Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2213030421
Éditeur : Fayard (1993)


Note moyenne : 3.11/5 (sur 9 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Suzanne, une Parisienne, se réfugie seule en province pour tenter d'oublier la mort de son mari. Par hasard, elle rencontre Marcelin, un homme du cru, un éleveur tranquille et près des choses. Au fil des rencontres, leur désir devient pass... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (33)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par rkhettaoui, le 12 janvier 2013

    Dès leur naissance, comme les humains, les arbres ont de la chance ou des malheurs. Une branche arrachée par le vent, un accident qui les fait pousser autrement. Ou alors une maladie, une rivalité avec un autre qui les oblige à mieux se défendre, à bifurquer, changer de direction et, parfois, devenir plus beaux et plus forts que prévu...

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 12 janvier 2013

    La différence entre les hommes et nous, c'est qu'ils se moquent du bonheur. Il n'y a que leur précieuse virilité qui compte. En cela, les provinciaux valent tout à fait les Parisiens, s'ils ne leur sont pas supérieurs... Dès qu'ils voient passer une femme, c'est une croix potentielle à ajouter à leur tableau de chasse.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 12 janvier 2013

    Les explorateurs des grands sentiments, les poètes de l'amour fou sont presque toujours des hommes...

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 12 janvier 2013

    On a beau prétendre qu'on se moque des interdits, de la morale, des mœurs établies, dès qu'on s'en exclut il faut puiser quotidiennement dans son énergie pour se persuader qu'on est néanmoins dans la bonne voie, celle du désir, de la vérité, de l'amour.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 12 janvier 2013

    Quand on connaît un être aussi intimement que celui qu'on a porté neuf mois dans son ventre, et tout autant sur son sein, dans ses bras, on n'est pas bon juge de son apparence. Il est toujours votre petit, sans âge et perpétuellement dans le besoin.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
19,28 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Suzanne et la province par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (30)

> voir plus

Quiz