AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Profile Books Ltd


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Manchec
  07 juillet 2021
Le Libraire de Wigtown de Shaun Bythell
Excellent roman passionnant et interressant sous forme d'un journal tenu quotidiennement par un libraire authentique qui rencontre pratiquement tous les jours au moins un client qui retient son attention... Très agréable à lire avec amusement et détente.
Commenter  J’apprécie          10
ivredelivres
  25 juin 2021
SPQR. Histoire de l'ancienne Rome. de Mary Beard
Pourquoi l'histoire de Rome, de son Sénat et de son Peuple continue d'avoir du sens pour nous ?

J'aime l'histoire antique, la civilisation romaine m'intéresse depuis longtemps.



Certains pensent que la civilisation romaine continue d'imprimer sa marque sur notre civilisation actuelle. Je suis de ceux-là, mais comment une petite ville insignifiante en est-elle venue à être une puissance qui aujourd'hui encore influence nos conceptions de la politique, de la justice, du pouvoir et de ses dérives, de la notion de citoyenneté ?



J'avais déjà lu à plusieurs reprises sur le sujet, en particulier le livre de Lucien Jerphagnon qui fut celui qui m'ouvrit les portes de cette histoire là.

Aujourd'hui il était temps de compléter ma vision, de remettre en cause mes à priori, bref d'élargir un peu mes connaissances Pour cela le livre de Mary Beard est parfait.



Elle fait le choix de ne pas embrasser toute l'histoire de Rome jusqu'à sa chute et son récit s'arrête avec l'empereur Caracalla en 212 av JC mais bien entendu elle commence avec le mythe, la légende de Romulus et Rémus et le temps de la royauté car il y eut des rois à Rome même si l'on a tendance à se focaliser sur les derniers empereurs.

Mary Beard part donc des premiers temps de la royauté et des conflits qui y sont attachés. Les fameux Gracques puis le temps de Cicéron et de la conjuration de Catilina qui apporta la célébrité à Cicéron.

A travers ces faits l'auteur rend compte de l'évolution de la ville, car avant d'être un empire, Rome fut une ville, de ses institutions chaotiques et incohérentes parfois.

On trouve là les mythes de cette histoire : le viol de Lucrèce qui n'eut jamais lieu, l'enlèvement des Sabines tout autant sujet à caution.



D'autres événements plus crédibles comme la chute des Tarquins et la fin de la tyrannie qui voit en même temps la naissance d'une notion qui devait connaitre un grand succès, la notion de libertas.



Mary Beard met en avant certains événements car ils ont fait l'objet de témoignages écrits, de traces archéologiques qui fait que « nous pouvons enquêter en chaussant, pour y voir de près et dans le détail, des lunettes contemporaines ».

Elle nous invite à prendre de la distance avec les faits qui faute de la moindre trace ne sont pas avérés.



A ce petit jeu de démystification certains personnages célèbres tombent un peu de leur piédestal, d'autres au contraire se voient offrir une absolution.

Cléopâtre et son aspic si romanesque, Marc-Aurèle si philosophe et si violent ! Hannibal et ses éléphants, la figure de Pompée.

Les Empereurs ne sont pas oubliés mais Mary Beard insiste beaucoup sur le fait que cette longue période qui va d'Auguste à Caracalla est somme toute la moins intéressante, les institutions ne bougent pas beaucoup, les détenteurs du pouvoir se succèdent souvent grâce au meurtre.



Voilà pour l'exercice de salubrité publique mais ce qui est le plus intéressant dans ce livre c'est le regard que Mary Beard porte sur des aspects de l'histoire romaine peu mis en avant habituellement.



La religion, le commerce, la place des femmes et des esclaves, les riches et les pauvres. L'évolution de la société, de la ville et de l'Empire

N'ayez crainte César ou Marc Antoine ne sont pas oubliés pas plus que Néron ou Tibère.



Malgré la masse de documents sur Auguste, l'auteur est toujours intriguée par les changements survenus chez cet homme, du jeune homme chétif et sournois à l'ambitieux forcené qui imprima sa marque aux 14 empereurs suivants.

J'ai lu quelques critiques reprochant à Mary Beard d'avoir interrompu son livre avant la Chute de Rome, cela ne m'a pas gêné car elle le clôt sur l'édit de l'empereur Caracalla offrant la citoyenneté romaine à tous les hommes libres de l'empire. Joli symbole non ?



Décidément les anglais ont un rare savoir faire pour ce genre de livre, j'ai aimé l'écriture, j'ai aimé le mélange d'admiration et de critiques.

J'ai apprécié l'ampleur du travail



« Depuis la Renaissance au moins, beaucoup de nos hypothèses les plus fondamentales sur le pouvoir, la citoyenneté, la responsabilité, la violence politique, l'empire, le luxe et la beauté ont été formés et testés, en dialogue avec les Romains et Leur écriture »



Un livre qui sans nul doute trouvera sa place dans les bibliothèques des amateurs à côté de celui d'Edward Gibbon.


Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JOLELECTEUR
  05 juin 2021
L’âge du capitalisme de surveillance de Shoshana Zuboff
Big brother existe : ils s'appelle Google,Amazon, Facebook, Apple ou Microsof. Il a pris le pouvoir sur nos vies. Là où nous imaginons que les géants de la tech se contentent d'incarner un visage du capitalisme parmi d'autres, reposant sur des développements technologiques reléguant les machines-outils de l'ère industrielle au rang de moulins à vent, Shoshana Zuboffy voit une forme inédite de pouvoir. Alors que personne ne se méfie, ils influences nos comportements, notre façon de penser. On passe du capitalisme industriel au capitalisme de surveillance qui collationne nos données (que nous leur livrons souvent contre l'un ou l'autre service) sans nous douter de ce qu'il en fait. le constat est terrible, nous sommes dépossédés de nous-mêmes avec, qui sait, un danger dans la ligne de mire. C'est effrayant de lire que nous sommes des moutons !
Commenter  J’apprécie          00