AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de BazaR


BazaR
  14 juin 2018
Es pas trop leu !!!

Voilà, j'ai dévoilé le tiers de mes connaissances en occitan et la seule qui fasse à peu près sens dans le contexte.
Pourquoi l'occitan ? Parce que l'histoire du présent roman se passe dans le Périgord, pas loin de Sarlat, en un 16ème siècle où l'occitan était encore largement plus parlé que le françois de Paris. Et puis j'ai vécu mon enfance dans le midi et j'en suis bêtement fier.
Et pourquoi « c'est pas trop tôt » ? Mais parce que je ne savais pas qu'il existait une saga historique de la France du 16ème siècle aussi bien troussée que ce que ce début laisse augurer. C'est de la génialitude distillée douze fois dans un bon vieil alambic qui sent bon la liqueur de prune.
Il était temps que je m'y mette donc, et je remercie un million de fois ma chère TheWind dont les délicieuses critiques m'ont décidé à me lancer dans cette gageure (13 volumes, ça me fait très peur en général).

Mazette et cornebidouille, quel roman ! Il est rare que je sois en tout point satisfait d'un roman historique. Souvent, l'auteur sculpte avec précision les événements historiques en étant incapable de donner de la vraie chair à ses personnages (Roger Caratini par exemple, Jean Diwo à un moindre niveau). Parfois, des personnages somptueux évoluent dans un cadre historique où la licence romanesque prend le pas sur la véracité des faits (on trouve ça chez des auteurs du 19ème siècle). Robert Merle parvient à faire vivre de vraies personnes qui m'ont instantanément touché dans un contexte historique vrai et complet.
Dans ce premier tome, Pierre de Siorac raconte son enfance au château de Mespech. Il est narrateur et on a l'impression qu'il nous nous conte ses mémoires, un peu comme dans le Grand Meaulnes. L'époque est à la conversion à la religion réformée, au choix de son camp, aux premières guerres de religion. le père de Pierre prend son temps pour affirmer sa conversion au monde, sa mère ne veut pas en entendre parler. L'ambiance de guerre civile qui pénètre le moindre foyer est palpable et on pleurerait de voir ces gens, devenus des amis à force de les côtoyer en lecture, se déchirer. Amour réciproque contre croyances incompatibles qui leur sont autant nécessaires que respirer.
Je viens de le dire, on se sent rapidement appartenir à cette famille, au sens large c'est-à-dire en comptant les domestiques. On les aime dans leurs qualités et leurs défauts. On a la chance de voir vivre le petit peuple de province avec la petite noblesse. Une vie simple faite de travail, de batailles parfois, de maladies, de discussions rigolotes et de religion catholique ou protestante qui gèrent tous les gestes de la vie ou presque. J'ai beaucoup appris sur le sort des petites gens, de cette nourrice obligée de partir se faire faire un gosse par son mari dès que sa maîtresse est enceinte, de ses hommes qui ne peuvent espérer prendre épouse tant qu'ils ne possèdent pas un minimum de moyen de faire vivre une famille, de ces gens qui sont obligés – au moins en public – de prendre la religion de leurs maîtres. L'égalité n'est pas à l'ordre du jour.
Non, elle ne l'est pas. Les maîtres de Mespech, Jean de Siorac et son frère de sang Sauveterre, sont des modérés attachants, mais ce ne sont pas des saints (et je ne dis pas ça parce qu'ils sont huguenots). Ils passent par des phases de fanatisme, ils n'hésitent pas à s'emparer des terres de paysans incapables de survivre en temps de disette moyennant fourniture de vivres. Comme je le disais, ils sonnent vrais.

Et Robert Merle parvient à mêler petite et grande Histoire en rendant cette dernière aussi palpitante que sous la plume d'un Dumas. Ce roman est aussi riche qu'un livre d'Histoire ou dix biographies. J'y ai retrouvé tout Didier le Fur et Jean-François Solnon. Il évoque un Henri II manipulé, un Philippe II d'Espagne manipulateur, un Duc de Guise obnubilé par sa propre gloire et une Catherine de Médicis dont je me suis demandé si Robert Merle voulait la faire coller à sa légende noire (comme Dumas) ou plus simplement à l'opinion qu'en avait les huguenots à l'époque (opinion pas très favorable).

J'ai vraiment vécu quelques jours avec ce livre, dans ce livre, ma réalité s'effaçant derrière cette puissante évocation d'un temps passé qui m'a semblé si incarné. Les Piliers de la Terre de Ken Follett m'avait fait cet effet auparavant, et Azteca de Gary Jennings aussi.
Mais là ce n'est qu'un début. La saga va m'accompagner plusieurs années. Et cela rend l'avenir très attractif.
Commenter  J’apprécie          4518



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (44)voir plus