AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2729119779
Éditeur : Editions de La Différence

Note moyenne : 3.29/5 (sur 7 notes)
Résumé :
« Effrayable ». Avons-nous bien lu ? S’agit-il d’une faute typographique ou d’un mot forgé par une contraction de la langue, « Effroi – effrayer » ? Nous sommes au coeur du sujet de ce livre étrange et bouleversant. Qui parle et maltraite la langue de cette façon ? Une petite fille ou un monstre enfanté par un drame ancien ? Dans la chambre d’asile où le narrateur bicéphale est enfermé (Karminol/Angélique), se dévide l’histoire qui a engendré la folie de son dédoubl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
nat_chat02
28 octobre 2012
  • 1/ 5
Le narrateur, fou et enfermé dans une cellule, raconte une "saga familiale" en Allemagne, depuis les années 1930 jusqu'à la chute du mur de Berlin. Il montre tous les traumatismes liés à cette partie de l'histoire allemande : guerre, exactions en tous genres, meurtres.
Ce premier roman est parfois difficile à lire à cause des syllabes supplémentaires ajoutées à de nombre mots. Ce procédé permet de bien comprendre le niveau de folie du narrateur.
Quelques scènes violentes sont aussi difficilement supportables, mais finalement, le narrateur suscite suffisamment d'intérêt pour qu'on ait envie de suivre l'histoire des personnages et de comprendre qui il est.
Commenter  J’apprécie          30
LoretteIpsum
11 juin 2013
  • 3/ 5
Un projet littéraire extrêmement ambitieux : torturer la syntaxe et l'orthographe pour illustrer le désordre mental d'un homme habité par la voix d'une fillette. le lecteur se prend les premières pages comme un coup au plexus et ne peut que se montrer admiratif devant la virtuosité de l'auteur. Mais au final, on se dit que le récit aurait gagné à être plus ramassé, afin de préserver sa force de frappe. J'aurais bien vu un opuscule de 100 pages, pas plus.
Mention spéciale au clip qui a inondé nos écrans lors de la sortie du roman.
http://deficanard.blogspot.com
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2
09 septembre 2014
  • 5/ 5
Inventer la véritable langue d'une société du viol ordinaire, en un texte extraordinaire.
Désormais sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2014/09/09/note-de-lecture-leffrayable-andreas-becker/
Commenter  J’apprécie          40
Racines
05 février 2013
  • 4/ 5
Paradoxal livre que L'effrayable. Lancé à grands renforts de pub dans certaines salles obscures, son plan com' a pris le pas sur la critique dans le monde de la toile et dans la presse. Ce roman, on en parle surtout pour ces quelques images sur grand écran. Paradoxaux également les sentiments qui nous habitent quand on en termine la lecture. Entre intérêt et exaspération, entre admiration et ennui.
Lire la suite sur mon site : http://chroniques.annev-blog.fr/2012/10/chronique-livre-leffrayable/
Lien : http://chroniques.annev-blog..
Commenter  J’apprécie          20

Les critiques presse (1)
Lhumanite15 octobre 2012
Rarement roman n’aura ainsi restitué ce pan de destin allemand. Ce personnage multiple, depuis 
son enfermement, porte seulement à leur paroxysme 
les mal-être successifs du pays, aujourd’hui 
en lui intériorisés. Le travail de métamorphose 
littéraire fonctionne à plein dans ce texte puissant, 
qui revivifie l’héritage expressionniste.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
nat_chat02nat_chat0207 décembre 2012
Dans les temps j'ai eu-t-été une petite fille, une toute petite Allasse.
Je m'appelassais Angélique.
Avec mes tresses brunâtres aux reflets roux ou rougeauds, orangé cendre et pourpre dégoût, je m'inscrissais en faux, ça pour sûr, oh oui, ça pour sûr, jurassé-crachoté sur la tombe de ma mère. Ça métastait bien égalière, complètementalement égalière, je m'en fichassais et m'en foutassais pour tout vous disiser, au point d'éjacujouir de mes vérivanités à moi. Je faisassais plutôt trop de lettres, de la lettrerie comme je me disisais, et je faisassais plutôt trop de poids, de la kiloterie. Plutôt de trop que de pas assez, jurasse, crachoté dans ma figure. Et comme j'aimassais donner dans le trop de lettrerie c'était à dégommer toute espèce d'esprit ; encore et encore, encore plus ; et plus encore, je me leurrais : je n'aimassais point, je n'avas-sais jamaissu ce que cela voulassait dire : aimasser.
Je me faisassais appelasser Angélique, ça pour sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Charybde2Charybde209 septembre 2014
Ça dure rarement longtemps quand on se voir trop beau. À peine quatre ans comme l’intervallerie entre deux Jeux Olympiques, mais bon, c’est déjà pas si mal que ça quand on s’attaque au monde entier comme un foldingue, ça laisse le temps d’exterminer quelques millions de juifs, d’homosexuels et autres communistes, ça laisse le temps de repeindre toutes les femmes en blond et de les transformer en machines utérinales, ça laisse le temps d’envoyer toute une populace au front et d’en faire des barbares, le temps de gueuler trop fort, de s’arrachalasser le bras droit, de violasser quelques millions de Russériennes et de brûler leurs maisons, ça laisse le temps de virer tout un monde en enfer, de faire de nous des nazillons, de faire des nous des plus-bas-que-terre, de faire des nous des destructeurs de générations de vie. Et s’il y a ne chose qu’on ne peut pas nous reprocher c’est de ne pas nous être appliqués, ça au moins nous savons le faire, nous avons à fond détruit, avec méthode et sang-froid.
Mais en face, ils ne sont pas plus couillons que ça, ils ont juste besoin de temps pour s’organiser, c’est l’été quarante-trois maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2Charybde209 septembre 2014
Dans les temps j’ai eu-t-été une petite fille, une toute petite fillasse.
Je m’appelassais Angélique.
Avec mes tresses brunâtres aux reflets roux ou rougeauds, orangé cendre et pourpre dégoût, je m’inscrissais en faux, ça pour sûr, oh oui, ça pour sûr, jurassé-crachoté sur la tombe de ma mère. Ça métastait bien égalière, complètement égalière, je m’en fichassais et m’en foutassais pour tout vous disiser, au point d’éjacujouir de mes vérivanités à moi. Je faisassais plutôt trop de lettres, de la lettrerie comme je me disisais, et je faisassais plutôt trop de poids, de la kiloterie. Plutôt de trop que de pas assez, jurassé, crachoté dans ma figure. Et comme j’aimassais donner dans le trop de lettrerie c’était à dégommer toute espèce d’esprit ; encore et encore, encore plus ; et plus encore, je me leurrais : je n’aimassais point, je n’avassais jamaissu ce que cela voulassait dire : aimasser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2Charybde209 septembre 2014
Hommes et femmes violés devenant tous petite fille. Toute petite fille, oh, petite fillasse, sans aucune défense, non, si cassable, à la peauté transparente, à jamais culpable dans l’âme d’avoir eu-t-été.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Andreas Becker (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andreas Becker
Bande-annonce de L'Effrayable, le roman d'Andréas Becker, aux éditions La Différence
autres livres classés : folieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
740 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre