AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Casterman

Fondée en 1780 par Donat Casterman, la maison Casterman débute avec des publications religieuses et des ouvrages destinés à la jeunesse, puis intègre le monde de la bande dessinée dans les années 1930 en éditant les albums de Tintin. La production est sélective (moins de 100 nouveautés par an) mais fait office de référence dans le monde de la BD. Aujourd'hui, près d’une bande dessinée sur 7 vendues dans la francophonie est un album Casterman.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Casterman



Dernières parutions chez Casterman


Dernières critiques
lokipg
  18 février 2018
Le Hobbit de J. R. R. Tolkien
Bilbo le Hobbit est le premier roman de J. R. R. Tolkien, et la première pierre du formidable univers de la Terre du Milieu. L'histoire raconte comment Bilbo Baggins se retrouve, un peu malgré lui, embarqué dans une chasse au trésor en compagnie de treize nains et de Gandalf le magicien.



J'ai découvert Bilbo le Hobbit après avoir lu le Seigneur des Anneaux. Ma première surprise est venue de la traduction, qui n'était pas harmonisé. Ainsi mon cher Bilbon Sacquet(1) s'appelait Bilbo Baggins dans sa première aventure. C'est une dizaine de noms propres qui changent, mais on s'y habitue en fait très vite.



Ma seconde surprise est venu de l'ambiance même du roman, bien plus légère que sa suite. Bilbo le Hobbit est plus proche d'un conte de fée que sa suite. Ce n'est pas désagréable, loin de là. Le texte ne manque pas d'humour, sans tomber dans la comédie, et contient son lot de passages cultes. Le duel d'énigme dans le noir est de ces scènes qui restent gravées à jamais dans la mémoire du lecteur.



Je relis ce roman au moins une fois tous les trois ou quatre ans depuis que mes seize ans, avec toujours autant de plaisir. C'est une petite madeleine, un petit apéritif sucré, idéal pour me mettre en appétit avant d'enchainer sur son grand frère. Il fait partie de ces classiques qui ne vieilliront jamais.







(1) : J'ai appris tout récemment que Bilbon Sacquet est devenu Bilbo Bessac, dans une nouvelle traduction du Seigneur des Anneaux, de quoi ajouter à la confusion !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
marina53
  18 février 2018
Betty Boob de Véro Cazot
Deux corps endormis, allongés têtes bêches. Elle, les cheveux épars sur l'oreiller, un corps sensuel... Et des crabes qui, se rapprochant, finissent par recouvrir son corps, terminant par son sein gauche...

Dans cette chambre d'hôpital sinistre et froide, Elisabeth se réveille en sursaut. Elle enfile sa perruque et hurle de désespoir lorsqu'elle découvre que son sein gauche lui a été retiré. Elle a beau le chercher partout, sous le lit, dans les tiroirs de la commode, dans sa valise, derrière les rideaux de la chambre, elle ne le retrouve pas. Alarmée par tout ce raffut, l'infirmière tente de la calmer. En vain. C'est alors qu'entre en scène le médecin, le sein gauche de la jeune femme dans un bocal.

Pomponnée, vêtue d'une belle robe, Elisabeth, heureuse, se prépare à sortir enfin de l'hôpital. Mais c'est un compagnon tremblant, penaud, presque effaré à la vue du sein manquant, qui se présente à elle. Il ira même jusqu'à s'évanouir lorsqu'il verra le sein dans une belle boîte. De retour à la maison, la jeune femme veut reprendre une vie normale : un dîner aux chandelles, quelques pas de danse. Mais à l'heure du coucher, lui n'ose la regarder voire l'embrasser. Un premier coup dur pour la jeune femme d'autant que son employeur, n'appréciant guère cette nouvelle poitrine faussement et maladroitement remplie, va la licencier...



Comment se reconstruire après une ablation mammaire ? Comment ne pas avoir le sentiment d'avoir perdu une part de sa féminité ? Comment affronter les regards réprobateurs voire accusateurs ? Comment supporter le regard troublant et embarrassé de celui qui vous aime ? Betty Boob, elle, n'en a que faire des préjugés, des carcans de la mode, des qu'en dira-t-on. Suite à une course-poursuite rocambolesque après sa perruque, la jeune femme va faire une rencontre qui changera sa vie. Adieu Elisabeth, bonjour Betty Boob (traduisez par nichon en anglais). Partant d'un sujet grave à savoir le cancer puis l'ablation mammaire, Véronique Cazot emprunte un chemin de traverse et nous offre un album burlesque, fantasque, poétique et empli de vie. L'on suit le périple de Betty, de son lit d'hôpital à la scène, côtoyant moult personnages aussi touchants que décalés. Ce récit, sans paroles, sans phylactère, juste entrecoupé d'une page noire avec peu de dialogues, est magnifié par le dessin haut en couleurs de Julie Rocheleau. Un trait expressif, des planches colorées, des plans variés, des pleines pages poignantes...

Un récit émouvant, un hymne à la vie et à l'amour...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
clodermer
  17 février 2018
Lady Whisky de Joël Alessandra
Celui qui aime le whisky et l'Écosse ne peut qu'aimer cette bande dessinée, en tout cas c'est mon cas. L'histoire est un hommage à une femme passionnée de whisky mais c'est aussi un prétexte à une initiation à la richesse du whisky écossais, ses caractéristiques, sa fabrication et à une plongée dans la majestuosité des paysages écossais.

J'ai retrouvé le climat de l' Écosse dans les dessins de Joël Alessandra avec un grand plaisir. Les ambiances sont formidables. Les personnages sont parfois un peu sommaires à mon goût, mais ce n'est qu'un détail.

Je ne suis pas sûr que quelqu'un qui n'y connaît rien en whisky aura tout compris après la lecture de cet ouvrage, mais moi qui m'y connais un tout petit peu, j'ai savouré et j'ai eu envie d'en boire un bon en terminant ma lecture. À admirer donc et à savourer.
Commenter  J’apprécie          00