AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions Ateliers Henry Dougier


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Editions Ateliers Henry Dougier


Dernières critiques
MademoiselleMaeve
  18 octobre 2018
Au café d'Éole de Dimitris Stefanakis
En lisant la quatrième de couverture d’Au café d’Éole de Dimítris Stefanákis, j’ai tout de suite pensé à Code Quantum. Ça peut paraître un peu délirant d’associer un roman contemporain qui se situe dans une étonnant café dans lequel se côtoient des auteurs célèbres et leurs personnages et une série culte des années quatre-vingt-dix dans laquelle le scientifique Sam Beckett traverse les époques et se retrouve dans la peau de différentes personnes afin de rectifier l’histoire.



Délirant peut-être comme ça, mais si vous êtes comme moi un inconditionnel de Code Quantum et que vous avez vu le dernier épisode (rien que d’y penser, j’ai envie de pleurer), vous avez vous aussi fait le rapprochement. Dans ce dernier épisode chargé en émotion, Sam Beckett se retrouve lui dans un café, dans son propre corps et il y retrouve certains personnages croisés dans ses aventures. Il discute longuement avec le patron, sorte de personnage omniscient et divin. Je m’arrête ici, parce que cette chronique n’est pas sur cette série et son dernier épisode émouvant et que si j’en raconte plus, je vais sans doute fondre en larmes.



Dans Au café d’Éole, le narrateur vient chaque jour boire un café et lire et s’amuse de croiser des personnages de la littérature. Il discute aussi beaucoup avec Éole, le patron qui n’a pas l’air de s’émouvoir de l’étrangeté de sa clientèle.



Ce roman, plutôt court avec ses 140 pages, est à conseiller aux amoureux de la littérature classique. Si vous de connaissez pas le Colonel Chabert, Julien Sorel, Godot ; que Maupassant, Balzac et les sœurs Brontë ne vous parlent pas du tout, je ne pense pas que vous passerez un bon moment avec Au café d’Éole. En revanche, pour les autres… C’est amusant de tenter de se souvenir d’où sortent certains personnages, de les replacer dans leur contexte, ou encore de voir Balzac affublé d’un t-shirt Coca-Cola.



Je me suis aussi beaucoup interrogée sur notre narrateur, sur Éole aussi. Si chaque personnage est un personnage, quels personnages sont-ils ? (Vous me suivez ?) Cette interrogation ne m’a pas quittée et je ne suis pas certaine d’avoir une réponse.



Dimítris Stefanákis est né en Grèce. D’abord traducteur, il commence à être publié en 2000. Au café d’Éole est son onzième roman. Un titre à lire en terrasse de café de préférence, mais sans oublier de lever la tête pour observer ses voisins. On ne sait jamais…



Merci à Babelio et aux Ateliers Henry Dougier pour la découverte de ce roman.
Lien : https://mademoisellemaeve.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LesMissChocolatinebouquinent
  16 octobre 2018
Les chasseurs dans la neige de Jean-Yves Laurichesse
C’est avec beaucoup d’appréhension que j’ai débuté ce roman. Il faut que tu saches que je n’ai jamais été sensibilisée à l’art, à la peinture. Ni initiation, ni exploration de musées, rien. C’est triste et dommage. Je me sens obligée de faire ce petit aparté car je pense que le roman de Laurichesse ne peut pas toucher le lecteur de la même manière en fonction de l’expérience de ce dernier avec l’art.





Donc c’est sans idées préconçues, expériences euphoriques ou négatives que j’entame ce court roman. La couverture éveille ma curiosité poussée et assouvie par la recherche internet. Un tableau merveilleux, sombre, fiché dans ses couches de peintures s’ouvre à moi. J’observe, rien de transcendant donc je commence ma lecture.





Bruegel l’Ancien, méconnu et pourtant grand géni du XVIe siècle. Laurichesse conquit par cette œuvre (LES CHASSEURS DANS LA NEIGE) s’imprègne du personnage de ce mystérieux peintre et ainsi par sa voix en décrit la genèse de ce tableau. Petit village des Flandres, l’hiver rigoureux, des chasseurs, des chiens dont un te fixe, des corbeaux, un cochon grillé, des sportifs, des enfants, une vieille femme et son fagot de bois, une maison ravagée par les flammes et un ciel envoutant et aussi paisible que la mer. Les moindres petits détails prennent agréablement vie au cours de cette exploration. Les émotions qu’auraient pu ressentir le peintre assaillent le lecteur et le tout devient ainsi une merveilleuse aventure. Une description parfaite et intimiste de ces paysans, paysannes et chasseurs. Une vision sociétale parfait par des scènes minimalistes et d’un réalisme saisissant. Une figure féminine vient troubler le peintre, Maeke, qui part de sa générosité, son charisme, son intelligence et sa beauté l’inspireront.





Cette véritable première expérience a été pour moi une aventure merveilleuse. A la fois subjuguée par les mots et par un tableau qui s’est révélé peu à peu à moi. Prise ainsi dans une toile qui me parle enfin et où la vue et l’ouïe prennent un pouvoir mystique. Un envoutement loin de se défaire et qui peut être aura le mérite de m’ouvrir de nouveaux horizons.
Lien : https://lesmisschocolatinebo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ciena
  15 octobre 2018
Le temps d'une île de Thierry Clech
Il y a de nombreuses années, j’étais tombée, par hasard, sur un livre un peu étrange écrit par Julien Greene et qui s’appelait « Varouna ». C’était un recueil de nouvelles avec pour seul lien une amulette qui, une fois trouvée, changeait le destin des gens, en général pour le pire.



Je n’ai jamais retrouvé ce genre de livre jusqu’à ce que je tombe sur « Le temps d’un île », qui est aussi un recueil de nouvelles d’ailleurs.



L’histoire ? la nôtre depuis l’homme préhistorique aux temps futurs, avec pour lien une île mystérieuse, lien entre tous les personnages.



Je ne suis pas fan de nouvelles car j’ai besoin de m’attacher aux personnages et, la nouvelle est une version trop courte pour le faire. Cependant c’est aussi l’exercice d’écriture le plus difficile qui soit car il faut tout de même tenir le lecteur en haleine jusqu’au bout du livre !



Et ça, Thierry Clech le fait avec beaucoup de brio, servi en cela par une plume irréprochable et une certaine poésie.



Les humains vivent et meurent. L’histoire défile et le temps passe mais l’Ile, elle, reste majestueuse, inatteignable et témoin. Une pure merveille. J’aurais aimé plus d’histoires et surtout plus d’informations sur cette île qu’on soupçonne vraiment exister.



Un roman un jour peut-être ?
Lien : https://www.lesnouvellesplum..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00