AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur La Bicyclette bleue, tome 2 : 101, avenue Henri-Martin (12)

Penelope
Penelope   12 décembre 2010
Léa dévala la grande descente avant la ville. Sur le pont, elle croisa trois tractions-avant noires et deux camionnettes militaires dans lesquelles les soldats allemands lui firent de grands signes. Cette rencontre lui coupa les jambes. Elle monta la côte en poussant sa bicyclette, emplie d'un malaise grandissant. En traversant la place Gabriel-Chaigne, un groupe de personnes, qui semblait en proie à une grande agitation, se tut quand elle passa. Elle ne s'était éloignée que de quelques mètres quand un homme la doubla en lui disant sans la regarder:
"Allez place Saint-Pierre, puis au 1, rue de la Glacière. Entrez et attendez-moi."
Commenter  J’apprécie          130
ETOILEE
ETOILEE   08 juin 2014
Vous ne pouviez me faire plus joli compliment : rire ou faire rire devant la mort.
Commenter  J’apprécie          60
Penelope
Penelope   12 décembre 2010
Les hommes se retournait sur cette jolie fille gentiment vêtue d'une robe bleu marine à pois rouges qui découvrait largement ses jambes aux pieds chaussés de hautes sandales de toile blanche à semelles compensées, cadeau de Françoise. Toute à ses pensées moroses, elle ne le remarquait pas.
Commenter  J’apprécie          50
maylibel
maylibel   28 février 2015
Si vous croyez que c’est drôle d’être moi ! Vous encore, vous pouvez rire de mes folies, mais moi, il faut bien que j’en souffre !
(p. 173)
Commenter  J’apprécie          40
PiertyM
PiertyM   04 octobre 2013
Le bien est imparfait qu’il ne m’intéresse pas, c’est une grande erreur, charmante amie, de considérer que l’homme est un être raisonnable… Le pouvoir de penser ne confère pas la raison. J’ai toujours eu la conviction qu’éprouver du plaisir à des choses raisonnables était le principe de la médiocrité.
Commenter  J’apprécie          40
PiertyM
PiertyM   04 octobre 2013
on ne trahit bien que ceux que l'on aime.
Commenter  J’apprécie          20
sandie26
sandie26   02 avril 2013
- On dirait que vous avez fait ça toute votre vie.
- Ma chère, je suis une vraie femme d'intérieur, demandez à mes amis, minauda-t-il.
- Arrêtez de faire l'idiot, ce n'est pas le moment.
- Ma bonne, c'est toujours le temps de rire et de plaisanter, surtout à notre triste époque. Car ni vous ni moi ne savons de quoi demain sera fait ni même si nous serons vivants.
- Ne dites pas de choses comme ça !
- Auriez-vous peur, belle enfant ? Pourtant le valeureux chevalier est accouru à votre appel... Comme vous êtes belle quand vous souriez ainsi. Je ne vous avais encore jamais vu un si doux sourire. Ah ! l'amour... jeunesse, que je vous envie.
Sans cesser de sourire, Léa haussa les épaules, se leva et versa le contenu du tiroir du moulin dans le filtre de la cafetière.
Commenter  J’apprécie          20
sandie26
sandie26   02 avril 2013
- J'aurais pu en effet. Je ne m'explique pas très bien pourquoi je ne l'ai pas fait. J'aime bien Sarah ou plutôt le souvenir de certaines beuveries dans certains bars de Montparnasse. Souvenez-vous du mot de Jules Renard : "Il n'y a pas d'amis, il y a des moments d'amitiés." Rien n'est plus exact entre Sarah et moi.
Commenter  J’apprécie          10
sld09
sld09   01 octobre 2017
Après la mort de Pierre Delmas, sa sœur, Bernadette Bouchardeau, avait tenté de reprendre en main les affaires de la maison. La bonne volonté de la brave femme était évidente, tout autant que son incapacité à gérer un domaine tel que celui de Montillac.
Commenter  J’apprécie          00
sandie26
sandie26   02 avril 2013
Il allait rouler toute la nuit vers Paris. L'air était doux pour la saison, mais Léa frissonna. L'idée de rester seule avec Camille lui faisait peur. Il s'était montré si gai, si tendre, jonglant avec les chiffres qu'elle ne s'était pas rendu compte à quel point elle aurait du mal à le voir partir.
Collé à la porte vitrée du vestibule, le petit Charles écrasait son nez contre le carreau ; de la main, il faisait de grands signes à François. Tavernier se retourna une dernière fois et lui fit le salut militaire. Charles sautait de joie en riant. A travers la vitre, on n'entendait pas son rire.
Léa serra son châle autour de ses épaules. Il allait falloir nettoyer la vigne.
François lui prit la main et l'embrassa furtivement, comme s'il devait revenir quelques instants plus tard. Il n'avait pas cessé de sourire. Il s'installa au volant et claqua la portière. Le bruit résonna dans le silence du soir. Il mit le moteur en route sans quitter Léa des yeux.
Au moment de partir, par la vitre baissée, il lança :
- Je crois qu'il serait plus prudent que vous veniez vivre avec moi.
La voiture roula sur l'allée de gravier, marqua un temps d'arrêt devant la route et s'éloigna dans la nuit.
Léa n'avait pas bougé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Régine Deforges

    Née le 15 août...

    1925
    1935
    1945
    1955

    10 questions
    66 lecteurs ont répondu
    Thème : Régine DeforgesCréer un quiz sur ce livre