AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Un mauvais garçon (18)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
traversay
  26 août 2015
Qu'il y ait quelque chose de durassien dans Un mauvais garçon, le premier livre de l'indienne Deepti Kapoor, admettons. La romancière revendique cette filiation et son style sec et répétitif fait penser à l'auteure de L'amant. Mais au-delà de cette pesante influence, que raconte Un mauvais garçon ? La rébellion d'une jeune femme contre la tradition, les convenances et le statut de fille à marier ? Cela passe par une liaison mortifère avec un type pas très net et d'une laideur repoussante. Bon, l'héroïne du roman se cherche et emprunte des chemins sauvages pour trouver un sens à l'existence. Peut-être. Mais on sait dès le début du livre que l'amant est mort et que tout ce qui est raconté est composé de flashbacks dans un savant désordre. A vrai dire, on essaie de deviner ce que veut vraiment dire Deepti Kapoor sans trouver de réponse satisfaisante. Il faut cependant reconnaître à la romancière un talent émérite pour décrire sa ville, Delhi, sous toutes ses coutures, sa puanteur et sa munificence. Mais c'est trop court pour s'intéresser plus avant à des personnages auto-destructeurs qui ne suscitent guère l'empathie. le cocktail sexe, drogue et désobéissance aux règles ne semble qu'un paravent pour cacher des fêlures plus profondes. Mais Deepti Kapoor reste à la surface des choses, essentiellement descriptive et redondante. du coup, on se demande si ce coup d'essai débouchera ou pas sur des oeuvres futures plus denses et réfléchies. Difficile à dire.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Atasi
  03 juillet 2015
On l'appellera Isha.
Elle est venue habiter chez sa tante maternel et son oncle à Delhi après la mort de sa mère, son père un éternel absent a oublié qu'il avait une fille.
Maintenant elle a vingt ans, elle va à l'université et on est à l'année 2000.
Un jour, un garçon l'observe dans le café où elle a ses habitudes, il devient insistant et s'assit à sa table. Il est laid, il ressemble à un animal, mais il dégage quelque chose, d'un mauvais garçon. Avant elle n'avait jamais eut de relation avec un garçon. Mais lui, elle le suivra sans avoir peur qu'il puisse lui faire du mal. Trois semaines durant, il lui fera découvrir Delhi dans ses moindres recoins. Et un beau jour, il franchisse l'étape ultime, elle lui donnera son corps le jour, lui se droguera le soir. Elle aussi connaîtra l'alcool et la drogue, mais elle sera son objet. Mais aujourd'hui il est mort et elle aussi franchira dans les ténèbres.
"Un mauvais garçon" est un feu d'artifice qui peut laisser son lecteur sans voix. Il dégage une grande force et une vitalité, où l'on retient sa respiration. Rien n'est comparable à un autre roman mais c'est justement ce qu'il fait son charme.
Lien : http://atasi.over-blog.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
myprettybooks
  30 octobre 2015
Une rencontre, une relation qui évolue au rythme de la drogue, du sexe, de l'alcool.. dans les rues de New Delhi. Une sensation de liberté éphémère pour échapper aux conventions sociales. Un drame qui n'a pas su me toucher par les sujets qu'il aborde ni par l'écriture de l'auteur.

Lien : https://myprettybooks.wordpr..
Commenter  J’apprécie          40
Magalitdeslivres
  18 février 2017
Allez savoir pourquoi, des fois en voyant un livre nous nous faisons une idée, pas forcément très juste, de ce que nous allons lire. C'est ce qui s'est passé avec le roman : "Un mauvais garçon". J'étais persuadée que je me trouvais devant un roman de la même trempe que "L'herbe bleue", un roman qui allait m'attraper aux tripes et ne plus me lâcher. Sauf que ce ne fût pas le cas, loin s'en faut.

Avant d'entrer dans le vif du sujet je voudrais souligner que la couverture est tout simplement magnifique.

Mais revenons-en à nos moutons ! Nous allons suivre, dans ce roman, une jeune fille indienne d'à peine 20 ans qui se sent oppressée par le carcan familiale et culturel. Elle rêve de liberté et s'ennuie dans sa petite vie réglée comme du papier musique. Jusqu'au jour où elle va rencontrer un homme, un bad boy. J'aimerais dire qu'il est beau, mais même pas ! Elle le dit d'ailleurs elle-même : il est très moche. Mais va savoir pourquoi elle va tomber sous son charme. Va commencer alors une lente descente aux enfers où sexe, alcool et drogues seront étroitement liés. le tout est bien sûre saupoudré de mystique.

Avec un tel scénario, le roman aurait dû me plaire. L'histoire était intéressante sauf que j'ai été gênée, voir carrément déstabilisée, par la structure du livre ou plutôt son absence.

Je m'explique, je fais partie de ces individus qui ont besoin de retrouver dans leurs lectures un fil conducteur, une chronologie.

Or, ici, ça partait dans tout les sens ! J'ai eu, à la fois, du mal à me situer dans l'espace-temps et à reconstituer le puzzle. En faite, il manquait à ce roman une colonne vertébrale. Je sais qu'il y a plein de personnes que ça ne dérange pas mais pour moi c'est rédhibitoire ! Il a vraiment fallut que je m'accroche pour poursuivre ma lecture.

Je tiens toutefois à remercier le site "VendrediLecture" pour m'avoir permis de découvrir ce roman.

Vous l'aurez compris malgré une histoire qui aurait pu m'intéresser j'ai été rebutée par la structure du roman, au point de passer totalement à côté.
Lien : http://magalitdeslivres.e-mo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ogusta
  03 août 2015
Second livre de la sélection de la rentrée littéraire. Juillet 2015.
A la vue de la première de couverture, j'ai pensé qu'il s'agissait d'un premier roman plutôt dirigé vers un public jeune. C'était complètement erroné. Les couleurs vives de cette couverture cachent en réalité un premier roman assez noir.
Au début, l'écriture un peu fragmentaire de l'auteur m'a déroutée, cependant ce style correspond tout à fait à l'histoire. Une jeune fille indienne, Isha, est coincée entre sa tante chez qui elle habite suite à la mort de sa mère et l'abandon de son père, sa propre difficulté à s'écarter des traditions sociales et familiales et son désir violent de liberté. Ce désir la conduit dans les bras d'un homme plus âgé qu'elle, étrange et amoureux de Delhi, un Delhi sombre et dissolu, comme lui, une ville où il entraine la jeune fille jusqu'à la folie.
Cette histoire d'amour passion sur un fond de destruction (drogues, alcool, vitesse) ne m'a pas émue. J'ignore pourquoi. Trop rapide peut-être. Au delà du récit, j'ai aimé découvrir des aspects étonnants et inconnus de l'Inde qui vole fréquemment la vedette à l'intrique. New-Delhi y semble déchirée entre traditions et modernisme, un modernisme hélas pas toujours flatteur, entre extrême richesse et mendicité. La condition de la femme en Inde est également évoquée notamment à travers la narratrice. La liberté qu'elle choisit ou subit (on ne sait pas vraiment au fond) ne me parait pas vraiment totale. Attention Spoiler. Elle tombe d'une prison à l'autre, on ne peut pas, je crois, considérer la drogue comme une libération. J'aurais préféré une autre morale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nicolosette
  30 juillet 2018
La ville de Delhi est le personnage principal de ce roman initiatique : initiation à la liberté ,au sexe ,à la drogue .L'héroïne va plonger dans tous les excès ,à l'image de cette ville tentaculaire ,qui oscille entre modernité et traditions , l'amour, le désir, la lient cependant à son amant insensé ,comment expliquer autrement son évolution ? comment également vont évoluer les moeurs dans ce pays en passe de devenir le plus peuplé du monde ?
Commenter  J’apprécie          20
coriala
  12 août 2016
Idha a vingt ans. C'est une jeune indienne qui vit chez sa tante, sa mère est morte, son père vit à Singapour et l'a oublié. Sa destinée est donc celle de toutes ces indiennes sans dot, elle sera mariée selon la tradition, celle qu'on lui trouve un mari par l'intermédiaire de marieuses. En attendant elle va à l'université et avec sa voiture sillonne la ville sans but, sans espoirs, sans envies.
Un jour dans un café, elle le rencontre, lui, le mauvais garçon. Il est laid mais il la fascine, ils se fascinent. Commence alors une longue initiation, il lui fait découvrir la vraie ville de Delhi, ses quartiers, ses habitants, la drogue, le sexe, la vie facile. Elle y prend goût, le suit mais un relent de tradition l'empêche de quitter sa famille pour de bon.
Puis il meurt, pourquoi, comment, elle doute, le recherche essaie de comprendre puis se perd pour devenir elle aussi une mauvaise fille.
Un roman d'amour, un roman sur l'Inde le poids des traditions, l'émancipation. Delhi est bien décrite, quand on connait la ville on suit les déambulations des deux amants. Un premier livre prometteur où les phrases et les paragraphes courts nous montrent bien l'urgence de vivre le moment présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rotko
  01 décembre 2018
Ce récit tient à la fois de la confession et du documentaire sur la vie en Inde, loin des clichés et des sentiers battus..
La jeune narratrice se souvient de scènes de son enfance - et de son milieu social conformiste, avant la fatale rencontre avec un Pygmalion mortifère. Dès le début on sait le destin de ce « mauvais garçon », mais, comme la narratrice, on découvre sa vraie nature au fil du temps. Les rapides vignettes de la vie antérieure surgissent sous la forme de brefs souvenirs : entre eux, des silences laissent à l'auteur, comme au lecteur, de petites plages de réflexion.
Elle confesse son ingénuité, le rejet d'une vie programmée, pour relater ensuite sa descente dans les bas-fonds. D'abord les braises, puis un feu continu et dévorant. Elle adopte à la fois un ton intime (je) et un ton extérieur (elle), qui ne désavoue ni ne juge.
« Comment en un plomb vil l'or pur s'est-il fondu ? ».
Une curiosité inattendue l'attire vers un homme laid qui se trouve à l'aise dans tous les milieux. Avec lui, elle découvre les facettes inconnues d'une Inde multiforme, les turpitudes et les trafics, et sa propre déchéance.
Quant à son partenaire, elle voit enfin ses différents visages.
Derrière cette aventure personnelle, la tentation commune à plusieurs filles de son âge d'échapper à des milieux artificiels et contraignants. Malaise d'une génération, et aveuglement social.
En arrière plan, Delhi, et une Inde moins connue, la vie intense et violente, des bruits et des odeurs, le décor poétique et délétère d'un univers morbide et trompeur.
On ne quitte pas ce livre, séduit par l'aventure et la violence des émotions brouillonnes que transmet une écriture très maîtrisée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zorazur
  15 janvier 2018
Je suis interrogative à la fin de cette lecture. D'ailleurs, ai-je bien atteint la fin ? Tout devient tellement confus que je finis par ne plus savoir où est l'héroïne ni où elle en est. Il faut dire que le parti pris de flash backs désordonnés ajoute à cette confusion, passé, présent, futur, histoires parallèles, certes bien des auteurs font ce choix consistant à entremêler les époques pour plus de suspens ou de profondeur ou de je ne sais quoi, mais là c'est trop ….
On finit par se lasser, d'autant plus qu'on a affaire à une héroïne qui n'attire pas franchement l'empathie. OK elle a perdu sa mère. OK elle a eu un père absent. OK elle rencontre un type plutôt moche mais riche, plutôt désoeuvré mais qui va lui apprendre la transgression, lui faire fumer des joints et sniffer de la coke, et les 32 ou 33 positions du Kama Sutra ne sont rien à coté de leurs enlacements torrides. A part çà, quand le type se saoûle, casse la vaisselle et cogne dans les murs.... on a envie de crier Arrêtez les dégâts ! Car à aucun moment on ne voit où l'auteur veut en venir.
Je serai franche : si j'ai tenu jusqu'au bout, c'est pour Delhi. Voici longtemps que je n'y suis pas retournée, dans cette ville démesurée, polluée, abîmée, oppressante et écrasante et en lisant ce livre j'ai compris combien Delhi me manquait. Je me suis revue dans le Lodi Garden enchanteur, j'ai à nouveau arpenté, éblouie et secouée, les ruelles de Chandni Chowk et les échoppes de Pahar Ganj, et je me suis laissée porter par l'incroyable émotion qui m'avait saisie devant la tombe d'Humayun et que j'ai retrouvée entre les lignes, avec force et nostalgie.
Alors si ce livre a eu sur moi un seul effet positif, c'est bien de me donner envie de retourner à Delhi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MAPATOU
  26 janvier 2017

La narratrice est une jeune femme un peu déboussolée. Agée de 20 ans, elle vit chez une tante après le décès de sa mère. Son père, parti il y a des années travailler à Singapour, l’a abandonnée.

Elle suit des études de littérature à l’université de New Delhi, sa ville de résidence. Elle n’a pas vraiment d’amis, elle se sent plutôt décalée car elle n’a pas les mêmes centres d’intérêts que les jeunes filles de son âge, à savoir se trouver un mari.

D’ailleurs, elle a refusé tous les prétendants proposés par sa tante. Dans la société fermée indienne, pétrie de conventions, elle ne peut exprimer ses véritables opinions.

Un jeune, un peu plus âgé qu’elle, va un jour la dévisager dans un café : « On m’a souvent dévisagée, bien sûr ; c’est comme ça ici, c’est ce que font les hommes. Tous les jours, d’une porte à l’autre, à bord des bus, en marchant sur les gravas qui encombrent les bas-côtés, dans les embouteillages, aux feux rouges. Regards d’incompréhension, de luxure, de fureur, de désir triste, si vides et inexpressifs que c’en est tantôt terrifiant, tantôt pathétique….Mais dans ses yeux à lui, il y a la promesse d’autre chose. »

Il est passablement laid mais quelque chose chez lui l’attire, comme le papillon de nuit attiré par la lumière. Et la jeune fille va se brûler les ailes. Il l’initiera au sexe, à l’alcool, aux drogues. Elle va définitivement se perdre et gâcher sa vie.

Deepti Kapoor a écrit là un excellent premier roman. Sa construction d’une succession de courts paragraphes nous donnerait presque le tournis, reproduisant si bien l’agitation, la foule de New Delhi. Ce n’est pas tellement l’histoire qui importe mais la description de la société actuelle indienne avec toutes ses contradictions et ses contrastes.

Elle nous parle de la réalité de son pays sans concession : « Aujourd’hui, je repense à Holi (la fête des couleurs) dans Delhi. La première année, refus têtu de sortir alors que les hommes boivent du Bhang et s’aspergent furieusement. Les ennuis sont vite arrivés. Sperme teint en une douzaine de nuances. Le tout sous couvert de couleurs. Au marché, la quête d’une proie, l’amoureux éconduit, l’amant rejeté. Le tout sous couvert d’amusement. ».




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
84 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre
.. ..