AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791097365561
194 pages
Revue America (02/10/2019)
4.19/5   32 notes
Résumé :
Un entretien avec JOYCE CAROL OATES chez elle, a Princeton. À l occasion de la parution de son nouveau roman événement, la grande dame des lettres américaines se livre comme jamais au fil de 24 pages, autour des sujets qui ont jalonné son uvre immense : la question de l avortement qui ne cesse d écarteler l Amérique, le de clin de la classe moyenne, le pe ril de mocratique qui plane sur les E tats-Unis à l approche de l élection présidentielle, mais aussi son espoir... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
le_Bison
  16 février 2020
Bon voilà... C'est mon premier America... Je commence tard, la première ère Trump approche de sa fin... Mais mieux vaut tard que jamais, parait-il...
Qu'est-ce que je retiens donc de ce tome 11/16 ?
Tout d'abord, je reviens sur la fin, une histoire de poussière. Demande à John Fante, ce qu'il en pense sous la poussière enseveli des dernières décennies où je prend plaisir à redécouvrir tranquillement ses bouquins, et ceux du grand Bandini.
Et puis il y a aussi ce texte de William T. Vollmann, le grand écrivain des marginaux, un homme de grand coeur, l'humanité littéraire.
Un retour sur Macadam Cowboy s'impose, film culte d'un bison des grandes plaines, même à New-York, les marges c'est mon truc.
Je vois aussi ces photos d'une "peuplade" d'Alaska, évoquant aussi le réchauffement climatique renié par le crane orange.
Un entretien avec Joyce Carol Oates qui analyse ses compatriotes. Une chose est sure, des divisions politiques ont toujours existé, mais la démesure est telle maintenant qu'il y ait surtout question de Haine. Haine entre les différentes groupes ethniques, haine entre les différentes classes sociales, haine même à l'intérieur d'une même famille pro-trump, anti-trump. La mandat Trump, c'est l'ère de la HAINE.
L'Amérique des Marges, l'Amérique comme vous ne l'avez jamais lue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344
mumuboc
  26 octobre 2019
Vaste thème et tellement, malheureusement de plus en plus d'actualités. Il s'agit d'évoquer toutes les marges : raciale, sexiste, sociétale identitaire etc….. des Etats-Unis. L'Amérique fait (faisait) rêver mais soulevons le voile des apparences et regardons de plus près la réalité. Voilà ce que propose le nouveau numéro d'America, regarder les USA au microscope et d'ailleurs il n'est pas nécessaire tellement les marges sont criantes, s'élargissent…..
"Il faut voir le monde avec un oeil neuf et sentir qu'on peut le réinventer.
Wallace Stevens
(3ème de couverture)"
Je me suis délectée de l'entretien avec Joyce Carol Oates qui revient sur la politique de Trump mais surtout sur son travail d'écrivain. J'aime cette auteure, si discrète mais aux romans si riches de l'histoire des Etats-Unis, de ses habitants et dans lesquels elle dénonce toutes ses dérives.
C'est un numéro particulièrement réussi, évoquant avec des auteur(e)s concernés ou impliqués tels que Alex Marzano-Lesnevich et sa quête identitaire, Marie Darrieussecq et un autre Bayonne que celui où elle est née, William Wollmann pour les sans-abris qu'il côtoie, Philippe Coste et un passionnant article sur les marginaux du système de santé américain : terrifiant et impossible de ne pas faire le parallèle avec notre pays, encore privilégié de ce côté là mais pour combien de temps ! Et si nous parlons temps, lisez ce qu'en dit Jonathan Safran Foer sur le changement climatique et les choix que nous devons faire.
Découvrir une nouvelle inédite de Toni Morrison sur deux femmes, l'une noire, l'autre blanche, différentes et pourtant si semblables, la petite histoire d'un livre est consacrée ce trimestre à Demande à la poussière de John Fante, un auteur que je connais peu et les rubriques habituelles du poisson rouge, d'un film Macadam Cowboy (que du coup j'ai très envie de revoir). Découvrir Las Vegas, ville de lumières et du jeu, avec Alice Zeniter, mais ville artificielle et Lee Stringer qui revient sur son passé de marginal et d'une main tendue qui l'en a sorti.
Chaque trimestre, quand sort un numéro de ce magazine, je pars en voyage : voyage dans un pays qui me faisait rêver mais peu à peu je me rends compte que la réalité est loin du rêve, que c'est un pays miroir aux alouettes, où la détresse, les inégalités sont de plus en plus criantes, où les grands espaces sont en danger. Mais c'est surtout, pour moi un voyage dans la littérature américaine, j'y découvre des auteur(e)s que je n'aurai connu et nombreux sont ceux qui ont enrichi ma PAL……
Voilà ce que je demande à la littérature : qu'elle me fasse rêver, voyager et si en plus elle me permet d'apprendre à travers la plume d'auteur(e)s qui se font grands reporters pour témoigner de ce qu'ils voient, vivent, comprennent, le voyage n'en est que plus beau.
Et je ne résiste pas à retranscrire le poème de Charles Bukowski qui figure en page 4 et que je trouve particulièrement beau, juste :
"Ta vie est ta vie
Ne te laisse pas abattre par une soumission moite
Sois à l'affût
Il y a des issues
Il y a de la lumière quelque part
Il y en a peut-être peu
Mais elle bat les ténèbres
Sois à l'affût
Les dieux t'offriront des chances
Reconnais-les
Saisis-les
Tu ne peux battre la mort
Mais tu peux l'abattre dans la vie
Et le plus souvent tu sauras le faire
Le plus il y aura de lumière.
Ta vie, c'est ta vie.
Sache-le tant qu'il est temps
Tu es merveilleux
Les dieux attendent cette lumière en toi."
Lien : https://mumudanslebocage.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
MELANYA
  12 septembre 2021
Comme d'habitude et chaque début de mois, je guettais la sortie du nouveau numéro de cette agréable revue « America ».
Cette fois, on a continué le compte-à-rebours car nous en étions au numéro 11/16 : "America, n°11 : L'Amérique des marges."
Ce magazine est d'un rouge flamboyant (jamais la même couleur) et il ne risquait pas de passer inaperçu.
J'ai vite regardé la tranche et vu que la lettre y figurant, était le « C ». Important de bien classer ces numéros dans l'ordre.
Bien entendu, il est très difficile de chroniquer un tel magazine de ce genre, car tellement complet et diversifié qu'il faudrait presque en recopier le sommaire… Alors, je vais simplement vous en donner un aperçu afin de vous indiquer quelques idées (mais seulement quelque- unes, bien sûr : sorry).
Je vais d'ailleurs éviter ce qui est écrit en quatrième de couverture car c'est déjà un bon résumé.
On y trouve un article sur Jonathan Safran Foer : « Notre choix » - évidemment la chronique de notre bien connu poisson rouge – une grande question : « L'Amérique est-elle malade ? » - un portfolio : « Top of the world » - ne pas oublier l'hommage à Toni Morrison - le grand roman américain avec John Fante et « La Saga Bandini » - la petite histoire d'un grand livre par André Clavel….
Là, je m'oblige à ne pas en citer d'autres car, comme d'habitude, ce magazine fourmille littéralement de dossiers, chroniques, de belles illustrations, des pages et des pages de magnifiques photographies.
Je ne sais pas si c'est une impression personnelle, mais j'ai trouvé que cette revue devenait de plus en plus belle.
Pour ma part, j'en ai été une inconditionnelle et il ne me reste plus que quelques numéros à chroniquer.
To be continued….

Lien : https://www.babelio.com/monp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Zippo
  21 octobre 2021
Un édito de François Busnel sur l'injustice sociale aux Etats-Unis.
Un article de Jonathan Safran Foer qui s'interroge sur notre incapacité à croire à ce qui doit fatalement arriver.
"Nous ne pensons peut-être pas que les climatologues mentent, mais sommes-nous capables de croire ce qu'ils nous disent ?"
L'habituelle chronique du Poisson rouge. Celle de ce numéro est hilarante.
Un interview passionnant de Joyce Carol Oates.
Une enquête sur le système de soins aux Etats-Unis : terrifiant.
Un texte de William T. Vollmann sur les SDF et les ennuis qu'il a eus avec la ville de Sacramento en en accueillant.
A partir d'un évènement bouleversant, la mort d'une SDF surnommée Mama dans la gare de Grand Central à New York, Lee Stringer nous relate son étonnant parcours.
Chris Offutt nous plonge dans les conflits de classes et de races américains.
Marie Darrieussecq, native de Bayonne, nous entraîne sur l'île de...Bayonne face à New York. Un surprenant récit relatant des rencontres émouvantes, la découverte d'un monument aux victimes de l'attentat du 11 septembre, monument qui eut du mal à trouver son emplacement définitif.
Il y a également dans ce récit une "discussion" entre l'auteure et un électeur de Trump.
La rubrique Top of the World nous propose une série de photos sensationnelles sur la ville d'Utqiagvik en Alaska qui est la localité la plus septentrionale des Etats Unis.
Suite au décès de Toni Morrison America nous offre sa seule nouvelle jamais publiée.
Le destin de deux femmes, l'une blanche et l'autre noire.
Alice Zeniter nous entraîne dans une promenade à Las Vegas. Intéressant, mais aussi troublant.
Douglas Kennedy nous propose un article plein d'émotion et de nostalgie au sujet du film culte "Macadam Cowboy".
Il nous parle du New York de la fin des années 60, celui de son adolescence. Il regrette la gentrification de ses quartiers populaires. New York lui paraît totalement aseptisé.
J'ai beaucoup aimé son évocation des deux personnages du film, le jeune provincial natif du Texas et le SDF malade, deux solitudes qui se rencontrent.
Avec le talent que nous lui connaissons, Douglas Kennedy nous offre de belles pages pleine d'humanité.
Un article retraçant l'histoire de South Park, décapante série sur les obsessions américaines, qui énerve les ligues vertueuses américaines et qui a connu un succès mondial.
Ce numéro se termine avec un émouvant article sur l'auteur italo-américain John Fante (1909-1983) avec des détails très touchants sur la vie de ce rebelle, suivi d'un extrait d'un de ses meilleurs romans "Demande à la poussière".
En somme, encore un excellent numéro de la revue America.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
morris45
  08 octobre 2019
Le grand entretien avec Joyce Carol Oates (futur Prix Nobel cette semaine?) et une nouvelle inédite de Toni Morrison. Beau menu!!!
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   23 janvier 2020
AU PAYS DES HILLBILLIES PAR CHRIS OFFUTT

La semaine dernière, ici à Oxford, une jeune étudiante de l'université du Mississippi a été retrouvée à 30 kilomètres du campus, le corps criblé de huit balles. Deux jours plus tard, un étudiant a été arrêté avec du sang sur ses vêtements et une arme dans son véhicule. Il venait d'un milieu très privilégié et avait fréquenté un lycée baptiste privé. Aux Etats-Unis, il représente tous les privilèges : un homme riche, blanc et chrétien. Maintenant, le voilà bon pour des années de prison.
Le meurtre de sang-froid d'une charmante jeune femme de 21 ans est horrible et inhabituel. En même temps, ce genre d'actes se multiplient depuis Trump. Il y a deux mois, un policier d'Oxford a été accusé du meurtre de sa petite amie. La présence de Trump à la Maison-Blanche alimente une brutalité chaotique partout dans le pays, une violence qui s'est propagée jusqu'à la petite université publique où j'enseigne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
le_Bisonle_Bison   27 janvier 2020
Mais ici, lui fais-je remarquer, vous êtes tous des immigrants ? "On est tous irlandais, dit-il fièrement. Et italiens et polonais aussi. Au départ, ce sont des Hollandais qui ont fondé la ville. Et bien sûr, avant, il y avait des Indiens", ajoute-t-il songeur. Nous marquons une courte pause. Comme souvent quand je suis aux États-Unis, j'essaie d'imaginer cet endroit vide de béton et de macadam, peuplé de nomades et de bisons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
doublepagedoublepage   08 mai 2020
Grand Entretien avec Joyce Carol Oates p 50
FB : Quelles sont les règles pour écrire un bon roman ?
JCO : Aucune.
FB : Non sérieusement ?
JCO : Chacun doit trouver sa voix. Vous pouvez écrire des romans extraordinaires avec énormément de phrases, une infinie lenteur et une immense densité, comme Proust. Et vous pouvez écrire des romans extraordinaires avec des paragraphes très courts comme Hemingway. Ou des ellipses temporelles extrêmement compliquées comme Faulkner .
Aucune règle donc. Si vous tenez vraiment à en édicter une, la voici : n'ennuyer pas le lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Marylou26Marylou26   09 novembre 2019
Les marges ne sont pas, comme on le croit trop souvent, les limbes. C’est le lieu de l’authentique liberté, à laquelle pas mal d’entre nous restent attachés. Off to the side. C’est sans doute la place qui convient le mieux aux artistes - et en premier lieu aux écrivains. (p. 3)
Commenter  J’apprécie          70
Marylou26Marylou26   09 novembre 2019
Qui sont-ils, les marginaux d’aujourd’hui ? Les humbles. Les anonymes. Les SDF - toujours si nombreux, partout, dans toutes les villes. Les ouvriers, au corps cassé par une vie de combats. Les paysans, écrasés de dur labeur. Les retraités sans retraite qui doivent accepter, à 75 ans ou 80 ans passés, un ou deux boulots mal payés pour vivoter dans un logement déglingué. Ceux qui vivent dans des mobile homes, à l’écart des centres urbains. Ceux que ravagent de multiples addictions. Ceux qui ne trouvent plus la force d’avancer. Auxquels s’ajoute la foule innombrable des gens de mérite qui n’ont pas la chance d’être nés du bon côté de la barrière et pour qui l’ascenseur social est en panne. (p. 3)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Revue America (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Revue America
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
America n°9 de François Busnel et Eric Fottorino aux éditions Revue America https://www.lagriffenoire.com/146977-livres-preparation-ecole-public-america-n-9.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
autres livres classés : revueVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura