AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 235450179X
Éditeur : Nouvel Angle éditions (13/10/2011)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Les Maljours s’achèvent à peine, la lumière caresse timidement les terres d’Oc blessées par le cataclysme. Les hommes luttent contre les Malebestes en un combat sans merci. C’est en cet âge sombre que naît Alban, un enfant difforme, touché par le souffle maudit de la Brèche du Diable. Rejeté par les siens après la mort de son père, il va, toujours masqué pour dissimuler son visage aux autres hommes…
Alban deviendra pourtant le plus fameux des Traquebestes de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Colibrille
  28 décembre 2016
Comme dans sa série "Louis le galoup", l'auteur encadre son histoire d'un chapitre d'introduction et un autre de conclusion. Ces chapitres témoignent à eux-seuls du talent de conteur de Jean-Luc Marcastel. L'histoire n'est même pas encore commencée que l'auteur suscite déjà notre curiosité et nous tient en haleine. De sa voix envoûtante, il nous fait basculer dans son imaginaire. On a alors qu'une envie, se blottir dans un fauteuil au coin du feu pour lire !
La série "Louis le galoup" occupe une place importante dans mon cœur de lectrice. J'avais hâte de retrouver son univers médiéval-fantastique à travers les aventures d'un nouveau personnage, Alban. J'avoue que j'ai craint un instant de ne pas être aussi étonnée et captivée que lors de ma première découverte de l'univers de la Grande Brèche. Au final, j'ai dévoré ce premier tome tout comme j'ai dévoré la série dédiée à Louis ! Bien que l'univers soit le même, l'auteur parvient à nous le rendre étranger car il l'aborde d'un angle différent. On a donc le sentiment de le découvrir pour la première fois.
Si j'ai été ravie de me replonger dans l'atmosphère sombre des Malesjours, j'ai également adoré retrouver l'écriture de Jean-Luc Marcastel, si foisonnante et envoûtante. Sa plume participe activement à l'immersion du lecteur dans l'univers moyenâgeux du roman grâce à l'utilisation d'un vocabulaire bien particulier. La langue qu'il utilise possède une réelle complexité ainsi qu'une musicalité qui la rende unique et savoureuse pour le lecteur. Si j'ai adoré ce premier tome, c'est autant pour l'intrigue que pour l'écriture elle-même. Idem pour "Louis le galoup" d'ailleurs, dont j'ai autant apprécié l'histoire que l'écriture.
L'intrigue de ce premier tome est dense et possède une construction soignée. L'auteur y chante un bel hymne à la tolérance et au respect. En mettant en scène un personnage né avec des difformités, il nous confronte à nos propres préjugés, craintes et travers inavoués. Dans ce tome, il met également en scène une vaste galerie de personnages, savamment travaillés, parfois ambivalents, souvent émouvants.
L'auteur a réussi à me tirer les larmes aux yeux dans ce premier volume, autant dire que je redoute la suite autant que je l'espère !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Anneso
  20 janvier 2012
Alban est un brêcheux : marqué par le diable avant même d'avoir vu le jour alors qu'il était encore dans le ventre de sa mère, il est doté d'un énorme bras davantage animal qu'humain, possède des yeux jaunes à la pupille verticale et des cheveux blancs, alors qu'il n'a que dix-sept ans. de plus, il est forcé de porter constamment un masque de cuir pour dissimuler son visage. Sa mère étant morte peu après sa naissance, il vit avec son père, le seigneur Garmon de Tournemire dont il est le fils aîné, Dame Jacint, qui est la nouvelle épouse de son père, et Enric, son demi-frère. Seul depuis sa plus tendre enfance, rejeté et raillé par les hommes, il a pour ami Lop, un loup. Car il faut savoir qu'Alban possède un don un peu spécial : celui de communiquer avec les animaux. Alors qu'il est parti défendre le royaume des malbestes, sortes d'animaux monstrueux, avec son père, celui-ci est gravement blessé par une « faïna ». Mais, Alban parvient à s'en sortir grâce à l'aide du célèbre Enguerrand de Trencavel, un traquebeste dont il eut la chance de croiser la route. Suite à ses blessures, Garmon décède. le royaume revient de droit à Alban, mais sa belle-mère ne compte pas le laisser aussi facilement monter sur le trône, car elle rêve de cette place pour Enric. Par ailleurs, Enguerrand offre à Alban l'opportunité de se joindre à lui dans le clan des Traquebestes. Choix difficile pour Alban, qui sera sans aucun doute lourd de conséquences…
Tout d'abord, je tiens à souligner la qualité des personnages qui nous sont servis dans ce roman. Alban est un héros qui tente de combattre le regard des autres, et parfois même sa propre vision qu'il a de lui. Car oui, il faut le reconnaître, il a l'apparence d'un monstre, mais il faut le dire également, un courage à toutes épreuves et un altruisme incroyable. Peu après la mort de son père, un saltimbanque se fait jeter en prison pour avoir volé des saucisses. Alban lui vient en aide, non seulement en le sauvant d'une peine de mort, mais il conserve également son luth, auquel ce « trobador » tient tant afin de lui remettre plus tard. Il est également très émouvant et m'a beaucoup touchée lors du décès de son père. Ce dernier lui demande de lui pardonner de ne pas avoir été un bon père, de ne pas l'avoir défendu comme il aurait dû le faire, et Alban semble toucher son plus bel espoir du doigt : son père lui fait part de son amour et reconnaît ses erreurs. Sa relation avec Lop est très belle, basée sur une amitié sincère et une confiance réciproque. Dame Jacint est une vraie marâtre avec ce pauvre Alban : après l'avoir éloigné de son père pendant son enfance et son adolescence, elle espère maintenant l'évincer du pouvoir. Il est clair qu'elle déteste Alban. Il en va de même pour Enric, qui n'hésite pas à se moquer de son frère en public tout en prenant un malin plaisir à le faire. Mais Alban va avoir la chance de rencontrer Enguerrand puis, par la suite, un groupe de saltimbanques. Chacun mettront, à leur façon, un peu d'espoir dans sa vie.
C'est avec beaucoup de plaisir que je me suis laissée embarquer par l'auteur dans cet univers, d'autant plus que ce dernier utilise parfois un vocabulaire moyenâgeux, ce qui colore son récit. Il le raconte d'ailleurs à la manière d'un troubadour, en s'adressant à son lectorat, en l'entraînant là où il le désire, en explicitant plus précisément certains passages, comme s'il souhaitait nous éclairer de ses lumières. Grâce à cette plume agréable, nous avons l'impression que le récit date du Moyen-Age, s'accordant ainsi parfaitement avec la narration qu'il nous propose. L'écrivain nous offre quelques citations en vieux français, qui sont bien sûr traduites mais qui nous emmène encore un peu plus loin dans ces sentiers médiévaux. Un petit lexique à la fin nous explique quelques rudiments concernant cette époque et nous définit certains vocables particuliers que l'auteur a choisi d'employer.
L'histoire est donc très prenante. Les éléments s'enchaînent rapidement, bien que Jean-Luc Marcastel insiste là où il faut. le passage de la mort du seigneur est retranscrit avec beaucoup d'émotions. de même la colère d'Alban lorsque… non ça je ne peux pas vous le dire. Quoi qu'il en soit, ce livre vous prend aux tripes. On suit le cheminement d'Alban, dans ses doutes, ses décisions et son parcours. Certains passages sont vraiment époustouflants. L'auteur nous décrit avec brio ces décors du sud de la France, ces paysages sylvestres et ces légendes du pays d'Oc. Grâce à son écriture belle et fluide, son amour pour cette région transparaît dans son récit. Quelques illustrations sublimes se trouvent en fin du livre, nous offra
Lien : http://decouverteslivresques..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nadouk
  17 mai 2013
Mon premier roman historique de littérature jeunesse et je me suis laissé emportée même si le style emphatique et les nombreuses descriptions m'ont un peu freiné. Mais, il faut avouer que passer ces premières réticences, on se laisse prendre par l'histoire d'Alban et on est plongé dans cette époque médiévale où les superstitions et croyances sont nombreuses et les esprits sont assez fermés.
Mais, ce qui m'a plu avant tout c'est la belle leçon que nous livre Alban sur la nature humaine, le respect, la tolérance.
Il faut dire qu'Alban n'a vraiment rien pour lui : et sa description physique dévoilée peu à peu au fil des pages nous laisse imaginer un monstre (si bien que j'en ai cauchemardé...) mais on ne se laisse pas apitoyer car bien plus que le physique, Alban nous attire par son magnifique caractère, bon avant tout, courageux, par ses dilemmes : suivre un destin tout tracé ou voler de ses propres ailes...
Et un dernier mot pour l'illustrateur : les dessins en fin de roman sont magnifiques et viennent illustrer parfaitement les personnages de l'histoire.
Un premier tome qui plante un décor majestueux (l'Occitanie) avec des personnages hauts en couleur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
aurelie0207
  24 août 2014
J'ai eu du mal à le démarrer car peu avant j'avais lue Louis le galoup du même auteur alors j'avais l'impression de lire la même histoire avec la brèche etc... Puis Alban "c'est réveiller",il à confronter ces gens qui depuis des années le rejetais,et du coup il m'était dur par la suite de lâchais le livre,on a qu'une envie connaitre la suite des aventure d'Alban,je l'adore j'aurais voulu l'accompagnais,l'aider,le conseiller ,me battre a ces cotés et le protéger de certaine méchanceté,il a su pardonner les pire douleur qu'ils lui ont fait subir,j'adore vraiment la plume de l'auteur,j'ai lue ce livre pendant la journée,le soir et même la nuit et a n'importe qu'elle moment j'avais l'impression d'y être à cette veillée que le compteur nous racontait!!!
J'adore aussi le fait qui nous mettent un glossaire a la fin,sa m'as permis de me rappeler le sens premier de certains mots oublier!
Dernier petit mots concernant "les chronique" a la fin du livre qui est un petit plus car on apprend pleins de chose sur ce qui c'est passais pendants la fameuse nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Enya75
  19 février 2017
Avant Louis le Galoup, un jeune homme fit parler de lui en Occitania... Il se nommait Alban...
On croirait que le conteur du Galoup a renforcé sa verve, elle se fait plus sombre, plus ciselée, plus incroyable encore... Mais les valeurs du héros sont toujours celles d'un homme construit avec toutes les farines qui font le bon pain.
Il était une fois un conteur qui s'était invité chez nous... Il s'était installé au coin de l'âtre, et, à la lueur des flammes dansantes, nous avait raconté l'histoire de Louis, Louis le Galoup... Vous vous souvenez ? Et bien ce conteur est revenu, il a de nouveau frappé à la porte, est entré, a posé son bâton de pèlerin, s'est assis devant le "cantou" (cheminée, pour les non initiés au parler occitan), et a repris son récit... Non, pas là où il s'était arrêté la dernière fois, car l'histoire de Louis est bien finie, on le laisse à sa Roussotte et à la vie sans malebestes ni siblaires... Non, cette histoire-là commence trois cent ans avant celle de Louis... Il s'agit de celle d'Alban.
Nous allons faire la connaissance d'Alban, de Lop, d'Enguerrand de Trencavel, d'Aymeric, de Jorge, de la belle Lamia... de nouveaux héros qui vont toucher le lecteur pour l'emmener vers Occitania.
Le roman débute par angoisse et combat, mais pourquoi en est-on là ? Alors fash back... La veille de ce jour de combat contre les matagots, sur le plateau du Larzac... Retour au château de Tournemire... A la malebeste qui rode... Les événements vont s'enchaîner, vite, puis se calmer, puis reprendre en intensité, en suspens, en gravité... Avec l'arrivée d'Aymeric et sa désinvolture, l'humour rendra plus léger le récit, mais ce qui parait logique dans ce qui va suivre, Jean Luc Marcastel tourne l'histoire à sa façon, celle à laquelle on ne s'attend pas, il lui porte le souffle épique et piquant, (si tant est que l'on avait cru deviner le déroulement ! lol) pour faire palpiter le coeur du lecteur...
Lien : http://lecturesdartlubie.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (3)
Elbakin.net   31 août 2012
L’Enfant monstre, premier tome de La Geste d’Alban est un roman d’une qualité rare. L’intrigue est maîtrisée de bout en bout et le lecteur se retrouve emporté aux côtés d’Alban, vivant à travers lui le deuil, la perte et l’espoir retrouvé.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
SciFiUniverse   09 décembre 2011
Ce n’est pas sans un grand plaisir que j’ai retrouvé l’univers d’Occitania. Avec son style très éloigné des habituels standards de la littérature jeunesse, l’auteur Jean-Luc Marcastel nous embarque pour une nouvelle épopée fantastique, certes assez classique par le fond, mais extrêmement séduisante par la forme. Difficile de dire pour le moment si ce nouveau cycle égalera en qualité l’excellent Louis Le Galoup, mais cela semble bien parti pour.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
HistoiresSansFin   28 novembre 2011
Souvent sombre, parfois effrayant, le récit de la vie d’Alban, cet « enfant-monstre » passionne et captive. A mi-chemin entre la Fantasy, le roman régional et le conte, La geste d’Alban surprendra sans aucun doute les jeunes lecteurs d’aujourd’hui en faisant vivre à nouveau une tradition et une langue parfois oubliées.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ColibrilleColibrille   26 décembre 2016
Alors, les yeux levés vers les flammes qui montaient dans les cieux noirs et indifférents, comme un défi à la Brèche, au sort et à celui qui, là-haut, jouait avec leur destin, Alban pleura.
Il pleura sur son père, sur Lop, sur son enfance, et sur cette beste qu'il venait de tuer, sa sœur dans la difformité, objet de toute la haine et de la peur des autres.
Commenter  J’apprécie          30
nadouknadouk   17 mai 2013
Oui, sous leur masque d'humanité, ils étaient petits, mesquins, cruels, égoïstes et laids, dans leurs pensées comme dans leurs actes, mais Bérangère, Aymeric, Lamia, Enguerrand de Trencavel ou son père lui avaient montré un autre visage... Celui de la vaillance, de l'honneur, du dévouement, du sacrifice, de l'amitié ou de l'amour... et cela méritait bien que l'on se batte pour le protéger, pour faire jaillir de l'homme ce qu'il avait de meilleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ColibrilleColibrille   25 décembre 2016
- Trobador?
- Oui messire.
- Vous ne m'avez pas interrogé sur mon physique...
- Faites excuse, messire Alban, mais en ce qui concerne les hommes, contrairement aux dames, je suis peu sensible à ces détails pour choisir mes amis.
Un rire rafraîchissant fusa de sa gorge, se répercuta contre les voûtes de pierre avant de se briser en mille éclats de joie éphémère.
Alban, qui, derrière son masque, ne pouvait s'empêcher de sourire, disparut au tournant de l'escalier, vers l'étage supérieur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ColibrilleColibrille   25 décembre 2016
- Faites excuses, Monseigneur, mais je ne pensais pas qu'un brécheux puisse hériter d'un fief, en ces terres.
Les mots touchèrent Alban mais ne le blessèrent pas. [...]
- Cela vous choque-t-il? demanda-t-il seulement.
- Me choquer? Le colosse secoua sa tête de demi-loup. Non, ça m'étonne. Monseigneur me pardonnera, mais des gens touchés par la Brèche, j'en ai plus souvent vus debout sur des bûchers qu'assis sur des trônes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nadouknadouk   17 mai 2013
"Je te le promets... mon fils".
C'était la première fois qu'elle le nommait ainsi, et même si elle n'était pas sa mère, même si des années d'indifférence et de haine les avaient séparés, dans cette fugace et douce étreinte, dans ce parfum de femme qui émanait d'elle, Alban sentit une chaleur bienfaisante se répandre en lui et y laver le pus de ses anciennes blessures.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jean-Luc Marcastel (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Marcastel
Jean-Luc Marcastel nous a accordé une interview aux Aventuriales 2019 dans le cas du Mois de l'imaginaire.
autres livres classés : MalformationsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox