AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Nouvelles Editions Oswald

Les Nouvelles Éditions Oswald (NEO) sont une maison d`édition créée dans les années 1980, spécialisée dans la littérature populaire au sein de plusieurs collections, notamment dans le fantastique et le roman noir.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Nouvelles Editions Oswald



Dernières critiques
Kez
  07 octobre 2022
Le signe des Quatre (La marque des Quatre) de Arthur Conan Doyle
Le second livre oú Sherlock holmes et Watson travaillent ensemble.



Plus que l'enquête, un peu tirée par les cheveux, c'est la découverte des addictions de Sherlock Holmes (cocaïne et morphine) et le mariage de Watson qui sont intéressantes.



Pour le reste une description des indes avant la partition.



C'est un bon livre qui fleure bon le passé...
Commenter  J’apprécie          40
cyan
  06 octobre 2022
Le signe des Quatre (La marque des Quatre) de Arthur Conan Doyle
Mary Morstan, une jeune gouvernante qui n’a plus de famille, vient solliciter l’aide de Holmes: depuis plusieurs années, elle reçoit régulièrement des perles précieuses et son mystérieux correspondant demande à la rencontrer, lui proposant de venir au rendez-vous accompagnée, à condition que ce ne soit pas d’un policier.



J’ai lu ce livre en juillet et j’avoue que pour rédiger ce billet plus de deux mois plus tard, il a fallu que j’aille vérifier de quoi il parlait, parce que je n’avais pratiquement aucun souvenir de l’intrigue… Ce n’est pas très bon signe, vu que j’ai par contre un souvenir assez précis d’Une Etude en rouge, lu il y a plusieurs années, et du Chien des Baskerville, lu il y a encore plus longtemps. En consultant la fiche Wikipédia du roman, je suis moins surprise d’avoir été peu marquée par ma lecture: il semble que l’écriture de cette histoire ait été dans un but purement alimentaire, très rapide, par un Conan Doyle qui n’avait pas pensé reprendre les personnages d’Holmes et Watson. Ce qui expliquerait (toujours d’après Wiki) les quelques incohérences et raisonnements contestables qu’on rencontre dans le récit.



Honnêtement, je n’avais pas remarqué ces éléments au cours de ma lecture, les personnages ayant tellement été repris et modifiés sur tous les supports que je ne suis pas capable de remarquer ce genre de choses, n’étant pas une inconditionnelle de Holmes.



Ce qui m’a le plus intéressée dans le roman est finalement la description de l’addiction du personnage et la brève analyse psychologique qui est faite de cet aspect: Holmes s’ennuie et est déprimé de ne pouvoir utiliser ses talents, donc il se drogue pour combattre la routine assommante du quotidien.



Outre cet aspect, je me suis amusée des émois amoureux de Watson (tout comme je m’amuse du coeur d’artichaut de Hastings chez Agatha Christie) et j’ai apprécié la relation d’amitié qui lie celui-ci à Holmes.



Comme avec Une Etude en rouge, une partie du roman tient du récit d’aventures, non pas en Amérique comme précédemment, mais en Inde coloniale. Ce n’est pas forcément très réaliste, mais c’est plaisant à lire.



Une lecture distrayante sur le moment, mais pas très marquante pour moi. Je suis malgré tout contente d’avoir découvert ce classique du genre, c’est toujours intéressant de se pencher sur ces romans.
Lien : https://bienvenueducotedeche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
kellyCm
  05 octobre 2022
Le portrait du mal de Graham Masterton
Des manoirs, du macabre, des personnages abjects, c’est une histoire parfaite pour l’ambiance Halloweenesque !

Bon, même si cette histoire est considérée comme horrifique, je n’ai pas ressenti de la peur ou de l’effroi en tant que tel. Quoique le passage avec les asticots n’a pas été des plus agréables à lire. Le côté épouvante vient plutôt du fond de l’histoire. Cette histoire soulève le meurtre, la cruauté, la brutalité, l’immoralité et la noirceur de l’âme de certains personnages et c’est ce qui la rend horrible et épouvantable.

Sans surprise, l’histoire est inspirée de l’œuvre d’Oscar Wilde « Le portrait de Dorian Gray », que je n’ai pas encore eu la chance de lire (honte à moi). Même sans avoir lu ce classique, on se rend très vite compte que cette histoire en est inspirée : une famille Gray, des peintures, la peur du vieillissement et oh surprise, quelques clins d’œil à Oscar Wilde.

Je ne connaissais pas du tout, Graham Masterton, l’auteur. C’est dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge édition 2022 que je l’ai découvert. J’ai hâte de dévorer d’autres de ses œuvres.

J’ai bien aimé cette lecture, ça se lit assez bien et pour la période d’automne ou d’Halloween mais, pour le côté « grands frissons », on ne va pas se mentir, on a déjà vu mieux. Cependant, ce n’est ni un coup de cœur, ni une histoire que j’ai envie de relire.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10