AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Éditeur : CNDP-CRDP (01/01/2012)
4/5   1 notes
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
bina
  19 octobre 2012
La revue TDC consacrée en janvier 2012 à Jean-Jacques Rousseau pour le tricentenaire de la naissance de cet auteur m'a ouvert les yeux et m'a permis de mieux comprendre certaines lectures que je fais actuellement de l'oeuvre de cet auteur genevois. Je vais donc apporter des éclaircissements sur certaines des oeuvres que je projette de lire dans les semaines qui viennent. Je ne parlerai pas des Confessions, pour lesquelles j'ai fait une critique il y a peu de temps.
Jean-Jacques Rousseau est écrivain, philosophe, inventeur du genre autobiographique, musicien, musicographe, naturaliste. Il reproche à la société du 18e siècle sa servitude volontaire et son goût pour l'accumulation des richesses auxquels il faut opposer des valeurs de simplicité et de nature.
JJ Rousseau, au coeur de son siècle, occupe une position singulière, à la fois centrale et marginale. Il s'est ainsi livré à une critique des Lumières, sans pour autant être un anti-lumière. Il critique certaines présuppositions des Lumières, mais c'est pour donner une plus grande force au projet d'émancipation personnelle et collective. Il est un penseur lucide qui peut nous aider à l'être.
Il ne vient pas tout de suite à la philosophie. Il y arrive après avoir été contacté par les Encyclopédistes pour écrire des articles sur la musique. En 1750, l'académie de Dijon pose la question de savoir si ‘'le rétablissement des sciences et des arts a contribué à épurer les moeurs''
Pour Rousseau, la réponse est non et il développe ses arguments. Pour lui, les pouvoirs despotiques favorisent la culture, afin de faire oublier aux hommes la perte de liberté. Et le vrai mobile du développement des sciences, c'est la recherche du luxe. Or cette recherche de luxe agit sur les valeurs morales et esthétiques. Dans ce cas, les motifs des chercheurs et des écrivains n'est plus de faire avancer les connaissances, mais de se faire valoir. Cette réflexion donne le discours sur les sciences et les arts.
Quatre ans plus tard, il participe à nouveau au concours de l'Académie de Dijon, cette fois avec le sujet suivant : ‘'Quelle est la source de l'inégalité parmi les hommes et si elle est autorisée par la loi naturelle''. Son Discours sur l'inégalité commence ainsi : ‘'Le premier qui, ayant enclos un terrain, s'avisa de dire « Ceci est à moi », et trouve des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile''. Dans ce texte, Rousseau écarte tout ce que l'on prête à la nature et que l'homme acquiert par la socialisation pour reconstituer les chainons de l'évolution de ce qui était ‘'un animal stupide et borné'' et qui devient ‘' un être intelligent et un homme''. Les évolutions successives ont induit un développement des passions, l'invention des des langues, la faculté à raisonner. Mais ces établissements portent en germe l'établissement de la propriété, des lois pour la garantir, des gouvernements : soit la formation de sociétés d'inégalités et de servitude. Rousseau explique les contradictions de l'être civile. Les liens qu'il noue avec ses semblables sont corrompus par l'envie. L'homme accède à la raison, mais est incapable de se conduire raisonnablement. Pour protéger sa liberté, il entre dans des rapports de domination.
Dans le Contrat social (les principes du droit politique), Rousseau considère qu'écarter les citoyens de l'exercice de leur pouvoir collectif de décision, ce n'est pas seulement les priver de leurs droits de citoyens, c'est tarir la source de la volonté générale.
De nombreuses critiques ont assassiné Rousseau plus d'une fois, relevant aussi des contradictions dans ses idées et ses écrits. Ainsi dans l'Emile, par exemple. Dans son Discours sur l'économie politique, il montre l'importance de l'éducation publique. Mais dans l'Emile, il a écrit un traité d'éduction privée, Emile étant élevé seul et presque hors de la société. Cependant, les deux tiers de l'ouvrage sont consacrés à la façon dont il pourrait s'insérer dans la société. Pour lui, une éducation ‘'selon la nature'' faisait d'Emile un homme exempt de la corruption sociale. Mais Emile est un sauvage fait pour vivre en ville.
Ces oeuvres à l'époque ont fait polémique, et il fallu attendre le XXe siècle pour que l'analyse prennent le pas sur les polémiques.












+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


autres livres classés : revueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1162 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre