotesques. On se croirait dans une mauvaise pièce de théâtre burlesque tant leurs réactions sont disproportionnées et absolument pas crédibles. À aucun moment, l’un se décide à aller voir l’autre (quitte à y aller avec une hache !) pour demander des explications ou le confronter. Les révélations en chaîne deviennent de plus en plus ridicules, Emma Léo ne suscitent que de l’agacement et l’envie furieuse de leur mettre une paire de claques. Je n’ai ressenti aucune émotion et aucune empathie pour leurs drames personnels qui n’en sont pas vraiment. Il faut dire que l’écriture, clinique, froide et détachée de Rosie Walsh ne permet pas l’attachement… à moins que cela ne soit dû à la traduction. Certaines phrases sont lourdes, malhabiles à cause des anglicismes, voire carrément nébuleuses. Je termine par cette citation que j’ai tournée et retournée dans ma tête sans en trouver le sens : « Je me suis rendue compte que pour survivre une minute de plus il faudrait que je sois morte. » ???


Lien : https://aude-bouquine.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fougere87
  08 décembre 2022
La fille de l'ogre de Catherine Bardon
Le destin de la fille de Trujillo , sinistre dictateur, est terrible.

Sa vie est entièrement soumise à la volonté d'un père qui ne l'aime pas parce qu'elle a une goutte de sang noir...comme lui. Quand elle tente de lui échapper c'est pour vivre une passion toxique avec un play -boy.

Ce roman m'a passionnée mais je n'ai pas réussi à éprouver de la sympathie pour cette victime

J'ai dévoré la saga des Déracinés et ce roman me parait un peu moins bon. L'auteure semble tomber un peu dans la facilité : certes le récit implique un effet de répétition mais j'ai trouvé beaucoup de redites.

Je le conseille toutefois : l'histoire est très intéressante et sort des sentiers battus. Pour ma part j'avais oublié la dictature sanguinaire de Trujillo.
Commenter  J’apprécie          20