AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations sur Le Geste d'Alban, tome 1 : L'enfant monstre (7)

Colibrille
Colibrille   26 décembre 2016
Alors, les yeux levés vers les flammes qui montaient dans les cieux noirs et indifférents, comme un défi à la Brèche, au sort et à celui qui, là-haut, jouait avec leur destin, Alban pleura.
Il pleura sur son père, sur Lop, sur son enfance, et sur cette beste qu'il venait de tuer, sa sœur dans la difformité, objet de toute la haine et de la peur des autres.
Commenter  J’apprécie          30
nadouk
nadouk   17 mai 2013
Oui, sous leur masque d'humanité, ils étaient petits, mesquins, cruels, égoïstes et laids, dans leurs pensées comme dans leurs actes, mais Bérangère, Aymeric, Lamia, Enguerrand de Trencavel ou son père lui avaient montré un autre visage... Celui de la vaillance, de l'honneur, du dévouement, du sacrifice, de l'amitié ou de l'amour... et cela méritait bien que l'on se batte pour le protéger, pour faire jaillir de l'homme ce qu'il avait de meilleur.
Commenter  J’apprécie          20
Colibrille
Colibrille   25 décembre 2016
- Trobador?
- Oui messire.
- Vous ne m'avez pas interrogé sur mon physique...
- Faites excuse, messire Alban, mais en ce qui concerne les hommes, contrairement aux dames, je suis peu sensible à ces détails pour choisir mes amis.
Un rire rafraîchissant fusa de sa gorge, se répercuta contre les voûtes de pierre avant de se briser en mille éclats de joie éphémère.
Alban, qui, derrière son masque, ne pouvait s'empêcher de sourire, disparut au tournant de l'escalier, vers l'étage supérieur.
Commenter  J’apprécie          10
Colibrille
Colibrille   26 décembre 2016
- Je vais y arriver, ce n'est qu'une question de temps.
- Devrais-je vous rappeler, ma mis, que c'est justement là une denrée dont nous ne debordons pas?
Commenter  J’apprécie          00
Colibrille
Colibrille   25 décembre 2016
- Faites excuses, Monseigneur, mais je ne pensais pas qu'un brécheux puisse hériter d'un fief, en ces terres.
Les mots touchèrent Alban mais ne le blessèrent pas. [...]
- Cela vous choque-t-il? demanda-t-il seulement.
- Me choquer? Le colosse secoua sa tête de demi-loup. Non, ça m'étonne. Monseigneur me pardonnera, mais des gens touchés par la Brèche, j'en ai plus souvent vus debout sur des bûchers qu'assis sur des trônes.
Commenter  J’apprécie          00
Colibrille
Colibrille   25 décembre 2016
- Que laisserais-tu derrière toi, à part la pierre de ces murs? Des amis? Ta famille?
Le silence d'Alban était plus évocateur que tous les discours.
- Il n'y a rien, ici, pour te retenir. Ce qui fait un foyer ce sont ceux qui le peuplent, pas les murs qui le bornent.
Commenter  J’apprécie          00
nadouk
nadouk   17 mai 2013
"Je te le promets... mon fils".
C'était la première fois qu'elle le nommait ainsi, et même si elle n'était pas sa mère, même si des années d'indifférence et de haine les avaient séparés, dans cette fugace et douce étreinte, dans ce parfum de femme qui émanait d'elle, Alban sentit une chaleur bienfaisante se répandre en lui et y laver le pus de ses anciennes blessures.
Commenter  J’apprécie          00


    Acheter ce livre sur

    LirekaFnacAmazonRakutenCultura