AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alex Lhermillier (Traducteur)Nelly Lhermillier (Traducteur)
ISBN : 2246686911
Éditeur : Grasset (01/05/2005)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 81 notes)
Résumé :
Qui est Diego de la Vega, alias Zorro, le justicier masqué que nous connaissons tous ? Isabel Allende, avec l'humour qui la caractérise, nous emmène dans les coulisses de la légende.
Né dans le sud de la Californie à la fin du XVIIIe siècle, Diego de la Vega est l'enfant de deux mondes. Son père, un gentilhomme espagnol, et sa ravissante mère à moitié indienne façonnent sa double personnalité. Après une enfance riche d'enseignement, du maniement de l'épée à l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
17 janvier 2016
Encore une fois je suis conquise par la merveilleuse plume d'Isabel Allende. Elle se livre ici a une exercice difficile, écrire un roman mi-biographique, mi-aventure sur un personnage de fiction, j'ai nommé le grand Zorro. Vous devez (ou alors les plus anciens), tous vous souvenirs de la série qui commencé par :
♪♫ Un cavalier, qui surgit hors de la nuit
Court vers l'aventure au galop
Son nom, il le signe à la pointe de l'épée
D'un Z qui veut dire Zorro ♪♫
Et bien c'est bien ce Zorro, que l'on retrouve ici et l'auteur a choisi de nous raconter sa vie, de retracer son parcours.
Le livre s'ouvre en Haute-Californie, à la mission San Gabriel, en 1790. On y fait la connaissance du père Mendoza et des parents de Diego : son père un riche espagnol et sa mère, une indienne. le père Mendoza essaie de convertir les Indiens d'Amérique au Catholicisme :
"En Californie plusieurs autres religieux, exerçant dans vingt-trois missions, étaient chargés de répandre la doctrine du Christ chez plusieurs milliers de gentils des tribus chumash, shoshone et autres, qui ne se prêtaient pas toujours de bonne grâce a la recevoir. Les natifs de la côte californienne avaient un réseau de troc et de commerce qui fonctionnait depuis des milliers d'années. Leur environnement, très riche en ressources naturelles, avait permis à chaque tribu de développer des spécialités différentes. Les Espagnols étaient impressionnés par l'économie chumash, si complexe qu'elle pouvait se comparer avec celle de la Chine. Les Indiens utilisaient des coquillages comme monnaie et organisaient régulièrement des foires où, en plus d'échanger des biens, on arrangeait les mariages.
Déconcertés par le mystère de l'homme torturé sur une croix que les Blancs adoraient, les Indiens ne voyaient pas l'intérêt de vivre mal en ce monde pour jouir d'un hypothétique bien-être dans l'au-delà. Au paradis chrétien, ils pourraient s'installer sur un nuage et jouer de la harpe avec les anges, mais la majorité d'entre eux préférait en réalité, après la mort, chasser l'ours avec leurs ancêtres sur les terres du Grand-Esprit. Ils ne comprenaient pas non plus pourquoi les étrangers plantaient un drapeau en terre, marquaient des lignes imaginaires, la déclaraient leur propriété et s'offensaient si quelqu'un y entrait en poursuivant un cerf. L'idée de posséder la terre leur paraissait aussi invraisemblable que celle de se partager la mer."
Diego vient au monde en même tant que Bernardo, le fils d'une autre indienne, et vont devenir frère de lait et ne plus se quitter. Ils vont passer leur enfance, en Californie, faire plein de bêtises et passer un rite indien pour devenir adulte. Puis à l'âge de 15 ans, ils vont embarquer pour Barcelone pour parfaire leur éducation. La traversée est périlleuse mais après plusieurs mois de voyage, ils vont découvrir une vie bien différente de la leur.
Diego passera cinq ans avant de revenir en Californie. Cinq ans ou il va commencer a se travestir et créer son personnage de Zorro au nom de la justice. Ses aventures sont vraiment passionnante et le récit ne nous laisse pas une minute de répit. Les références a l'histoire sont nombreuses et le ton porte toujours une petite pointe d'humour :
"Les hommes portèrent un toast à la lointaine patrie et à leur amitié, commençant la révolution qui avait soulevé en armes le peuple de France. L'événement avait eu lieu voilà plus d'un an, mais la nouvelle venait d'arriver à Monterrey. Ils tombèrent d'accord sur le fait qu'il n'y avait pas de raison de s'alarmer : L'ordre avait sûrement été rétabli dans ce pays et le roi Louis XVI devait être de nouveau sur son trône, même s'il le considéraient comme une homme pusillanime, peu digne de pitié."
Les chapitres se succèdent, avec entre chacun, quelques lignes d'Isabel Allende pour introduire la suite ou elle s'adresse directement à ses lecteurs :
"Nous sommes arrivés à la cinquième et dernière partie de ce livre. Nous devrons bientôt nous dire adieu, chers lecteurs, car l'histoire prend fin au moment ou le héros revient au point de départ, transformé par ses aventures et par les obstacles surmontés. C'est ce qui se passe habillement dans les récits épiques, de l'Odysée aux contes de fées, et je n'ai pas l'intention d'innover en la matière."
Bref c'est un roman passionnant, qui mélange le coté historique, l'aventure, avec une petit pointe d'amour. Il y a bien sur aussi comme dans beaucoup de roman sud-américain, ce coté réalisme magique ou certain fait imaginaire, magique viennent s'insérer dans le récit. C'est un excellent roman et si vous ne l'avez pas encore lu, il faut vite vous y plonger.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          394
Crazynath
12 octobre 2014
Une version trépidante de la jeunesse et des aventures de Zorro le vengeur masqué.
On ne s'ennuie pas un instant dans cette histoire qui fait la part belle aux personnages secondaires, féminins et masculins.
La jeunesse en Espagne amène un éclairage intéressant sur le profil de ce personnage de légende.
Un bon moment de lecture....
Commenter  J’apprécie          200
PiertyM
14 décembre 2014
Une fois de plus, c'est un plaisir de retrouver les aventures du héros de la légende Zorro,le justicier, le vengeur masqué des opprimés...
Commenter  J’apprécie          171
valest
14 février 2016
Ce livre a tout pour plaire: une écriture légère et pleine d'humour, de l'action, des personnages sympathiques. Zorro est égal à lui-même, il réussit toujours, la "belle" tombe amoureuse d'un "méchant", et le "méchant" est vraiment "méchant
Mais avant d'être ce cavalier surgissant hors de la nuit sur Tornado son splendide destrier noir et courant vers l'aventure au galop, en signant son nom à la pointe de son épée, Don diego fut un enfant et un adolescent turbulent. Isabel Allende nous trace cette partie de son existence. L'occasion de replacer le personnage dans un cadre historique ; une jolie leçon d'histoire de l'Espagne.
La belle plume d'Isabel Allende, sa façon de raconter, m'a fait passer un bon moment dans la vie de ce justicier masqué qui a bercé mon enfance.
Commenter  J’apprécie          30
LoupBlanc
09 mars 2011
Une interprétation de la légende qui se révèle enthousiasmante. La vie de Zorro de l'enfance à ....bien plus tard ! Il fallait oser et elle l'a fait et réussi.
Qui plus est, en rajoutant du mystère au Mythe. Société secrète, jeune fille en péril, jubilatoire !!!
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko103 janvier 2016
En Californie plusieurs autres religieux, exerçant dans vingt-trois missions, étaient chargés de répandre la doctrine du Christ chez plusieurs milliers de gentils des tribus chumash, shoshone et autres, qui ne se prêtaient pas toujours de bonne grâce a la recevoir. Les natifs de la côte californienne avaient un réseau de troc et de commerce qui fonctionnait depuis des milliers d'années. Leur environnement, très riche en ressources naturelles, avait permis à chaque tribu de développer des spécialités différentes. Les Espagnols étaient impressionnés par l'économie chumash, si complexe qu'elle pouvait se comparer avec celle de la Chine. Les Indiens utilisaient des coquillages comme monnaie et organisaient régulièrement des foires où, en plus d’échanger des biens, on arrangeait les mariages.
Déconcertés par le mystère de l'homme torturé sur une croix que les Blancs adoraient, les Indiens ne voyaient pas l’intérêt de vivre mal en ce monde pour jouir d'un hypothétique bien-être dans l'au-delà. Au paradis chrétien, ils pourraient s'installer sur un nuage et jouer de la harpe avec les anges, mais la majorité d'entre eux préférait en réalité, après la mort, chasser l'ours avec leurs ancêtres sur les terres du Grand-Esprit. Ils ne comprenaient pas non plus pourquoi les étrangers plantaient un drapeau en terre, marquaient des lignes imaginaires, la déclaraient leur propriété et s'offensaient si quelqu'un y entrait en poursuivant un cerf. L'idée de posséder la terre leur paraissait aussi invraisemblable que celle de se partager la mer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
missmolko1missmolko106 janvier 2016
Les hommes portèrent un toast à la lointaine patrie et à leur amitié, commençant la révolution qui avait soulevé en armes le peuple de France. L'événement avait eu lieu voilà plus d'un an, mais la nouvelle venait d'arriver à Monterrey. Ils tombèrent d'accord sur le fait qu'il n'y avait pas de raison de s'alarmer : L'ordre avait surement été rétabli dans ce pays et le roi Louis XVI devait être de nouveau sur son trône, même s'il le considéraient comme une homme pusillanime, peu digne de pitié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MyrinnaMyrinna05 mai 2010
Commençons par le commencement, un événement sans lequel Diego de la Vega n'aurait pas vu le jour. Il a eu lieu en Haute-Californie, à la mission de San Gabriel, en l'an 1790 de Notre Seigneur. En ce temps-là, la mission était dirigée par le père Mendoza, un franciscain aux épaules de bûcheron qui ne faisait pas ses quarante ans bien vécus, énergique et autoritaire, pour qui le plus difficile, dans son ministère, était d'imiter l'humilité et la douceur de Saint François d'Assise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
CrazynathCrazynath10 octobre 2014
L'obstination des Indiens à s'accrocher à leurs coutumes devait être l'œuvre de Satan, il n'y avait pas d'autres explications; c'est pourquoi ils partaient chasser les déserteurs au lasso, et ensuite les fouettaient pour leur inculquer leur doctrine d'amour et de pardon.
Commenter  J’apprécie          150
FolfaerieFolfaerie17 janvier 2013
L'héroïsme est une activité mal rétribuée, qui conduit souvent à une fin prématurée, raison pour laquelle elle attire soit des fanatiques soit des gens qui éprouvent une fascination morbide pour la mort. Il existe fort peu de héros qui soient à la fois romantiques et sympathiques. Disons-le sans ambages: aucun n'égale Zorro.
Commenter  J’apprécie          110
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : littérature chilienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
209 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre