AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.15 /5 (sur 9599 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tébessa (Algérie) , le 28/08/1908
Mort(e) à : Grosrouvre, Yvelines , le 27/03/2004
Biographie :

Robert Merle né en Algérie où son père est officier, vit en France à partir de 1918.

Ancien élève des classes préparatoires (hypokhâgne et khâgne) du lycée Louis-le-Grand, titulaire d'une licence de philosophie, agrégé d'anglais (reçu 1er au concours), Robert Merle consacre sa thèse de doctorat de lettres à Oscar Wilde et devient professeur au lycée de Bordeaux, Marseille puis à Neuilly-sur-Seine où il fait la connaissance de Jean-Paul Sartre, à l'époque professeur de philosophie.

Mobilisé en 1939, Robert Merle est agent de liaison avec les forces britanniques. Il est fait prisonnier à Dunkerque et reste en captivité jusqu'en 1943. En 1944, il devient Maître de conférence d'anglais à l'université de Rennes puis Professeur en 1949. Il sera successivement en poste à Toulouse, Caen, Rouen, Alger et enfin Nanterre où il se trouve en mai 1968. Cette dernière expérience a inspiré son roman "Derrière la vitre".
Très proche du Parti communiste français, il s'en éloigne à la suite de l'invasion de l'Afghanistan par l'Union soviétique.

Il publia entre autres "Un Week end à Zuydcoote" (prix Goncourt), son célèbre roman "La Mort est mon métier", "L'île", "Malevil" et la série "Fortune de France.

Il meurt le 27 mars 2004 dans son domaine de La Malmaison à Grosouvre (78) où il est enterré.

En 2008, son fils Pierre Merle a publié une volumineuse biographie : Robert Merle. Une vie de passions (Éditions de l'Aube). L'ouvrage montre que la grande saga de Fortune de France (13 tomes), très documentée et très fidèle à l'histoire de France, est aussi, à travers les deux personnages de Pierre de Siorac et de son fils Pierre-Emmanuel, une autobiographie romancée de Robert Merle, un mélange continuel de sa vie réelle et de sa vie rêvée.

En 2013, "Dernier été à Primerol", inédit suivi d'une postface de Pierre Merle, paraît aux Édition de Fallois. Ce texte est le premier écrit littéraire de Robert Merle. Il a été rédigé au cours de sa captivité en Allemagne en 1942-1943.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=64092 Pour que la chirurgie orthopédique ait pu atteindre son degré actuel de fiabilité, il a fallu une organisation hospitalière nouvelle, la création de la spécialité, son enseignement à grande échelle, la pratique d'une délibération collective rigoureuse et honnête de chaque indication opératoire, y associer médecins experts et anesthésistes, exiger une pratique opératoire efficace et applicable par tous, publier les résultats sans masquer les échecs. Tout cela, nous le devons à un assembleur. Robert Merle d'Aubigné est celui auquel les chirurgiens orthopédistes français actuels doivent de pratiquer aujourd'hui.
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (556) Voir plus Ajouter une citation
araucaria   02 mars 2013
La Mort est mon métier de Robert Merle
Notre Führer Adolf Hitler avait défini une fois pour toutes l'honneur SS. Il avait fait de cette définition la devise de sa troupe d'élite : "Ton honneur", avait-il dit, "c'est ta fidélité". Désormais, par conséquent, tout était parfaitement simple et clair. On n'avait plus de cas de conscience à se poser. Il suffisait seulement d'être fidèle, c'est-à-dire d'obéir. Notre devoir, notre unique devoir était d'obéir. Et grâce à cette obéissance absolue, consentie dans le véritable esprit du Corps noir, nous étions sûrs de ne plus jamais nous tromper, d'être toujours dans le droit chemin, de servir inébranlablement, dans les bons et les mauvais jours, le principe éternel : L'Allemagne, l'Allemagne au-dessus de tout.
Commenter  J’apprécie          880
fnitter   29 septembre 2013
Malevil de Robert Merle
La méfiance a ceci de commun avec les autres vertus : elle n'est efficace qu'à la condition de n'admettre pas d'exception.
Commenter  J’apprécie          640
beeshop   17 août 2008
La Mort est mon métier de Robert Merle
Extrait de la préface du livre écrite par Robert Merle signé du 27 avril 1972

Il y a bien des façons de tourner le dos à la vérité. On peut se refugier dans le racisme et dire : les hommes qui ont fait cela étaient des Allemands. On peut aussi en appeler à la métaphysique et s’écrier avec horreur, comme un prêtre que j’ai connu : « Mais c’est le démon ! Mais c’est le Mal !... ».

Je préfère penser, quant à moi, que tout devient possible dans une société dont les actes ne sont plus contrôlés par l’opinion populaire. Dès lors, le meurtre peut bien lui apparaitre comme la solution la plus rapide à ses problèmes.

Ce qui est affreux et nous donne de l’espèce humaine une opinion désolée, c’est que, pour mener à bien ses desseins, une société de ce type trouve invariablement les instruments zélés de ses crimes.

C’est un de ces hommes que j’ai voulu décrire dans La Mort est mon Métier. Qu’on ne s’y trompe pas : Rudolf Lang n’était pas un sadique. Le sadisme a fleuri dans les camps de la mort, mais à l’échelon subalterne. Plus haut, il fallait un équipement psychique très différent.

Il y eu sous le nazisme des centaines, des milliers, de Rudolf Lang, moraux à l’intérieur de l’immoralité, consciencieux sans conscience, petits cadres que leur sérieux et leurs « mérites » portaient aux plus hauts emplois. Tout ce que Rudolf fit, il le fit non par méchanceté, mais au nom de l’impératif catégorique, par fidélité au chef, par soumission à l’ordre, par respect pour l’Etat. Bref, en homme de devoir : et c’est en cela justement qu’il est monstrueux.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          611
Gwen21   22 mars 2013
Malevil de Robert Merle
[...] il n'est pas nécessaire de croire en Dieu pour avoir le sentiment du divin.
Commenter  J’apprécie          611
fnitter   30 septembre 2013
Malevil de Robert Merle
Nous sommes très occupés et pourtant, rien ne nous presse. Nous disposons de vastes loisirs. Le rythme de la vie est lent. Chose bizarre, bien que les journées aient le même nombre d'heures, elles nous paraissent infiniment plus longues. Au fond, toutes ces machines qui étaient supposées faciliter notre tâche, autos, téléphone, tracteur, tronçonneuse, broyeur de grain, scie circulaire, elles facilitaient, c'est vrai. Mais elles avaient aussi pour effet d’accélérer le temps. On voulait faire trop de choses trop vite. Les machines étaient toujours là, sur vos talons, à vous presser.
Commenter  J’apprécie          580
fnitter   01 octobre 2013
Malevil de Robert Merle
Quand on ne peut pas labourer avec un cheval, on laboure avec un âne.
Commenter  J’apprécie          604
Robert Merle
fredho   29 mars 2014
Robert Merle
N'oubliez pas que, si longue vous apparaisse votre existence, votre mort, elle, est éternelle.
Commenter  J’apprécie          583
fnitter   30 septembre 2013
Malevil de Robert Merle
L'homme a deux morales, selon qu'il bénéficie ou non de l'acte qui le scandalise.
Commenter  J’apprécie          540
NathalC   28 février 2019
La Mort est mon métier de Robert Merle
- En fait, reprit-il, tuer n'est rien. C'est enterrer qui prend du temps.
Commenter  J’apprécie          500
fnitter   27 septembre 2013
Malevil de Robert Merle
La nuit commence ce jour de Pâques où l'Histoire cesse, faute d'objet : la civilisation dont elle racontait la marche a pris fin.
Commenter  J’apprécie          490
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Connaissez vous les romans de Robert Merle ?

Roman historique lauréat du prix Goncourt publié en 1949 racontant la retraite d'un groupe de soldats français lors de la défaite franco-britannique lors de la seconde guerre mondiale. Mon titre est "week-end

chez ma mère'
à Deauville'
à Zuydcoote'
en amoureux

8 questions
59 lecteurs ont répondu
Thème : Robert MerleCréer un quiz sur cet auteur
.. ..