AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Le cri (102)

Souri7
Souri7   28 janvier 2018
La vie nous tuerait tous si nous n’avions pas l’oubli [...]. Cet oubli qui fait que nous ne pensons pas chaque seconde à l’absurdité de notre existence. Nous vivons sans savoir d’où nous venons et nous mourons sans savoir où nous allons. Comment vivre entre les deux ? Comment ne pas être paralysé par cette absence de sens ? C’est logiquement impossible. Et pourtant, la majorité y parvient et fait un peu comme si de rien n’était. Mais imaginez que vous soyez forcée de penser cet absurde sans rien pouvoir faire d’autre, pas sûr que vous survivriez. C’est le genre d’état qui peut nous traverser lorsque nous sommes confrontés de près à la mort d’un proche.
Commenter  J’apprécie          630
Souri7
Souri7   26 janvier 2018
Chaque époque a ses certitudes et le présent est parfois prétentieux lorsqu’il juge le passé.
Commenter  J’apprécie          510
Stelphique
Stelphique   04 octobre 2016
-Tu n'as pas peur de mourir, mais tu es comme tout le monde, tu as peur de souffrir.
Commenter  J’apprécie          510
Souri7
Souri7   30 janvier 2018
[...] le temps que le journaliste passe à l’antenne à répéter la même chose pour vous faire croire que vous êtes informés, c’est autant de temps qu’il ne passe pas sur le terrain à recueillir l’information dont vous auriez vraiment besoin pour comprendre ce qu’il se passe.
Commenter  J’apprécie          450
jeunejane
jeunejane   10 avril 2018
...de 1950 à 1970, la CIA a conduit des expériences sur des sujets non consentants dans le but de contrôler l'esprit humain. Cela se faisait à base d'injections de drogues, notamment du LSD, mais aussi des simulations électriques sensorielles et psychiques sur des patients d'hôpitaux psychiatriques sans famille,...
Commenter  J’apprécie          292
Stelphique
Stelphique   01 octobre 2016
-Chaque époque a ses certitudes et le présent est parfois prétentieux lorsqu'il juge le passé.
Commenter  J’apprécie          282
kuroineko
kuroineko   29 septembre 2018
- Oui, vous, jeune homme, là-bas? Oui, vous avec l'improbable effigie de Che Guevara sur votre pull. Vous savez au passage que ce type est rapidement devenu un extrémiste communiste qui a entraîné son peuple dans la misère économique?
L'étudiant leva les épaules.
- Peut-être, mais il avait l'air cool.
- Très bien, je vois que vous êtes quelqu'un d'engagé et de responsable.
Commenter  J’apprécie          220
artemisia02
artemisia02   03 octobre 2018
Chaque époque a ses certitudes et le présent est parfois prétentieux lorsqu'il juge le passé.
Commenter  J’apprécie          200
Rob7
Rob7   28 novembre 2017
Chaque époque a ses certitudes et le présent est parfois prétentieux lorsqu'il juge le passé.
Commenter  J’apprécie          200
Ziliz
Ziliz   28 août 2016
Lors de ses études de psychologie criminelle, Sarah avait effectivement appris que l'établissement de Gaustad détenait le sinistre record d'Europe de lobotomies. Dans les années quarante, trois cents patients y en avaient subi une. A l'époque, on pensait que l'on pouvait soulager les personnes atteintes de schizophrénie, d'épilepsie ou de dépression en sectionnant une partie des fibres nerveuses de leur cerveau.
Sarah se rappelait le processus barbare consistant à insérer la pointe d'un pic à glace vers le haut, entre le globe oculaire et la paupière, jusqu'à ce qu'il cogne sur la paroi osseuse. D'un coup de marteau, le praticien lui faisait traverser la boîte crânienne pour pénétrer dans le lobe frontal du cerveau. Il s'emparait alors des poignées dont était muni le pic à glace et exécutait des mouvements de balayage qui tranchaient une partie des terminaisons nerveuses. Dans la majorité des cas, le malade était uniquement sous anesthésie locale et perdait connaissance soit de douleur, soit à la suite des convulsions provoquées par l'ablation de ses fibres nerveuses.
Certains patients décédaient au cours de l'opération, et ceux qui se réveillaient étaient condamnés à un état végétatif, sans plus aucune imagination, curiosité ou envie. Mais pour les médecins, ils étaient guéris. Leur agressivité ou les crises qui les faisaient tant souffrir avaient effectivement disparu. Et on renvoyait chez eux ces individus qui ne représentaient plus aucun risque pour la société.
(p. 24-25)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          175




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

    Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

    seul
    profond
    terrible
    intense

    20 questions
    1679 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre