AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.8/5 (sur 402 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Bari , 1974
Biographie :

Rosa Ventrella est une romancière.

Elle est diplômée d'histoire contemporaine à l'Université de Parme et titulaire d'un master management des établissements.

Elle a travaillé comme éditrice et journaliste et a animé des ateliers d'écriture créative au CPIA de Crémone (Centro Provinciale Istruzione Adulti della provincia di Cremona).

"Une famille comme il faut" ("Storia di una famiglia perbene", 2018), vendu dans 17 pays, est son troisième roman et le premier traduit en français. "La liberté au pied des oliviers" ("La Malalegna", 2019) est le second.

Elle vit à Crémone depuis plus de vingt ans.

son site : https://rosaventrella.jimdofree.com/
page Facebook : https://www.facebook.com/rosaventrellascrittrice/

Source : http://anneetarnaud.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Rosa Ventrella   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"La liberté au pied des oliviers" est sorti début juin, un an après "Une famille comme il faut", le premier livre de l'autrice à être traduit en français (disponible au format poche chez Pocket). . Laissez-vous envoûter par la belle Rosa Ventrella, qui nous parle de son livre dans sa langue natale ; en l'écoutant, on est déjà un peu en train de voyager...


Citations et extraits (105) Voir plus Ajouter une citation
La médisance était partout et poursuivait ma mère, qui devait l'esquiver à chaque pas : elle se glissait dans les ruelles, dans l'escalier en colimaçon tordu qui menait à la place, elle se cognait contre les bonbonnes d'huile devant « lu trappetu », le pressoir, elle entrait dans les yeux des ânes attelée aux charrettes de fruits, elle contaminait le vendeur de sardines, le boulanger, le vendeur de fruits et légumes, les commères sur le pas de leur porte...
Commenter  J’apprécie          190
J’avais honte, ma robe deux tailles trop grande – parce que c’était ainsi que me les cousait maman, pour qu’elles durent plusieurs saisons – encore collée à mon corps, mes pieds claquant dans mes sabots mouillés. J’avais mal au ventre, la nausée et le vertige rendaient chaque pas difficile et me brouillaient la vue. J’entendais cent abeilles bourdonner dans ma tête.
Commenter  J’apprécie          180
Dans la vie, j’ai appris que chaque perte est différente, même si les mots d’adieu se ressemblent tous et qu’aucun cœur n’est assez grand pour contenir tous les adieux.
Commenter  J’apprécie          170
Moi aussi, j'ai fait un effort j'ai sorti une vieille robe à fleurs qui me sert un peu, je me suis coiffée et j'ai mis des chaussures neuves. Sans véritable raison, en réalité. Peut-être que les amours terminées méritent encore une belle tenue. En le regardant, je ressens le vertige du saut dans le vide, comme quand, enfant, on rêve qu'on tombe dans un précipice sans fin et qu'on cherche désespérément une prise à laquelle s'agripper. À la différence d'un jouet cassé, pas de réparation possible pour l'amour.
C'est la triste fin d'une histoire, à fil ténu qui se coupe...
Commenter  J’apprécie          150
J'ai longtemps été convaincue de pouvoir tout supporter, à l'exception de la douleur de ma mère.
Commenter  J’apprécie          160
Je crois que si nous pouvions remonter à l'instant qui précède la perte d'un être cher, nous trouverions tous un mot à prononcer ou un geste pour alléger les regrets.
Commenter  J’apprécie          140
[...] mieux vaut être méprisé que méconnu.
Commenter  J’apprécie          140
On ne s'habitue pas à l'idée de perdre quelqu'un, on ne peut pas se préparer au choc, comme quand on ferme les yeux et qu'on attend que la seringue nous entre dans la chair. On peut seulement laisser la douleur nous traverser et espérer qu'elle ne lacère rien sur son passage.
Commenter  J’apprécie          121
- C'est comme ça, Mari', si tu lances un caillou à la mer tu le vois pas. Mais tous ensemble, au fond, regarde comme ils sont beaux, regarde comme ils brillent. Nous aussi, Mari', on est comme les cailloux dans la mer. On brille que quand on est les uns avec les autres.
Commenter  J’apprécie          120
Je riais aussi, sans bien comprendre pourquoi, mais j'aimais unir mon rire à celui de mes parents.
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Rosa Ventrella (485)Voir plus

Quiz Voir plus

Les pires ennemis dans les polars

Quel personnage récurrent, ennemi juré de Francis Blake et de Philip Mortimer, apparaît régulièrement dans les albums d'Edgar P. Jacobs ?

Zorglub
Olrik
Moriarty
Rastapopoulos
Hannibal Lecter
Le Comte Olaf
Le Joker
Fantômas
L'Ombre jaune
Fu Manchu
Docteur No
Edmond Furax

12 questions
235 lecteurs ont répondu
Thèmes : ennemi , méchants , anti-héros , monstre , savant fou , Enquêtes criminelles , enquêteurs , enquête policière , roman d'aventure , romans policiers et polars , justicierCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..