AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Les Sept fous (15)

Sachenka
Sachenka   30 novembre 2016
Il vagabonda tout l'après-midi. Il avait besoin d'être seul, d'oublier les voix humaines, de se sentir aussi libre de ce qui l'entourait que peut l'être un étranger dans une ville où il a manqué le train.
Commenter  J’apprécie          230
Sachenka
Sachenka   30 novembre 2016
Les villes sont les cancers du monde. Elles anéantissent l'homme, elles en font un être lâche, sournois, envieux, et c'est l'envie qui impose ses droits sociaux, l'envie et la lâcheté.
Commenter  J’apprécie          210
Sachenka
Sachenka   02 décembre 2016
Le temps courait entre ses doigts paralysés par la réflexion.
Commenter  J’apprécie          200
Sachenka
Sachenka   04 décembre 2016
Oui, elle en avait fait, des rêves!
Certains jours elle avait imaginé une rencontre sensationnelle, un homme qui lui parlerait des forêts vierges et qui aurait un lion apprivoisé dans sa maison. Son étreinte serait infatigable, et elle, elle l'aimerait comme une esclave ; pour lui, elle trouverait du plaisir à s'épiler les aisselles et se peindre les seins. Avec lui, déguisée en garçon, elle parcourrait les ruines où dorment les scolopendres et les villages où les nègres installent leurs cabanes sur les fourches des arbres. Mais nulle part elle n'avait rencontré de lions : seulement des chiens pouilleux. Et les chevaliers les plus aventureux étaient des croisés de la fourchette et des mystiques de la marmite. Elle s'écarta avec écoeurement de ces vies stupides.
Commenter  J’apprécie          170
Sachenka
Sachenka   28 novembre 2016
- Tu crois peut-être que parce que je lis la Bible je suis une poire?
Commenter  J’apprécie          160
Sachenka
Sachenka   03 décembre 2016
- Évidemment, l"idéal serait d'éveiller chez beaucoup d'hommes cette férocité joviale et ingénue, il nous incombe d'inaugurer l'ère du Monstre Innocent. Tout se fera, n'en doutez point. C'est une question de temps et d'audace. Quand les gens se rendront compte que leur esprit est en train de se noyer dans les latrines de cette civilisation, ils changeront de cap avant de s'engloutir. Le problème, c'est que l'homme n'a pas encore compris que la lâcheté et le christianisme l'ont rendu malade.
Commenter  J’apprécie          150
Sachenka
Sachenka   01 décembre 2016
- Oui, il est nécessaire que le Christ vienne à nouveau. Les hommes les plus chiens, les cyniques les plus infects souffrent encore. Et, si lui ne vient pas, qui nous sauvera?
Commenter  J’apprécie          150
MarianneDesroziers
MarianneDesroziers   17 novembre 2010
Cette atmosphère de rêve et d'inquiétude qui le faisait circuler au milieu des jours comme un somnambule, Erdosain l'appelait la "zone de l'angoisse". Erdosain s'imaginait que ladite zone existait au-dessus des villes, à deux mètres de hauteur, et se la représentait graphiquement sous la forme de ces régions de salines et de déserts qui, sur les cartes, sont indiquées par des points ovales aussi gros que des oeufs de hareng.
Commenter  J’apprécie          60
5emedecouverture
5emedecouverture   18 octobre 2010
Je croyais que mon âme m’avait quitté pour jouir des beautés du monde, de la lumière de la lune sur la crête orange d’un nuage, et de la goutte de rosée qui tremble au-dessus d’une rose. Mais quand j’étais petit je croyais toujours que la vie me réservait un événement sublime et beau. Cependant, à mesure que j’examinais la vie des autres hommes, je découvrais qu’ils vivaient dans l’ennui, comme s’ils avaient habité un pays toujours pluvieux où les filets de la pluie leur laissaient au fond des pupilles des cloisons d’eau déformant leur vision des choses. Et je compris que les âmes s’agitaient sur la terre comme les poissons prisonniers dans un aquarium. De l’autre côté des vitres verdâtres, il y avait la belle vie chantante et très haute où tout aurait été différent, multiple et fort, et où les êtres nouveaux d’une création plus parfaite auraient bondi avec leurs beaux corps dans une atmosphère élastique. Alors je me disais : « C’est inutile, je dois fuir la terre. »
Commenter  J’apprécie          60
lehibook
lehibook   01 août 2019
Je suis mon spectateur et je me demande :quand mon courage bondira-t-il?Voilà l’événement que j'attends. Un jour,quelque chose explosera monstrueusement en moi,et je deviendrai un autre homme. Alors, si vous êtes vivant , j'irai vous chercher et je vous cracherai au visage.
Commenter  J’apprécie          10




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Les classiques de la littérature sud-américaine

    Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

    Gabriel Garcia Marquez
    Luis Sepulveda
    Alvaro Mutis
    Santiago Gamboa

    10 questions
    262 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre