AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Ce coeur changeant (54)

TheWind
TheWind   27 juillet 2016
"Un coeur à moi, ce coeur changeant." Ces mots ont été écrits pour vous. Vous pensez noir et vous dites blanc. Vous ne croyez pas au génie, mais vous croyez à Apollinaire. C'est noir, ou c'est blanc ?
Commenter  J’apprécie          180
rabanne
rabanne   20 juin 2016
Cette femme est un démon, pense-t-il. Et voilà que ça le reprend, l'envie de la tenir. Je suis donc maudit, songe-t-il en apercevant la silhouette de sa future belle-mère, au loin, son corps sans équivoque, énorme et flasque, même à l'horizon et malgré le sadisme des corsetiers, l'astuce des couturiers.
Commenter  J’apprécie          160
jeunejane
jeunejane   08 novembre 2015
La patronne, haute de taille, un torchon passé sur l'épaule, essuyait les verres, les levant un à un à la lumière pour s'assurer que le chiffon ne laissait pas de traces. Rose avait tant de fois admiré Zelada lorsqu'elle exécutait ce geste, quasiment aussi noble que celui de l'astronome tendant sa lunette vers les étoiles.
Commenter  J’apprécie          150
Annette55
Annette55   07 novembre 2015
"Rose plissait les yeux, concentrée, l'aiguille s'enfonçait .et pic! Brigand, escroc, malfrat, ivrogne, assassin......feuilletant mentalement des milliers de pages.....consultant le catalogue de "vices "qu'offrait la " littérature"......délateur, traître, souteneur, meurtrier, vagabond.Rien, rien ne collait.....un mot seul contenait tant de dangers.....inutile de lui adjoindre un qualificatif, l'homme était le prédateur, elle était la proie....."
Commenter  J’apprécie          140
TheWind
TheWind   25 juillet 2016
René baisse les yeux tous les trois pas vers son pantalon. Pourvu qu'aucune auréole n' apparaisse. Pourvu qu'on ne l'invite pas à ôter sa veste. Pourvu que la terre s'ouvre et les engloutisse tous deux. Pourvu qu'un incendie ait ravagé le château. Si tout le monde est mort, alors ça ira.
Commenter  J’apprécie          130
rabanne
rabanne   22 juin 2016
" Vous êtes très observateur. Ce qui est parfait pour un poète.
-Cela n'a aucune importance pour un poète. Le poète ne regarde pas le monde. Il écoute les mots se rencontrer, s'entrechoquer, se fondre dans sa tête.
Commenter  J’apprécie          110
Fleitour
Fleitour   14 septembre 2015
Vous êtes sans appétit et , en cela , vous possédez une qualité quasi végétale.
N'en prenez pas ombrage.
]e ne veux pas dire que vous végétez.
Votre constance est celle d'une nourrice.
Le lait dont vous m'abreuvez est un nectar d'oubli.
Commenter  J’apprécie          100
cecilit
cecilit   07 juillet 2017
- Alors c'est toi la nouvelle ? Comment t'appelles-tu ?
Rose hésita, regarda Marthe, qui le menton en avant, semblait la tester,puis tourna les yeux vers Dora dont le visage, plat et noble comme une lune de juin, l'inspirait .
-Rose, répondit la jeune fille.
-Comme cela te va mal, fit Dora attendrie. Les roses sont des fleurs épaisses, trafiquées, domestiquées, d'une complexité inutile. Elles sont si bêtes avec leur grosse tête de bourgeoise au bout d'une tige en bois.
Commenter  J’apprécie          90
ladyoga
ladyoga   02 octobre 2016
Se souvenir, quel luxe. Errer languissamment dans ces régions révolues qui n'attendaient rien de vous, n'appelaient aucune décision, aucun arbitrage. Le passé, une contrée qui ne s'offrait qu'à la contemplation.
Commenter  J’apprécie          90
Floyd2408
Floyd2408   28 juin 2015
Les mots ne signifiaient rien. Ils remontaient à la surface de son cerveau comme des bulles, pour éclater sur sa langue. Ils n'avaient aucun sens. Brisés en syllabes sans liens. Des sons abîmés, répétés machinalement, rendus pâteux par le silence et l'absence de pratique vocale. Des sons imaginés, comme le geste qu'effectuerait un membre amputé. Nostalgie de la chose vraie. La bouche de Rose avait perdu sa faculté d'articulation. Elle n'était plus qu'un engin à mâchonner et à déglutir. Les résidus de chandoo lui collaient au palais, remplaçaient l'eau, la nourriture, la parole. Il n'y avait plus que ces petites boules élastiques qu'elle promenait sous ses dents friables. Des dents qui n'en étaient plus vraiment. Tout comme son ventre, changé en caverne, en âtre brûlant jour et nuit.
Commenter  J’apprécie          90




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    ABO L'ABOMINABLE HOMME DES NEIGES

    Où vit Abo?

    à la plage
    à la montagne
    à la campagne

    10 questions
    3 lecteurs ont répondu
    Thème : Abo, le minable homme des neiges de Agnès DesartheCréer un quiz sur ce livre