AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253043125
Éditeur : Le Livre de Poche (01/10/1987)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 1039 notes)
Résumé :
Voici le second volume de la célèbre saga de Régine Deforges, "La Bicyclette bleue". Un roman qui plonge l'héroïne Léa Delmas dans la tourmente et les affres de l'Occupation. En cette année 1942, les habitants du domaine de Montignac sont victimes de maints deuils et privations. Dans un climat oppressant de délation et de tortures, Léa choisit de combattre l'ennemi en s'engageant dans la Résistance. Sa jeunesse, son appétit de vivre et son immense sensualité lui per... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
PiertyM
  08 janvier 2017
On retrouve dans le deuxième tome de la saga de la bicyclette bleue une effervescence qui enfièvre les personnages et cette période qui va marquer une transition entre l'occupation et la résistance pendant la deuxième guerre mondiale. Il est temps de choisir son camps: coopérant ou résistant. Il y a aussi de ceux qui sont à la fois résistants et coopérants, ceux qu'on appelle des traites, certains marchent au rythme de la situation dans laquelle ils se retrouvent. En tout cas, pour illustrer ces appartenances, Régine Deforges nous fascine avec deux sulfureux personnages Sarah Mulstein et Raphaël Mahl qui vont vivre des pires tragédies de leur choix. Sarah est résistante, elle va connaitre les pires sévices de l'avenue Henri-Martin au numéro 101, et Raphël joue avec le feu, il ouvre les portes de la gauche et ferme celle de la droite ou vice versa, on ne sait de quel côté il est, enfin, on le soupçonne de partout, il est traite de tous les côtés mais il va mourir dans cette confusion des sentiments trahir ou résister, il choisit de ne pas trahir le vieux Adrien Delmas, le plus grand résistant dangereux pourchassé par tous les services de renseignement mais trop tard, il est déjà pris dans les mailles de sa traitrise...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
sultanne
  31 décembre 2016
Les aventures de l'indomptable Léa se muent en une véritable épopée, et c'est bien là le souhait de son auteure : On tremble, on sursaute, on s'apaise ou on s'esclaffe au rythme endiablé de cette désormais saga familiale.
Les personnages se font plus précis et font leur choix face à l'ennemi, bien que madame Desforges ne soit pas sans rappeler que rien n'est absolument noir ou blanc et que le manichéisme n'est pas de mise, à l'instar de quelques uns de ses personnages les plus sulfureux (Raphaël Mahl), les plus mystérieux (François Tavernier) et les plus insoupçonnables… La question de la place de la femme dans la société y est abordée avec beaucoup de délicatesse, mais on sent déjà souffler un vent de modernité et d'émancipation qui n'aura de cesse de se préciser après la guerre : Fille, mère, épouse et ménagère, elle se fait désormais amante, guerrière, affranchie et libérée, abandonnée aux délices de la chair et à cette furieuse envie de vivre au-delà de sa propre condition.
Le tome se termine par un changement de focalisation salvateur pour le lecteur et donne accès aux aspects les plus répugnants de notre République durant l'occupation, laissant planer un dense suspense sur le dernier tome et lui assurant, du même coup, une partie de son succès.
Bien joué, Madame Desforges, vous souhaitiez une véritable saga, à l'image d'Autant en emporte le vent ? Paris remporté : la version française de cette Sécession, délicieuse, rocambolesque à souhait, a aussi la vertu de nous plonger au coeur des événements historiques, au rythme desquels, vos personnages, simples marionnettes comme pouvaient l'être certains hommes et certaines femmes de l'époque, nous font vibrer ou trembler d'effroi devant cette page sombre de l'Histoire française.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
DD78
  22 mai 2015
Si les jeunes filles d'aujourd'hui ont (à priori) "50 nuances de Grey" pour connaitre leurs premiers émois littéraires, moi j'ai eu en mon temps "La bicyclette bleue".
C'est d'abord le coté historique du roman qui m'a plue : la vie de cette jeune fille durant la seconde guerre mondiale, forcément cela résonnait en moi. Et puis il y a cette histoire d'amour passionnel, pompée quoi qu'on en dise fait pour fait sur la trame "D'autant en emporte le vent". Et puis il y a aussi ces passages osés, très osés pour la jeune personne que j'étais à l'époque !
J'avais en tout cas beaucoup aimé, et je me suis par la suite lancée dans la série pour connaitre la suite des aventures de Léa !
Commenter  J’apprécie          110
Alyxiel
  02 octobre 2013

Il n'est pas évident de traiter de la seconde guerre mondiale, qui reste un sujet encore douloureux pour le peuple français. Il y a bien sur des livres qui parlent des soldats et de leur vécu sur les champs de batailles, mais qu'en était il de ceux et celles qui n'était pas sur le front?
Régine Desforges traite du sujet en profondeur, en abordant plusieurs aspects important : la tristesse et la solitude des femmes, la solidarité qui se créer entre les restants, et surtout les réseaux de résistances qui se mettent en place.
Léa Delmas est l'incarnation de la femme sensuelle et rebelle qui ne se laisse dicter sa conduite par personne. Par moment, il est même difficile de se l'imaginer dans les années 1940, tant elle est moderne de par son comportement et sa façon de penser.
La plume de Régine Desforges n'a plus rien à prouver. Elle est franche, fraîche ; simple et complexe ; douce et violente. Tout ça à la fois. On ne peut que s'attacher à Léa, qui en ces temps troublés est l'incarnation de la vie et de la jeunesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
maylibel
  28 février 2015
Automne 1942. La guerre et l'occupation se sont imposées dans le quotidien de la bordelaise Léa Delmas, qui s'est engagée dans la Résistance. Son amoureux Laurent est marié, papa d'un petit garçon, et lutte constamment contre les Allemands. Quant à sa soeur aînée, Françoise, elle est enceinte de son amant allemand.
Deuxième tome de la saga de la Bicyclette bleue, 101, avenue Henri-Martin nous plonge dans la vie d'un pays abruti par la dureté de la Seconde Guerre mondiale. Dans ce contexte, l'héroïne, Léa, apparaît comme un feu follet, égoïste mais courageuse, de plus en plus adulte tout en gardant des réflexes d'adolescente. Elle forme un joli duo avec François Tavernier, héros mystérieux et ironique, dénué de clichés. Raphaël Mahl, ami de la jeune femme qui joue un rôle important de ce tome, se détache aussi par son ambiguïté.
Pour autant, Régine Deforges n'échappe pas aux facilités. Sa galerie de personnages ressemble malheureusement de plus en plus à un catalogue. Mais le tout est raconté de manière vive, en évitant de trop longs temps morts.
On passe donc un fort bon moment au 101, avenue Henri-Martin (même si dans le livre, ce n'est pas une adresse très recommandable).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
PenelopePenelope   12 décembre 2010
Léa dévala la grande descente avant la ville. Sur le pont, elle croisa trois tractions-avant noires et deux camionnettes militaires dans lesquelles les soldats allemands lui firent de grands signes. Cette rencontre lui coupa les jambes. Elle monta la côte en poussant sa bicyclette, emplie d'un malaise grandissant. En traversant la place Gabriel-Chaigne, un groupe de personnes, qui semblait en proie à une grande agitation, se tut quand elle passa. Elle ne s'était éloignée que de quelques mètres quand un homme la doubla en lui disant sans la regarder:
"Allez place Saint-Pierre, puis au 1, rue de la Glacière. Entrez et attendez-moi."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
sandie26sandie26   02 avril 2013
- On dirait que vous avez fait ça toute votre vie.
- Ma chère, je suis une vraie femme d'intérieur, demandez à mes amis, minauda-t-il.
- Arrêtez de faire l'idiot, ce n'est pas le moment.
- Ma bonne, c'est toujours le temps de rire et de plaisanter, surtout à notre triste époque. Car ni vous ni moi ne savons de quoi demain sera fait ni même si nous serons vivants.
- Ne dites pas de choses comme ça !
- Auriez-vous peur, belle enfant ? Pourtant le valeureux chevalier est accouru à votre appel... Comme vous êtes belle quand vous souriez ainsi. Je ne vous avais encore jamais vu un si doux sourire. Ah ! l'amour... jeunesse, que je vous envie.
Sans cesser de sourire, Léa haussa les épaules, se leva et versa le contenu du tiroir du moulin dans le filtre de la cafetière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PenelopePenelope   12 décembre 2010
Les hommes se retournait sur cette jolie fille gentiment vêtue d'une robe bleu marine à pois rouges qui découvrait largement ses jambes aux pieds chaussés de hautes sandales de toile blanche à semelles compensées, cadeau de Françoise. Toute à ses pensées moroses, elle ne le remarquait pas.
Commenter  J’apprécie          50
PiertyMPiertyM   04 octobre 2013
Le bien est imparfait qu’il ne m’intéresse pas, c’est une grande erreur, charmante amie, de considérer que l’homme est un être raisonnable… Le pouvoir de penser ne confère pas la raison. J’ai toujours eu la conviction qu’éprouver du plaisir à des choses raisonnables était le principe de la médiocrité.
Commenter  J’apprécie          40
sandie26sandie26   02 avril 2013
Il allait rouler toute la nuit vers Paris. L'air était doux pour la saison, mais Léa frissonna. L'idée de rester seule avec Camille lui faisait peur. Il s'était montré si gai, si tendre, jonglant avec les chiffres qu'elle ne s'était pas rendu compte à quel point elle aurait du mal à le voir partir.
Collé à la porte vitrée du vestibule, le petit Charles écrasait son nez contre le carreau ; de la main, il faisait de grands signes à François. Tavernier se retourna une dernière fois et lui fit le salut militaire. Charles sautait de joie en riant. A travers la vitre, on n'entendait pas son rire.
Léa serra son châle autour de ses épaules. Il allait falloir nettoyer la vigne.
François lui prit la main et l'embrassa furtivement, comme s'il devait revenir quelques instants plus tard. Il n'avait pas cessé de sourire. Il s'installa au volant et claqua la portière. Le bruit résonna dans le silence du soir. Il mit le moteur en route sans quitter Léa des yeux.
Au moment de partir, par la vitre baissée, il lança :
- Je crois qu'il serait plus prudent que vous veniez vivre avec moi.
La voiture roula sur l'allée de gravier, marqua un temps d'arrêt devant la route et s'éloigna dans la nuit.
Léa n'avait pas bougé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Régine Deforges (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régine Deforges
Disparition de Régine Deforges, femme libre et insoumise Régine Deforges, femme de caractère et insoumise, s'est éteinte à l'âge de 78 ans. Autrefois libraire et éditrice, l'auteur de la saga de 'La Bicyclette bleue', qui s'est vendue à plus de 7 millions d'exemplaires était aussi connue pour ses engagements féministes. C'est Lambert Wilson qui va enfiler le costume de maître de cérémonie pour le 67ème festival de Cannes. Le comédien de cinéma et de théâtre est un habitué de la croisette. Il est déjà venu défendre Des Hommes et des Dieux de Xavier Beauvois en 2010. Et pour finir, l'écrivain Philippe Delerm, invité de A l'Affiche, nous confie que son dernier roman 'Elle marchait sur un fil' est un récit plus grave, qui occupe déjà une place singulière dans son écriture. Comment les cinéastes , les romanciers, les artistes nous racontent-ils le monde? FRANCE 24 va au-delà de l'info à la rencontre de la culture engagée dans son temps. Une émission présentée par Louise Dupont.
+ Lire la suite
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Régine Deforges

Née le 15 août...

1925
1935
1945
1955

10 questions
66 lecteurs ont répondu
Thème : Régine DeforgesCréer un quiz sur ce livre
.. ..