AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Découvrez votre prochain
livre sur Babelio !
& Partagez vos lectures avec la communauté
inscrivez-vous
Les Dernières Actualités Voir plus

Retour vidéo sur le SLPJ de Montreuil

07 décembre 2016

Information

Voici quelques images du Salon de la littérature et de la presse jeunesse de Montreuil, qui s'est déroulé du 30 novembre au 5 décembre dernier.

Retour en enfance avec les romans de Meg Cabot

05 décembre 2016

Compte rendu

Devenir une princesse, voilà un rêve sans doute répandu chez les petites filles. C’est ce qui arrive à Mia, une héroïne de Meg Cabot, dont les aventures viennent d’être rééditées, alors que paraît Le carnet d’Allie, tome 7. Adapté en film par les studios Disney en 2001, le Journal de Mia a bercé l’adolescence de beaucoup de lecteurs, venus en nombre mardi dernier pour rencontrer l’auteur.

Retour en texte et images sur le Salon du livre et de la presse jeunesse

28 novembre 2016

Information

Du 30 novembre au 5 décembre, était à Montreuil pour une nouvelle édition du Salon du livre et de la presse jeunesse. Avec plus de 700 rencontres programmées, et tout autant de surprises à découvrir, nous avons décidé de partager avec vous nos souvenirs.

Les plus Populaires Voir plus
Le reste de l'actualité Voir plus

Participez au défi d'écriture de décembre

05 décembre 2016

Défi d'écriture

En attendant les vacances de Noël, on vous propose non pas un calendrier mais un défi d'écriture. Le thème de ce mois-ci est : "Votre plus beau Noël".

Lisez avec nous la Ferme des animaux

01 décembre 2016

Club de lecture

Ce mois-ci, vous avez choisi de lire tous ensemble l'incontournable Ferme des animaux de George Orwell, qui raconte la révolte des animaux d'une ferme anglaise, menée d'une poigne de fer par les cochons. RDV sur le forum pour prendre part au club de lecture !

Interviewez François Busnel de La Grande Librairie

28 novembre 2016

Communauté

Vous êtes fan de La Grande Librairie ? Babelio et La Grande Librairie vous proposent d’interviewer François Busnel ! Plutôt discret, le journaliste littéraire préfère de loin poser les questions plutôt que d’y répondre… Mais pour une fois, il a accepté d’inverser les rôles et c’est vous qui allez l’interviewer.

La presse en parle Voir plus
Les critiques à l'affiche Voir plus
Oublier Tian'Anmen
07 décembre 2016
Oublier Tian'Anmen de Davide Reviati
  • 4/ 5
Tian'anmen, vingt ans. Un rendez-vous manqué. Manqué avec l'histoire, manqué avec la liberté. Un souvenir qui s'estompe, s'efface comme s'il n'avait jamais existé ailleurs que dans un tube cathodique. Que sont-ils devenus tous ces jeunes, tous ces gens, que reste-t-il de cette révolution, de ces êtres de papier face aux chars? Place Tian' anmen, un italien déambule, s'interroge seul au milieu de ces gens, est-il le seul à s'en souvenir? Vingt ans, la mémoire s'effiloche, les visages deviennent vaporeux, flous, comme gommés, absorbés par cet épais brouillard qui recouvre désormais Beijing.

Rendez-vous manqué avec ce premier amour chinois fruit de l'exil et de l'oppression qui sévissent en cette année 1989. Que subsiste-t-il de cette passion, l'illusion d'une promesse de jeunesse? Tian'anmen, un italien seul au milieu de ces chinois qui ignorent tout de cette rencontre, de ces événements, de ce "mouvement du 4 juin".

Entre visite, nostalgie et réflexion, Dario découvre la force du silence et de l'oubli. Quid de Liu Xiaobo, Zhao Ziyang, des mères de Tian'anmen, et de tous les autres? Avalés par le vide, relégués aux oubliettes de la mémoire et du souvenir de quelques proches... Davide Reviati esquisse des portraits à la manière d'un Baudoin, usant de l'expression du pinceau pour jouer avec ce vide envahissant. Un voyage tout en émotion, un trait tout en poésie.


C'était le printemps et je dormais,
ignorant l'aurore

Partout on entendait
le chant des oiseaux

Pendant la nuit il plut et
le vent se mit à souffler

Combien de fleurs
sont tombées, on
ne le sut jamais (Poésie de la dynastie Tang)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
Le rêve de Meteor Slim
05 décembre 2016
Le rêve de Meteor Slim de Frantz Duchazeau
  • 5/ 5
La vie suspendue à une corde de guitare, des accords en guise de famille, l'existence au bout de la langue, c'est le destin d'Edward Ray Cochrane. Il a plaqué sa femme pour sa gratte, son bébé pour le stormy monday, pour vivre du blues. "La vie c'est d'la putain d'merde, tu vis si vite et tu crèves. C'est ça l'truc". Des hauts, des bas, ne jamais se poser, suivre le rythme, se battre pour un shoot d'alcool, pour une mama. Dans les pas de Robert Johnson, Cochrane veut devenir Meteor Slim, hanter les juke joint, enregistrer son disque.Le rêve de Meteor Slim nous renvoie dans les légendes du blues. Dans ce sud où la vie itinérante offre de nouvelles perspectives, où les chansons permettent de s'exprimer au détriment des blancs, d'exprimer ses mœurs libertines. C'est le règne des backdoor men, de la spontanéité où la vie transsude des guitares. "Parle de ce que tu ressens, et là tu chanteras juste", mais entre Cleveland et Chicago la route est âpre, résonnant d'échecs, de fausses notes et de fantômes. Meteor n'échappera pas à la musique, entre bon temps et déception, "le blues c'est simple, c'est le vécu de celui qui joue qui est important".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Nouvelles graphiques d'Afrique
08 décembre 2016
Nouvelles graphiques d'Afrique de Laurent Bonneau
  • 4/ 5
Le temps n'a pas de prise
et sur ton sol aride
ton peuple apatride
se brise

Sur un sol politique
aux puissants abandonné
Tes enfants affamés
abdiquent

Terroir d'histoire berceau d'illusion
sur les cendres de la colonisation
s'envolent tes rêves identitaires
sous les jougs militaires

Batailles, guerres, massacres,
de démocratie en simulacres
tes ancêtres pleurent
leurs villes se meurent

Ta jeunesse s'enfuie, s'exile
pour tes idées plus fertiles
Au loin leurs cœurs grondent
une misère immonde

Sur les grands fleuves paisibles
les fauves impassibles
cèdent leur place
à d'affreux palaces

Aurifères, pétrolifères,cupriques
où vont tes richesses Afrique ?
sucreries intestinales
des multinationales

Douze regards, douze visions
D'un continent en mutation
Passionnés, révoltés ou acides
Doux, violents mais lucides

Nouvelles graphiques d'Afrique
un album féerique



Commenter  J’apprécie          378
Quiz à l'affiche Voir plus

Chasser l'intrus (auteurs)

10 questions
11 participants

Héroïnes de romans

16 questions
40 participants

Participant à

5 questions
12 participants

Incollable sur la vie de RJ Ellory ?

10 questions
10 participants

Citations à l'affiche Voir plus

domisylzen07 décembre 2016
Les Dames à la licorne de René Barjavel
Méfie-toi toujours des imbéciles, ils sont plus dangereux que les loups.
Commenter  J’apprécie          321
palamede05 décembre 2016
Les trophées de José-Maria de Heredia
La Trebbia

L'aube d'un jour sinistre a blanchi les hauteurs.
Le camp s'éveille. En bas roule et gronde le fleuve
Où l'escadron léger des Numides s'abreuve.
Partout sonne l'appel clair des buccinateurs.

Car malgré Scipion, les augures menteurs,
La Trebbia débordée, et qu'il vente et qu'il pleuve,
Sempronius Consul, fier de sa gloire neuve,
A fait lever la hache et marcher les licteurs.

Rougissant le ciel noir de flamboîments lugubres,
A l'horizon, brûlaient les villages Insubres ;
On entendait au loin barrir un éléphant.

Et là-bas, sous le pont, adossé contre une arche,
Hannibal écoutait, pensif et triomphant,
Le piétinement sourd des légions en marche.
Commenter  J’apprécie          412
Paul Eluard
palamede06 décembre 2016
Paul Eluard
Bonne justice

C’est la chaude loi des hommes
Du raisin ils font du vin
Du charbon ils font du feu
Des baisers ils font des hommes

C’est la dure loi des hommes
Se garder intact malgré
Les guerres et la misère
Malgré les dangers de mort

C’est la douce loi des hommes
De changer l’eau en lumière
Le rêve en réalité
Et les ennemis en frères

Une loi vieille et nouvelle
Qui va se perfectionnant
Du fond du cœur de l’enfant
Jusqu’à la raison suprême.
Commenter  J’apprécie          360