Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2075038368
Éditeur : Gallimard Jeunesse (2014)


Note moyenne : 4.04/5 (sur 337 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Elle s'appelle Ombe, habite à Paris et adore la moto. Elle a aussi l'incroyable pouvoir d'être incassable ou presque. C'est pourquoi L'Association l'a recrutée comme agent stagiaire. Une stagiaire de choc, qui fait des débuts remarqués comme top model mais aussi en neut... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (79)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

  • Par Yumiko, le 25 janvier 2013

    Yumiko
    Le premier tome s'est avéré une excellente découverte alors que je ne savais pas trop à quoi m'attendre. Ce second suit le même chemin en étant légèrement meilleur que le premier. Avec un style un peu différent, il nous présente Ombe, une jeune fille intrigante et plus attachante que son collègue Jasper.
    Ombe qui paraissait plus débrouillarde que Jasper lors du premier tome, s'avère finalement aussi peu amène de traiter une affaire que lui. C'est pourquoi la voir être aussi indiscrète que possible avec les gobelins et se donner en spectacle en pleine mission est drôle et montre à quel point les voeux de l'Association peuvent difficilement être remplis par ses stagiaires. Aussi quand elle se retrouve sur un nouvelle mission, le lecteur a hâte de voir comment elle va se débrouiller.
    Ombe m'a beaucoup plu. On sent qu'elle porte en elle des blessures et qu'elle s'est forgée une belle carapace. Elle est attachante et donne envie d'être connue et suivie. Son don est intrigant et éveille un grand nombre de questions. Les gaffes qu'elle accumule font rire et j'ai aimé avoir un tome loin de l'humour potache de Jasper qui peut devenir un peu lourd par moments.
    Avec elle, nous découvrons un peu plus les rouages de l'Association, ce qui est très instructif et pose beaucoup de questions. On sent la pression des rapports à rendre, les dons et sortilèges cachés qui règnent dans les bureaux, c'est un pur délice que d'être davantage dans ces locaux.
    Le récit en lui-même est dans la même veine que le premier même si on découvre de nouvelles créatures et une intrigue pleut-être un peu plus sombre et plus complexe. Toutefois, le livre reste toujours très court et se lit trop vite, donc difficile d'avoir un roman aussi fourni que d'autres du même acabit. Mais après tout, cela nous permet peut-être aussi de ne pas nous lasser trop vite de cette histoire.
    En bref, je poursuis avec plaisir ma découverte de cette série qui se bonifie au fil des tomes. Sa faible longueur est peut-être son seul grand point faible, mais cela n'empêche pas de passer un moment de détente fort agréable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par murielan, le 13 avril 2013

    murielan
    Dans ce tome, nous suivons les aventures d'Ombe, jeune fille de 18 ans assez sûre d'elle, stagiaire à l'Association. Tout comme Jasper, c'est une Paranormale, mais elle est peu à l'aise avec la magie : son don à elle, c'est d'être "presque incassable". Elle va devoir affronter des gobelins, puis sauver une Créature aux prises avec un magicien... en toute discrétion, bien sûr !
    L'histoire se déroule en parallèle du premier tome et ne manque pas d'actions.
    J'ai apprécié le caractère bien trempé de l'héroïne, son impulsivité et son humour. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, mais se met aussi dans des situations qui la dépassent : il semble que ce soit le caractère commun qui unit les 2 héros de cette série.
    Je vais donc poursuivre ma lecture de cette saga pour en savoir plus sur cette Association sécrète et découvrir les créatures que nos adolescents vont devoir affronter.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Syl, le 05 mars 2013

    Syl
    L'Association recrute des jeunes qui ont des capacités paranormales. Au 13, rue du Horla, Mademoiselle Rose s'occupe de l'accueil, le Sphinx de l'armurerie et au sommet de cette organisation, Walter en est le directeur. le but de l'Association est de gendarmer les mondes des Anormaux, des Paranormaux avec celui des Normaux, le tout en une secrète autorité. DISCRETION est le mot clé car 99,9 % des humains ne savent pas qu'un monde parallèle les côtoie.
    Comme à l'école, les agents reçoivent des cours sur les différentes entités : gobelins, vampires, sorciers, démons, garous… Ils sont considérés comme des stagiaires et n'interviennent sur le terrain qu'avec des tuteurs. Mais lorsque le membre stagiaire de la guilde est prêt, des petites interventions en solitaire lui sont proposées…
    Jasper, un jeune homme de seize ans, doit faire rentrer dans le droit chemin un vampire qui a disjoncté (tome1), et Ombe, une jeune québécoise de dix-huit ans, doit gérer une petite révolution organisée par des gobelins.
    Pour sa première mission en « solo », Ombe se retrouve dans un lycée. L'édifice fut bâti sur un ancien territoire gobelin où le culte était de vénérer la Grande Bouche Edentée.
    Sur une impulsion toute démoniaque, les gobelins ont décidé de se rebeller et de casser le pacte de non agression qui les liait à la guilde.
    Après moult cascades, coups, luttes, Ombe arrive à ses fins, mais il est certain que le côté mutique de sa mission a été éprouvé… les nerfs de Walter aussi lorsqu'il découvre une photo de sa jeune recrue en première page d'un journal.
    Malgré le tapage occasionné, Ombe a réussi l'opération et reçoit ses félicitations avec un nouveau mandat. La tâche à accomplir consiste à secourir la créature d'un lac près d'un vieux manoir.
    Sur sa moto Kawa Z 1000 noire, Ombe s'envole vers les verts pâturages. Pour son enquête, elle sera une jeune traductrice parlant le japonais…
    Deuxième tome de la série, nous faisons connaissance avec cette jeune sauvageonne. Ombe est une jeune fille rebelle qui a bien souffert dans son enfance. Elle a été découverte petit bébé, sur un chemin couvert de neige dans les contrées reculées du Québec. de familles d'accueil en centres sociaux, elle a erré sans attache, sans affection, jusqu'à la rencontre d'un petit homme appelé Walter. Elle avait quatorze ans et avait la particularité d'être incassable. Vous pouvez l'imaginer « cheveux blonds et courts en pétard, yeux bleus, allure sportive » et belle aussi. Elle est une amazone qui enfourche sa monture et s'en va combattre sans peur les mécréants.
    Dans le premier tome, elle apparaît brièvement, mais comme Jasper s'en est amouraché et perçoit son mystère, on espère bien la retrouver plus souvent. Dans ce deuxième volume, c'est Jasper qui est absent, mais Ombe a une petite attirance pour lui. Elle pense qu'il n'est pas aussi « blaireau » que son attitude laisse supposer.
    A eux deux, ils sont la tête et les jambes.
    Pour le troisième épisode, que vont-ils nous réserver ?
    Une lecture bien agréable que des enfants de moins de dix ans peuvent lire. Les paragraphes sont assez courts, le style est fluide et l'intrigue… explosive.
    A suivre avec plaisir !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Pommesucre, le 14 novembre 2011

    Pommesucre
    Je crois que j'ai commencé par le deuxième tome... (je ne fais jamais les choses comme il le faut).
    Après lecture, je me suis rendue compte que pour bien commencer, j'aurais dû commencer par le tome d'Erik L'HOMME, mais cela n'a pas perturbée ma lecture le moins du monde. On s'est retrouvé propulsé dans une histoire qui est courte mais concentrée, pas moyen de lâcher le livre une fois qu'on est plongée dedans.
    Après avoir lu La Vampire de Christopher Pike, le caractère d'Ombe m'a un peu agacé au départ. Mais finalement on se rend compte que c'est loin d'être son caractère et que ce côté "moi je suis belle et je suis douée" n'est qu'une couche crasseuse pour se faire une carapace. Justement on y retrouve une jeune fille ayant certaines aptitudes pour les langues, pleine de ressource et d'humour. Ombe a 18 ans et vit en colocation avec des amies à qui elle doit cacher la réelle nature de son travail derrière une étiquette d'étudiante douée. Ombe est très indépendante, trop peut être. Car son indépendance et sa rébellion envers l'autorité lui vaudra parfois de se mettre dans des situation délicates.
    Ombe est une adepte de sa moto, mais surtout de l'action, mais en tant qu'agent stagiaire Ombe doit suivre des cours, rédiger des rapports et des préparations de magie, tout ce qu'Ombe n'aime pas faire. Finalement on s'attache à ce personnage assez singulier.
    L'histoire et l'écriture sont menées d'une main de fer dans un gant de velours. L'écriture était fluide mais l'histoire aussi courte soit-elle a été un vrai remède contre l'ennui le temps de la lecture.
    Je vais me dépêcher d'aller me procurer le premier tome... Et dévorer le livre.
    J'ai passé un super moment de lecture avec ce deuxième tome et je remercie les personnes m'ayant fait découvrir ce livre sur le forum Accros et Mordus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Ewylyn, le 06 mars 2014

    Ewylyn
    Les limites obscures de la magie m'aura un peu moins captivée. En fait, l'histoire est certainement plus rythmée, plus riche et plus palpitante que le tome précédent. C'est vrai que le caractère d'Ombe implique une rythmique plus importante, je ne me suis absolument pas ennuyée durant ma lecture. C'est une partie du caractère de la demoiselle qui m'aura rendue moins réceptive.
    Ombe se voit confronter à un sorcier et à ce que l'on nomme une Créature qu'elle doit sauver des manigances du sorcier. Ce deuxième tome nous présente Ombe ainsi qu'une autre facette de l'Association. Les deux premiers romans se complètent puisque des événements du précédent tome se revoient ici avec le point de vue d'Ombe.
    Cette dernière nous présente comment elle a été contactée par l'Association, la signature du contrat, d'autres éléments tout aussi intéressants pour appréhender l'univers auquel nous allons être confrontés pendant les prochains tomes. Par ailleurs, j'ai adoré le concept des Créatures, c'est très intéressant et j'espère que l'on reverra d'autres dans les futurs opus.
    Le style est soigné et fluide, une fois de plus, on se laisse entrer dans le récit avec facilité, je n'ai pas eu de difficulté à accrocher à la plume de l'auteur. Les descriptions sont bien écrites, de même que les répliques, l'emploi du « je » permets de se plonger dans les pensées d'Ombe. Cette dernière n'appréhende pas le monde qui l'entoure de la même façon que Jasper et par conséquent, c'est passionnant de suivre ses pensées.
    Nous revoyons les trois protagonistes principaux liés à l'Association, mademoiselle Rose qui se montre tout aussi sympathique et calme. Walter semble être plus proche d'Ombe, il y a quelque chose entre eux de très amusant, leur relation m'amuse énormément. Quant au Sphinx, il est égal à lui-même et je reste persuadée que ce personnage a beaucoup à offrir. Nous retrouvons un curieux individu, un homme qui avait suivi et agressé Jasper, je me pose pas mal de questions à son sujet et j'ai hâte de découvrir qui il s'agit. Les deux colocataires d'Ombe, Laure et Lucile sont plutôt sympathiques et j'espère bien les voir plus souvent.
    En revanche, Ombe m'a moins passionnée que Jasper. L'histoire est certes plus maîtrisée, plus passionnante à suivre, mais Ombe est loin d'être l'héroïne la plus subtile. Elle est super comme fille, j'adore suivre ses pensées, elle est indépendante et volontaire, elle a du courage, c'est un protagoniste principal très complexe et intéressant à voir évoluer. Toutefois, son côté brute épaisse m'agace, elle manque totalement de raffinement, elle ne réfléchit pas, voire jamais. J'espère lui voir perdre ce côté, parce que je n'y adhère pas du tout – quand je dis perdre, c'est un peu, sinon, ce n'est plus Ombe.


    Lien : http://la-citadelle-des-livres.skyrock.com/3210268373-La-pale-lumier..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (17)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Lefso, le 24 août 2011

    Lorsque je lâche ma pioche, je suis en nage mais l'Élémentaire a cessé de gigoter.
    Bon, j'en vois parmi vous qui secouent la tête (je n'aime pas l'expression branler du chef, je vous ai dit que j'avais un problème avec l'autorité), l'air d'insinuer que j'ai une drôle de façon de gérer les Anormaux et qu'à ce rythme-là il ne restera bientôt plus personne à gérer...
    Que les choses soient claires :
    Un, les Élémentaires ne sont pas à proprement parler des Anormaux puisque, créés par la magie à partir d'un élément, ils n'ont pas d'existence propre.
    Deux, je fais ce que je veux.
    Et pour l'instant, ce que je veux, c'est achever ma mission et me tirer de là. Accessoirement, je veux aussi mettre la main sur Jasper et lui demander des comptes. À coups de boule si nécessaire. « Il faut l'arroser d'eau. » Abruti, va !
    Bon. Chaque chose en son temps. Je m'occuperai de Jasper plus tard.
    J'essuie la sueur qui a coulé sur mon visage, je fais jouer les articulations de mon cou, celles de mes épaules, puis j'entre dans le lycée à la recherche des gobelins.
    Les hurlements qui proviennent du troisième étage me guident avec l'efficacité d'un GPS. Ils sont là, occupés à terroriser une dizaine de lycéens coincés au fond de la salle polyvalente.
    Et vas-y que je grogne, vas-y que je gesticule, que je montre les dents, que je renverse les tables... des gosses mal élevés dont la pantomime est toutefois assez efficace pour qu'en face d'eux il n'y ait que claquements de dents, pleurs et cris d'angoisse.
    J'attrape le gob le plus proche par le collet et je le soulève pour le regarder dans les yeux. Beurk, qu'il est laid !
    - Ça suffiaïe !
    « Ça suffiaïe », mélange explicite de « ça suffit » et de « aïe ». « Ça suffit » parce que j'en ai ras le pompon, « aïe » parce que ce maudit cancrelat m'a mordue.
    Un réflexe, par définition, ne se contrôle pas. Je balance le mordeur le plus loin possible. Manque de bol pour lui, la fenêtre est ouverte, ce qui permet de vérifier l'ancien adage selon lequel la différence entre un oiseau et un gobelin ne réside pas dans leur façon de chanter. Il s'écrase douze mètres plus bas et trouve logique de mourir sur le coup.
    Et un gobelin de moins, un.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par Desirdelire, le 29 mai 2011

    Chemise fuschia, délicate broderie jaune vif sur la poche et cravate bleu pétrole à pois blancs. Hideux à mourir.
    Sauf que Walter ne me donne pas le temps de mourir.
    - De la discrétion, Ombe ! vocifère-t-il. De la discrétion !
    Drôle d’exiger de la discrétion en hurlant de pareille manière, non ?
    - L’Association est régie par neuf règles, poursuit-il, et chacune de ces rêgles s’appuie sur le mot DIS-CRÉ-TION !
    - Même la quatrième ?
    La prudence aurait voulu que je me taise et laisse passer l’orage, je n’ai pas pas pu m’enpêcher de faire la maligne. Avantage, Walter semble désarçonné.
    - Quoi la quatrième ? Quelle quatrième ?
    - La quatrième rêgle : l’Agent a au minimum quinze ans.

    (page 73)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la citation

  • Par Crunches, le 24 mars 2012

    Je... je...
    Autre particularité de mademoisselle Rose, elle me fait perdre mes moyens. face à elle, je bafouille, je rougis, comme si je redevenais la petite fille timide que je n'ai jamais été. C'est terrible, mais malgré mes efforts, je bascule à chaque fois.
    Bon. Je me reprends :
    - La mission est achevée. Les gobs renoncent à leurs visées sur le lycée.
    - Les gobs ?
    - Euh... les gobelins.
    - Parfait.
    - Euh... mademoiselle Rose ?
    - Oui, Ombe ?
    Par tous les diables, je ne vais quand même pas me mettre à pleurnicher.
    - Je...euh...question discretion, j'ai...euh...un peu foiré.
    - Un peu ou beaucoup ?
    La voix de mademoisselle Rose n'a pas varié d'un iota et il serait vain d'y chercher trace d'une quelconque émotion, pourtant je tremble.
    - Euh... Beaucoup.
    - D'accord. Je lance la procédure d'effacement.
    Et voilà une autre particularité de mademoisselle Rose : avec elle il n'y a pas de problèmes. Que des solutions. Un poids non négligeable quitte mes épaules tandis que je pousse un soupir de soulagement... qui se coince dans ma gorge.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Crunches, le 24 mars 2012

    - Tu penses à quoi ? me demande Erlug qui s'est très vite débarrassé de son armure ("Je ressemble à un homard, là dedans. ça me donne faim").
    - A rien.
    J'ai gardé, quant à moi (qui n'ai pas, comme mon camarade troll, l'habitude d'aller presque nu), mon habit d'arlequin ; j'ai juste abandonné le bonnet à grelots qui me donnait l'air cloche.
    - Enfin si, je reprends. Je me dis que je suis bien content de t'avoir avec moi. Parce que comme camarade et frère d'Arglaë tu es un peu lourd, mais comme compagnon d'aventures on peut difficilement rêver mieux.
    - Je te retourne le compliment si tu laisses ma soeur en dehors de ça, grogne Erlug en jetant de fréquents regards sur le côté de la route. N'importe quel troll paierait une fortune pour s'offrir les services d'un mage bienveillant.
    - La bienveillance appelle la bienveillance ! Au sujet d'Arglaë, je me demandais....
    - Stop ! N'insiste pas. Il y a dans les bois qui nous entourent des créatures qui dégusteraient volontiers un jeune marge horripilant.
    - Tu es sûr ? je dis en me collant contre lui.
    - Certain. Et si elle ne nous ont pas encore attaqués, c'est parce que je leur fais peur.
    - Qui te dis que ce n'est pas de moi qu'elles ont peur ? je rétroque les lèvres pincées.
    C'est vrai, quoi. J'ai un démon et un vampire à mon actif, il faudrait pas l'oublier !
    - Un jour, jeune mage ingénu, répond Erlug avec un sourire sarcastique, je t'offrirai un miroir et tu comprendras.
    - Gna, gna, gna.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Azilis, le 15 décembre 2010

    Pendant mes études au Canada, j'ai également appris le japonais, le russe, l'italien et l'espagnol, le tout en moins de temps qu'il n'en faut à un Breton pour maîtriser l'art de la pâte à crêpes!

    Commenter     J’apprécie          0 48         Page de la citation

> voir toutes (13)

Videos de Pierre Bottero

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bottero

Pierre Bottero, invité des médiathèques des Portes de l'Essonne le 12 juin 2009. http://bibliobloguons.blogspot.fr/2014/05/il-y-cinq-ans-avec-pierre-bottero.html








Sur Amazon
à partir de :
9,54 € (neuf)
7,04 € (occasion)

   

Faire découvrir A comme Association, Tome 2 : Les limites obscures de la magie par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (715)

> voir plus

Quiz