AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.42/5 (sur 3499 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 03/05/1966
Biographie :

Agnès Desarthe est la fille du pédiatre Aldo Naouri. Son frère, le chanteur d'opéra, Laurent Desarthe est marié avec la soprano Natalie Dessay.

Considérant très tôt le français comme une langue étrangère - car chez Agnès Desarthe on parle l'arabe, le russe et le Yiddish -, elle tente de l'apprivoiser en écrivant des poèmes qui font pleurer sa mère, des histoires qui enorgueillissent son père. Malgré une orthographe souvent défaillante, elle parvient à suivre des études de lettres, puis d'anglais.

La traduction est son premier métier. Les livres pour enfants viennent ensuite, les romans, les chansons, les scenarii, les pièces de théâtre. Elle mène diverses activités de front: elle danse et jardine beaucoup.

Jugée tantôt trop douce, tantôt trop cruelle, elle se voit comme une immigrée dans la république des lettres. En écrivant, elle cherche à rendre compte du chaos qui la stupéfie, de la violence qui la cloue et l'empêcherait de se lever si elle ne trouvait pas moyen de l'utiliser, de la mater, de la transmettre.

Issue de la tradition orale, elle a entendu tant d'histoires qu'elle n'a finalement jamais eu d'autre choix que d'en raconter à son tour.

Elle a obtenu le prix du Livre Inter 1996 pour son deuxième roman, "Un secret sans importance". Son sixième roman "Mangez-moi," est traduit dans plus de 15 pays.

Elle obtient le prix Renaudot des lycéens en 2010 pour son roman "Dans la nuit brune." "Une partie de chasse" obtient en 2012 le Goncourt des animaux, décerné par des membres de l'académie Goncourt.

Elle est l'auteure de deux pièces de théâtre, Les Chevaliers (2005) et Le Kit, qui n'a pas été encore montée, ainsi que de plusieurs chansons.

Le 1er janvier 2015, elle a été élevée au grade de chevalier de la Légion d'honneur.

En 2015, elle publie "Ce cœur changeant" récompensé par le prix littéraire Le Monde, et en 2016 "Le roi René" biographie du pianiste de jazz René Urtreger.

Cela fait déjà trente ans qu’elle publie des livres pour petits, moyens et grands, à L’École des loisirs et aux éditions de l’Olivier. Dans le dernier numéro de la revue littéraire « Décapage », Agnès Desarthe dit qu’elle n’écrit jamais ce qu’elle a envie d’écrire. « J’écris ce que je dois écrire et qui a été décidé je ne sais où, je ne sais quand, par je ne sais qui », affirme-t-elle.

Elle souhaite, si les conditions le permettent, finir ses jours à la campagne.



+ Voir plus
Source : www.agnesdesarthe.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Agnès Desarthe   (101)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (62) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Par l'autrice & Louise Hakim Rue du Château des Rentiers, 13e arrondissement de Paris : c'est là que se trouve une tour impersonnelle et peuplée d'habitants tout sauf riches. Là vivaient les grands-parents de la narratrice, Juifs originaires d'Europe centrale, et leur phalanstère, point de départ d'une réflexion superbement libre sur la beauté de ceux qu'on nomme les « vieux » et sur le fait de vieillir soi-même. Ce récit, en forme de déambulation toute personnelle, est à l'image de son autrice : aussi drôle, lumineux que surprenant. À lire – Agnès Desarthe, le Château des Rentiers, L'Olivier, 2023. Lumière : Patrick Clitus Son : William Lopez Direction technique : Guillaume Parra Captation : Claire Jarlan

+ Lire la suite
Podcasts (11) Voir tous


Citations et extraits (685) Voir plus Ajouter une citation
Je me demande à quel moment j'ai compris qu'il fallait faire beaucoup plus d'efforts qu'auparavant pour continuer à vivre. Simplement à vivre. Je m'étais toujours figuré, je ne sais pourquoi, que l'existence avait la forme d'une montagne. L'enfance, l'adolescence et le début de l'âge adulte correspondaient à la montée. Ensuite, arrivé à quarante ou cinquante ans, la descente s'amorçait, une descente vertigineuse, bien entendu, vers la mort. Cette idée, assez commune je crois, est fausse. Je le découvre un peu plus précisément chaque jour. C'est par la descente qu'on commence, en roue libre, sans effort. On dispose de tout son temps pour contempler le paysage et se réjouir des parfums - c'est pourquoi les odeurs d'enfance sont si tenaces.
Ce n'est que plus tard que la véritable côte nous apparaît, et l'on met bien du temps à la reconnaître pour ce qu'elle est : une pénible ascension qui a la même issue que la folle pente sur laquelle on s'imaginait projeté à pleine vitesse.
Commenter  J’apprécie          481
Comme c'est étrange, cet homme de soixante-dix ans qui parle de sa mère, ai-je pensé. Je croyais, à l'époque, que les parents disparaissaient simplement de votre vie à la fin de l'adolescence, qu'ils se dissolvaient dans vos souvenirs aux côtés des maîtresses d'école et des amoureux de maternelle. J'ignorais qu'en réalité on porte nos parents en nous jusqu'à la tombe.
Commenter  J’apprécie          444
C'est quoi d'ailleurs l'amour...
C'est quand on pense à l'autre en souriant
Commenter  J’apprécie          410
Je m'étais toujours figuré, je ne sais pourquoi, que l'existence avait la forme d'une montagne. L'enfance, l'adolescence et le début de l'âge adulte correspondaient à la montée. Ensuite, arrivé à quarante ou cinquante ans, la descente s'amorçait, une descente vertigineuse, bien entendu, vers la mort.
Commenter  J’apprécie          360
Les vivants continuent d’être avec les vivants. Les morts nous ont quittés, ils sont avec les morts. Mais ce n’est pas si simple. Les morts, à leur manière, sont aussi avec nous. Ils nous parlent, ils nous taquinent en visitant nos songes, ils apparaissent sous les traits, si ressemblants, d’un inconnu croisé dans le bus, ils se manifestent.
Commenter  J’apprécie          350
Que lui répondaient ses parents quand elle se plaignait de l'ennui, ou qu'elle était d'humeur maussade à cause d'un chagrin d'amour ? Ils ne lui disaient pas : « On te comprend, ma fille, on est passés par là, nous aussi », ou bien : « Nous t'avons pris rendez-vous chez le meilleur psychologue du quartier. » Ils ne disaient rien. Et, d'ailleurs, ma mère ne se plaignait pas. Elle songeait que ses parents avaient vécu l'exil, la misère et la guerre - et elle ? Rien.
Commenter  J’apprécie          330
Elle n'avait besoin de rien. Elle aurait vécu parfaitement heureuse dans une roulotte, même sans eau, même sans électricité. Moins il y avait d'objets, plus la vie était facile. Moins il y avait de gens, plus elle était simple. Le vertige du dénuement lui procurait un genre d'extase bien particulier, comme un état semi-comateux, entre la vie et la mort, mais dans la vie quand même. Ainsi, au loin, à l'écart, sans besoins et sans soucis, elle acceptait d'exister, de perpétuer le rail sacré des jours.
Commenter  J’apprécie          324
Moi,je collabore à un site très confidentiel dont le nom désuet me plaît beaucoup : "Oiseaux de nos campagnes ".C’est joli,non ? Ça me rappelle les images que la maîtresse nous distribuait au bout de dix bons points quand on était sages.C’est sans doute là qu’est née ma vocation,dans le face-à-face ensommeillé d’un samedi matin glorieux avec une bergeronnette grise,un gros-bec casse-noyaux,un cincle plongeur,joliment peints sur le papier mat ivoire à l’odeur mélancolique de buvard.
Commenter  J’apprécie          322
Suis-je une menteuse? Oui, car au banquier, j'ai dit que j'avais fait l'école hôtelière et un stage de dix-huit mois dans les cuisines du Ritz.Je lui ai montré les diplômes et les contrats que j'avais fabriqué la veille. J'ai aussi brandi un BTS de gestion, un très joli faux. J'aime vivre dangereusement. C'est ce qui m'a perdue, autrefois, c'est ce qui me fait gagner aujourd'hui. Le banquier n'y a vu que du feu. Il a accordé l'emprunt. Je l'ai remercié sans trembler. La visite médicale? Pas de problème. Mon sang, mon précieux sang est propre, tout propre, comme si je n'avais rien vécu.

Suis-je une menteuse? Non, car tout ce que je prétends savoir faire, je sais le faire.
Commenter  J’apprécie          310
L'intolérance des gens, leur conformisme, c'est là qu'est le crime, si vous voulez mon avis.
Commenter  J’apprécie          321

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Agnès Desarthe Voir plus

Quiz Voir plus

ABO L'ABOMINABLE HOMME DES NEIGES

Où vit Abo?

à la plage
à la montagne
à la campagne

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Abo, le minable homme des neiges de Agnès DesartheCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..