Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Gilles Francescano (Illustrateur)

ISBN : 2700234065
Éditeur : Rageot Editeur (2010)


Note moyenne : 4.35/5 (sur 110 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Pierre Bottero
Giles Francescano

LE CHANT DU TROLL

- Pssst ! Est-ce que tu es prête ?
- Je ne sais pas de quoi tu parles. Prête pour quoi ?
- Le basculement a débuté..."
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (30)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ewylyn, le 06 mai 2014

    Ewylyn
    Un très bel artwork. Un conte touchant. Des illustrations magnifiques. C'est très réducteur, mais c'est réellement ce que c'est, on est devant un très bel objet et j'ai adoré du début à la fin. Il mérite largement que l'on s'y intéresse.
    Si vous adorez Pierre Bottero, vous aimerez certainement cette histoire, elle est truffée de petites références à ses romans. Je ne les ai pas tous lus, donc je serais dans l'incapacité de vous en faire une liste, mais d'autres pourront certainement s'en charger. le fantastique, la fantasy, l'imaginaire, c'est exactement ce que j'aime lire, voir et faire (écriture, dessins...). Je voulais le lire depuis longtemps et l'un des babies-challenge de Livraddict m'a donc permis de le faire. J'en ressors très heureuse, touchée et encore plus déterminée à faire de l'imagination mon domaine de prédilection.
    C'est une très belle histoire. Nous suivons une petite fille prénommée Léna qui voit son quotidien bouleversé par le basculement. Celui-ci a fait de la ville un véritable monde de fantasy avec des créatures fantastiques connues comme les elfes ou les nains, ainsi que des créatures moins connues, mais tout aussi intéressantes à voir. Un combat va bientôt avoir lieu entre les créatures suivant Léna et celles prêtant allégeance à une terrible femme. Dans ce basculement, Léna rencontre des personnages bien sympathiques, dont un troll extraordinaire.
    En somme, nous avons une histoire très touchante. La fin est un bouleversement total, je ne m'attendais absolument pas à ce que le récit en arrive là. Ce fut une belle surprise, même si plus j'avançais, plus je me doutais de quelque chose. En fait ce sont certains noms et lieux qui m'ont mis la puce à l'oreille. L'histoire est pleine de magie, de poésie, de nuances, de vie, c'est une vraie aventure féerique que j'étais ravie d'avoir pu parcourir.
    Le texte est de bonne qualité. Les mots sont choisis avec soin, les descriptions nous plongent immédiatement dans le récit et dans les pensées des personnages. Les dialogues sont présents et aident à la compréhension des événements, ils sont bien construits. Il y a une certaine poésie et imagination dans le choix des mots employés. C'est fluide et très agréable à lire, d'autant plus que certaines parties du texte sont écrites différemment. On joue sur la couleur, la mise en page, il y a même des dégradés, toutefois, les teintes utilisées sont toujours en cohérence avec celles présentes dans les illustrations.
    Le format est pratique, c'est un ouvrage épais, mais la police d'écriture est largement lisible – seul ou en en faisant une lecture publique. Les images sont partout, elles sont sur toutes les pages, elles encadrent le texte, elles accompagnent les mots ; il y a même des pages à ouvrir pour faire comme des fresques. Elles comptent parmi les plus belles pages de l'ouvrage.
    Les illustrations. Je pourrais en parler pendant des pages. Elles sont splendides, vraiment. Elles accompagnent à merveille le texte, elles soulignent les ambiances (sombres, nuit, jour, paix...), elles rendent hommage aux couleurs présentent dans le texte. le style est singulier, réaliste et pourtant épuré. L'architecture est formidable, je pourrais passer des minutes à détailler l'ensemble. Les personnages humains sont bien faits, les objets sont très beaux, les vêtements et leurs motifs sont super et les créatures sont de vraies merveilles pour les yeux. Je ne parle même pas des décors, de l'installation progressive du monde de fantasy, avec ces décors atypiques, parce que là, c'est un vrai travail de coloriste. Les couleurs sont franchement extraordinaires, elles s'agencent bien entre elles, elles sont pures. J'adore le rendu de Burph, le sprite ou encore de Sil, l'elfe. Les centaures et le Troll principal sont eux aussi très réussis.
    Les personnages sont très attachants. Léna est adorable, courageuse. On s'attache très vite à elle, elle est timide, elle se sent effacée, cependant, elle vit une aventure formidable et elle s'accroche. J'ai beaucoup d'affection pour cette petite fille. Burph est un sprite très sympathique, c'est le compagnon idéal pour mettre de bonne humeur les autres, il m'a bien souvent fait rire. Sil est un elfe bienveillant et brave, il aide Léna à s'en sortir, j'ai adoré leur rencontre. le Troll est certainement mon protagoniste préféré, intelligent, plein de bon sens, attachant, drôle, j'adore son rôle et la relation qu'il construit avec Léna. Je ne dirais rien au sujet de la « grande méchante », cette ombre menaçante, cela gâcherait complètement le récit qui est une pure merveille à découvrir.
    En conclusion, j'ai bien aimé cette lecture. C'est un très bel ouvrage tant sur le fond que sur la forme. le texte est d'excellente qualité, les genres se mêlent, l'aventure est palpable, les émotions sont présentent. Les créatures fantastiques, les notions abordées comme le basculement ou le monde totalement inventé m'ont énormément plu. On voyage grâce à ce livre, avec le texte, mais surtout grâce aux magnifiques illustrations dont il est doté et j'applaudis sincèrement le travail incroyable de Gilles Francescano. C'est à lire et à relire, c'est fluide, agréable à lire, simple, beau, un conte de haute qualité.

    Lien : http://la-citadelle-des-livres.skyrock.com/3217571023-Le-chant-du-Tr..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par PerdreUnePlume, le 20 janvier 2011

    PerdreUnePlume
    Dans une maison sous tension, une petite fille ne sait plus trop où est sa place jusqu'à ce qu'elle bascule dans un monde étrange, à la fois sombre et féérique...
    Quel plaisir de retrouver la plume enchanteresse de Bottero ! Qui plus est dans cette édition superbement illustrée !
    Un véritable objet-livre pour ce conte moderne, court mais efficace.
    Étrangement j'ai été à la fois charmée par l'imaginaire mis en place par Bottero et peu surprise par sa trame et les voies empruntées quelque peu déjà vues.
    En reprenant un mode de narration somme toute assez classique et, pour un adulte, à la finalité sans surprise, il arrive tout de même à nous emmener dans son univers si particulier.
    Gardons à l'esprit qu'il s'agit, à la base, de littérature jeunesse.
    Je crois qu'un nouvelle fois la magie Bottero a opéré : son talent de conteur sans être profondément original crée une ambiance, un charme qui vous plonge dans le récit :)
    Je ne développe pas plus sur le récit en lui-même de peur de gâcher les quelques petites surprises qu'il réserve, je ne peux que vous conseiller de plonger avec la fillette dans ce monde étrange et déroutant mais où les fans de l'auteur retrouveront assez vite leurs marques !
    En bonus pour ces même fans, on recroise deux personnages secondaires aperçus dans la trilogie du Pacte des Marchombres. Il s'agit ici de leur histoire, leur rencontre. Ils avaient déjà suscité ma curiosté j'ai donc été ravie de les retrouver ici ! (Pour ceux qui n'aurait pas lu cette trilogie çà ne gène en rien la lecture)
    Pour résumer du Bottero court mais une fois encore efficace, admirablement mis en valeur par l'édition via la mise en page poétique et colorée ainsi que les sublimes illustrations. Un très beau livre conte :)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Chalilodimun, le 11 février 2011

    Chalilodimun
    J'aurais préféré écrire une citation, mais je me retrouverai avec tout le livre à écrire...
    Chaque mot, chaque phrase, chaque pargraphe, chaque chapitre est écrit tellement magnifiquement qu'à la fin, on ne se rend pas compte que l'on est arrivé au bout.
    Quand Pierre Bottero fait allusion au père de Léna (ou Eejil), on croirait qu'il parle de lui. Penché sur l'écran de son ordinateur et pianotant sur le clavier.
    J'adore aussi la petite comptine de Léna:
    Un, deux, trois,
    Trois à trois,
    Toi et moi.
    Un, deux, trois,
    Toi et moi,
    Ca fait deux,
    Qui est trois?
    C'est toi !
    Aussi, on comprend qu'il adorait Ellana car à la page 79, on voit le SPRITE assit sur une étagère. Et si on regarde bien l'étagère, au deuxième niveau (en partant du haut), on remarque qu'il y a les trois livres de la trilogie d'Ellana.
    Les dessins sont magnifique, comme les textes (mais ça, je l'ai déjà dit).
    C'est vraiment dommage que Pierre Bottero soit mort (d'un stupide accident de moto), il nous ferait encore réver avec ses romans.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Yumiko, le 17 février 2012

    Yumiko
    Pierre Bottero était un auteur comme on en fait peu. Très doué pour l'écriture, il nous a offert des séries et des livres qui sont tous inoubliables. Je suis ravie d'avoir pu emprunter Le Chant du Troll car en plus d'être un livre de cet auteur, c'est un bijou artistique et un objet livre tout simplement magnifique!
    Imaginez un des textes de Bottero accompagné d'illustrations magnifiques. Imaginez que le texte lui-même est travaillé comme une illustration, mis en couleur, écrit de différentes manières et à différents endroits de la page. Imaginez enfin des pages qui peuvent être dépliées, prolongeant encore le plaisir des yeux, nous permettant de profiter encore plus des dessins faits par Gilles Francescano. Vous y êtes? Voilà à quoi ressemble ce livre aussi surprenant que magnifique!
    L'esthétique n'est pas le seul point positif de cet ouvrage, l'histoire en elle-même est sublime et traite d'un sujet lourd d'une façon belle et touchante, presque poétique. Un régal sur toute la ligne!
    Léna, jeune fille qui passe inaperçue aux yeux de tous, découvre que son monde est en train de changer. Des plantes poussent un peu partout et de drôles d'êtres apparaissent progressivement. Elle semble être la cause de ce « basculement », mais ne comprend pas vraiment pourquoi. Les créatures du Jour et de la Nuit vont entrer en guerre pour s'approprier sa ville et elle semble être la seule à pouvoir arrêter cette guerre et empêcher la Nuit de gagner. Mais pourquoi? Et qui est cette mystérieuse « méchante » qui contrôle toutes les créatures de la Nuit?
    Je ne vais pas trop vous en dévoiler sur l'histoire, afin de conserver le mystère, mais sachez qu'elle est splendide et qu'elle va bien au-delà d'un simple récit fantastique. L'auteur a choisi d'évoquer son thème d'une façon détournée et très originale. A vous de découvrir de quelle manière et de quoi il s'agit :) Mais si vous êtes une âme sensible, ayez les mouchoirs à portée de main!
    Ce livre n'est pas très long et présente un univers et des créatures qui nous fascinent et intriguent. La conclusion est peut-être un peu rapide et prévisible sous certains aspects, mais la plume sublime de Bottero nous le fait très vite oublier. Entre rire et larmes j'ai dévoré ce récit et j'ai voyagé avec plaisir en compagnie de Léna, cette jeune fille au destin particulier.
    En bref, si vous n'avez pas compris, c'est un livre incontournable pour les fans de Bottero et pour les autres :)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par cicou45, le 04 juin 2011

    cicou45
    Léna est une petite fille ordinaire mais presque transparente. Entre son père qui est toujours absorbé par le livre qu'il est en train d'écrire et auquel il consacre tout son temps, sa mère qui a décidé de prendre un peu de recul dans son couple et à préféré partir pour réfléchir un peu à tout ça et ses camarades de classe qui ne prêtent aucune attention à elle, Léna se sent bien seule. Un matin, elle se rend compte que le monde autour d'elle est en train de changer et est amenée à faire la connaissance de créatures toutes plus étranges les unes que les autres. Sil, l'elfe et Burph le sprite deviennent rapidement ses principaux alliés dans une inévitable guerre entre le Bien et le Mal.
    Leur adversaire principal se nomme Leucénia et c'est une vieille ennemie que Léna connait bien puisqu'elle a déjà eu affaire à elle.
    Je ne vous en dit pas plus mais j'ai vraiment trouvé que cet "anti-conte" était vraiment bouleversant et assez dur pour des enfants. L'écriture est fluide et l'histoire est accompagné de magnifiques illustrations.
    Une vraie réussite qui nous plonge à la fois dans un monde féérique et dans la triste réalité de la vie.
    Il m'a d'ailleurs beaucoup touché ! A découvrir !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (20)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Lefso, le 28 janvier 2011


    Pendant la recréation, l'essentiel des conversations fut consacré à la couleur du ciel.
    - Moi, je dis qu'elle est due à une explosion atomique en Chine, expliqua Simon, le premier de la classe. Les rayons gamma ressemblent à ça, je l'ai lu dans une revue et la Chine est une puissance nucléaire très peu fiable.
    Ses copains approuvèrent bruyamment.
    - N'importe quoi, réagit Noémie, éternelle deuxième derrière Simon. C'est le réchauffement climatique de la planète À cause du trou de l'ozone.
    - On parle de trou dans la couche d'ozone, rectifia Simon. Et il n'y a aucun rapport.
    - Si, monsieur, y a un rapport. Les couleurs normales s'échappent par le trou. Si tu étais moins cloche tu le comprendrais tout seul.
    Les filles se rangèrent derrière Noémie et, très vite, à l'instar du ciel, la discussion se colora.
    - Moi, je les trouve très belles, ces couleurs, intervint timidement Léna. On dirait des rêves de fée qui dégoulinent.
    Elle ne s'attendait pas à ce que sa remarque intéresse quelqu'un, surtout pas Simon ou Noémie, et ne fut donc pas surprise de constater que personne ne paraissait l'avoir entendue.
    Ce n'était pas nouveau mais cette fois elle n'en fut pas attristée. Si son avis était dérisoire, le ciel, lui, était joli.
    Ce n'était déjà PAS SI MAL.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 44         Page de la citation

  • Par Desirdelire, le 16 avril 2011

    Comme si le jour avait trébuché
    en se levant et renversé
    les couleurs donc il parait
    certains petits matins,
    le ciel ruisselait
    de teintes
    aussi étranges que vives.
    Du pourpre en longues traînées ondulantes,
    du violet audacieux,
    des éclaboussures d’or,
    un filet de bleu cyan incapable de s’imposer,
    des flaques lactescentes virant à l’orangé,
    le mélange de ces teintes improbables
    distillant une lumière mordorée
    qui transformait les rares passants matinaux
    en créatures oniriques.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la citation

  • Par Geliik, le 19 décembre 2011

    Lena.
    Etrange sentiment de reprendre sa route .
    D'achever de se dissoudre dans l'univers ,
    de devenir , redevenir , une simple molécule
    dans un tout qui la dépasse ,
    qui la dépassait ,
    et qu'elle conçoit enfin.
    Perdre la conscience d'être
    pour gagner celle d'appartenir.
    Lâcher prise.
    Une âme devenue infinie et un corps oublié.
    Oublié.
    Sauf la main.
    La main gauche.
    Une main
    qui refuse de céder
    et revendique son existence .
    Son appartenance à un tout ,
    certes fini et imparfait ,
    mais qu'elle n'a aucune intention
    de laisser s'évaporer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par Desirdelire, le 16 avril 2011

    - Burph t’a donc expliqué ce que tu devais savoir ?
    Léna sourit
    - Si la qualité d’un professeur se mesure au nombre d’approximations dans ce qu’il enseigne, de lacunes dans ce qu’il sait et de maladresses dans ce qu’il raconte, notre ami Burph est un champion.
    - Hé, s’offusqua le Sprite, c’est de moi que tu parles ?
    Léna lui adressa un clin d’œil.
    - Je n’ai le plaisir et l’honneur de connaître un seul Burph, fit-elle, un sourire dans la voix.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la citation

  • Par cicou45, le 04 juin 2011

    "_Comment tu t'appelles?
    _Je ne le sais pas encore.
    _Tu as bien un nom quand même ?
    _Evidemment.
    _Tu n'as pas le droit de le révéler ?
    _Je ne peux pas, tu ne me l'as pas encore donné.
    _Tu veux dire que c'est à moi de...
    _Oui.
    _Mais...pourquoi ?
    _Parce que j'ai commencé à VIVRE EN TE VOYANT."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la citation

> voir toutes (13)

Videos de Pierre Bottero

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bottero

Pierre Bottero, invité des médiathèques des Portes de l'Essonne le 12 juin 2009. http://bibliobloguons.blogspot.fr/2014/05/il-y-cinq-ans-avec-pierre-bottero.html








Sur Amazon
à partir de :
16,00 € (neuf)
15,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Chant du Troll par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (196)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz