AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.29 /5 (sur 45 notes)

Nationalité : Inde
Né(e) à : Moradabad
Biographie :

Deepti Kapoor a grandi en Inde du Nord. Elle s'est installée à New Delhi en 1997 pour y étudier le journalisme et la psychologie.

Elle vit aujourd'hui à Lisbonne. Son premier roman, "Un mauvais garçon" (Seuil, 2015), a fait partie de la sélection du prix Médicis étranger.

Ajouter des informations
Bibliographie de Deepti Kapoor   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donne rendez-vous chaque dimanche à 13h30 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • le Suppléant de Prince Harry aux éditions Fayard https://www.lagriffenoire.com/le-suppleant.html • le procès du Père Noël: Condamnerez-vous le père Noël ? de Raphaël Costa aux éditions Enrick https://www.lagriffenoire.com/le-proces-du-pere-noel-condamnerez-vous-le-pere-noel.html • La géopolitique, tout simplement: Comprendre le monde et les relations internationales de Anne Sénéquier et Pascal Boniface aux éditions Eyrolles https://www.lagriffenoire.com/la-geopolitique-tout-simplement-comprendre-le-monde-et-les-relations-internationales.html • Age of Vice de Deepti Kapoor et Michèle Albaret-Maatsch aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/age-of-vice.html • Sambre : Radioscopie d'un fait divers de Alice Géraud aux éditions JC Lattès https://www.lagriffenoire.com/sambre-radioscopie-d-un-fait-divers.html • Quatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes de Lionel Shriver aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/quatre-heures-vingt-deux-minutes-et-dix-huit-secondes-1.html • À prendre ou à laisser de Lionel Shriver et Catherine Gibert aux éditions Belfond https://www.lagriffenoire.com/a-prendre-ou-a-laisser.html • Les Gens de Mogador - Dominique (T1) de Elisabeth Barbier aux éditions Archipoche https://www.lagriffenoire.com/les-gens-de-mogador-t.5-dominique-t.1.html • Hérétiques de Leonardo Padura aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/heretiques.html • le bureau d'éclaircissement des destins de Gaëlle Nohant aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/le-bureau-d-eclaircissement-des-destins.html • La Part des flammes de Gaëlle Nohant aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/la-part-des-flammes.html • Les sources de Marie-Hélène Lafon aux éditions Buchet-Chastel https://www.lagriffenoire.com/les-sources.html • La Loi des hommes de Wendall Utroi aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/la-loi-des-hommes.html • Avec le monstre du placard, ça déménage ! de Antoine Dole et Bruno Salamone aux éditions Actes Sud Junior https://www.lagriffenoire.com/avec-le-monstre-du-placard-ca-demenage.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond

+ Lire la suite

Citations et extraits (74) Voir plus Ajouter une citation
Il regarde les yeux des autres garçons et finit par ouvrir la bouche.
- Où est on ? demande-t-il.
- Au Pendjab.
- On va où ? De la tête, l’un de ses compagnons indique un point au-dessus d’eux.
- Là-haut.
- Pour quoi faire ?
Le garçon détourne le regard.
- Pour travailler, lui répond un autre.
P.27
Commenter  J’apprécie          50
Il aime courir au milieu des arbres, jouer avec les chiens de ferme, s’asperger la figure d’eau froide, s’asseoir avec maman le soir à côté du feu. Et il découvre autre chose : il a plaisir à faire plaisir, il a plaisir à anticiper tout désir éventuel, pas seulement ceux de maman et papa, mais de tout le monde, des commis de ferme, des bêtes, des commerçants. Il ne s’agit pas seulement de faire plaisir, pas vraiment, ça ressemble davantage à une façon de panser une blessure, de contenir la marée, à un sacrifice pour abolir le traumatisme de sa naissance.
Commenter  J’apprécie          00
L’hiver se termine, le printemps approche, la neige fond et on ne va pas tarder à mener le bétail à la pâture. À la ferme, on lui montre les vaches, on lui apprend à donner du fourrage aux animaux, à curer leurs étables, à s’occuper de la traite, à attacher les bêtes au pré. Le matin, Ajay doit courir chercher deux pichets de lait pour la maison. Les commis descendront le reste afin qu’il en fasse du ghee ou qu’il le mette en bouteille pour le vendre.
Commenter  J’apprécie          00
Ajay accomplit toutes les tâches qui lui incombent, court après les étrangers, apprend le pendjabi et l’himachali en plus de son hindi, grappille des notions d’anglais, d’allemand, d’hébreu et de japonais, comble les preuves creuses de son existence, donne nom à une foule de choses, maman est gentille avec lui – parfois larmoyante, parfois cruelle –, mais elle s’emploie à lui apprendre à lire et écrire, à écrire son nom en anglais aussi.
Commenter  J’apprécie          00
Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est qu’Ajay n’était qu’un gamin de huit ans, mal nourri. Sachant à peine lire. Vigilant depuis le fond du fond de ses yeux. Sa famille était pauvre. Ravagée par la misère. Vivant au jour le jour dans une hutte, colmatée avec des herbes sèches et des morceaux de plastique, bâtie sur un monticule au-dessus de la plaine inondable près des roseaux à quenouilles à quelques jets de pierre du village.
Commenter  J’apprécie          00
Son corps s’inscrit dans l’âge adulte, alors que son psychisme est encore à la traîne quelque part, Ajay parfois enfant cherche sans relâche à ce qu’on ait besoin de lui plus que lui n’a véritablement besoin de quiconque. L’été, il dort seul la nuit dans sa chambre en écoutant les fêtes dans les vergers de pommiers, l’hiver en haut, à la chaleur de la cheminée.
Commenter  J’apprécie          00
Tous les jours, le gamin se rend à pied à l’école publique, une structure vieillissante et délaissée ; espoir déçu de béton sans portes ; fenêtres aux volets de bois fragmentés et criblés de trous ; pièces trop exiguës pour la multitude d’enfants morveux, cheveux peignés, cheveux huilés, aux uniformes décousus mais propres et luttant contre l’usure à tout-va.
Commenter  J’apprécie          00
Les femmes plaisantent sur son physique séduisant. « Ce n’est qu’une question de temps », dit l’une d’elles, et elles rigolent les unes des autres d’un air entendu. Curieux, le passage du temps. Curieux, ce corps. Mais Ajay n’est pas comme ça. Il n’a pas une once de malice et sait que le corps peut se révéler extrêmement précaire.
Commenter  J’apprécie          00
Quand quelqu’un a besoin d’un briquet, il accourt avec sa boîte d’allumettes, en frotte une et observe les rires. Il décide d’avoir toujours sur lui une boîte d’allumettes, où qu’il aille. Allume un chillum, une cigarette chaque fois qu’il en a l’occasion. Le Môme aux allumettes. C’est le surnom qu’ils lui donnent.
Commenter  J’apprécie          00
Il cherche à se rappeler le chemin pour rentrer chez lui. Dans l’après-midi, il se réveille sans se rendre compte qu’il a dormi et découvre une ville dotée de larges boulevards, de grands immeubles, de jardins débordants de fleurs éclatantes de couleurs, un monde rêvé, croit-il.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Jeu du vrai ou faux ? [23. Difficultés en français]

1. Le mot DAHLIA est ici correctement orthographié.

VRAI
FAUX

10 questions
277 lecteurs ont répondu
Thèmes : orthographe , françaisCréer un quiz sur cet auteur