Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2840552159
Éditeur : Delcourt (2004)


Note moyenne : 3.59/5 (sur 27 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Trémentines, petite ville de l'ouest de la France: sa gare menacée de fermeture, son SDF idéaliste vivant dans un hangar désaffecté, son usine en difficulté, et sa bande de petits voyous sans espoir. Alex, qui fait partie du groupe , a décidé de se sortir de cette situa... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Chouchane, le 04 avril 2014

    Chouchane
    Nous sommes dans un petit bourg avec sa gare, son sympathique chef de gare, les usagers qui sont aussi les habitants du village, le poète truculent et SDF qui a posé ses valises dans une remise de la gare, ses jeunes paumés. le décor est posé, il fait beau c'est l'été on peut faire sécher ses chemises en quelques heures. Sauf que... il a été décidé de fermer la gare mais pas que, un assassinat est commandité à un jeune du village. Et voilà que tout et tous s'en mêle, s'en suit une joyeuse sarabande agréable à lire. L'histoire reste légère, les personnages attachants et volontaires. Il en ressort de la fraicheur et un peu de légèreté malgré les difficultés.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par blandine5674, le 14 juin 2015

    blandine5674
    On retrouve bien la patte de l'auteur de BD avec ces personnages qui lui sont chers : un marginal SDF aux grands discours idéalistes, des jeunes, parce que paumés, qui veulent devenir des voyous, un chef de gare démoralisé. Parce ce que le point central est cette gare que les autorités veulent fermer. L'intrigue est peu tirée par les cheveux. C'est sympathique sans être le grand Davodeau que j'ai tant admiré avec Les ignorants.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Bequelune, le 22 mai 2015

    Bequelune
    Davodeau a une façon bien à lui de conter des histoires, avec une simplicité revendiquée, un soucis de réel, et souvent beaucoup de tendresse pour ses personnages.
    Le réflexe de survie possède toutes ces qualités là. Dans une petite ville, une gare est menacée de fermeture, des jeunes désoeuvrés acceptent des jobs de plus en plus dangereux et illégaux, un sdf idéaliste incite les voyageurs à abandonner leur emploi...
    Le réflexe de survie, c'est à la fois ce sdf idéaliste, et cet employé discret qui reste droit et honnete malgré les pressions... c'est cet homme qui n'arrive pas abattre celui qu'il est censé liquider... c'est quand les individus forment un collectif pour sauver une gare, plus qu'un lieu où les trains passent, vrai lieu de rencontres et d'échanges...
    Une très belle bédé sur le thématique du changement. Se changer soi devant les évidences, changer les choses en luttant ensemble...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Clinkerfr, le 06 octobre 2014

    Clinkerfr
    J'ai adoré les diatribes de Tolsky et les réactions provoquées chez les passagers du train.
    Quelques maladresses qui empêchent parfois d'adhérer mais une lecture agréable.
    La fin n'est pas une réussite (contrairement au début).

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par alouett, le 19 février 2010

    alouett
    Dans cette bourgade, les jours se ressemblent un peu.
    Antoine est chef de Gare et jour après jour, inlassablement, son travail consiste à veiller au bon déroulement des trois moments forts de la journée : le départ du train matin pour les voyageurs qui travaillent en ville, l'arrivée du train du soir qui ramène ces mêmes voyageurs, et l'aiguillage à faire en milieu d'après-midi pour L Express qui passe et qui ne fait pas correspondance.
    Tolsky rompt l'inactivité par des frasques de vocabulaire et, aussi inlassablement qu'Antoine s'affaire à sa Gare, il tente 1. de convaincre Monsieur MESANGE de faire bleu une fois dans sa vie et 2. de caser M'dame MURZEAU avec ce bon Antoine.
    Les petites frappes des environs vaquent à différents larcins.
    Mais sous cet bonhomie et cette visible harmonie, un chef d'entreprise voit d'un mauvais oeil les prévisibles changements dans la région pendant que les voyageurs se mobilisent pour tenter de convaincre des têtes bien pensantes que l'Autorail ne doit pas s'arrêter de fonctionner

    Lien : http://chezmo.wordpress.com/2010/02/19/lereflexedesurvie/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • BDGest , le 17 novembre 2014
    Même si le mélange est plus ou moins heureux suivant les passages (Alex reste bien caricatural), Le réflexe de survie annonce les récits plus psychologiques à venir (la trilogie Un monde si tranquille et, plus tard, Lulu femme nue). En résumé, en plus d'offrir une excellente histoire, cet album représente un jalon important dans l'évolution du créateur des Ignorants.
    Lire la critique sur le site : BDGest

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

> voir toutes (17)

Videos de Etienne Davodeau

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Etienne Davodeau

Etienne Davodeau nous parle de son travail sur l'affaire du juge Renaud, assassiné en 1975.








Sur Amazon
à partir de :
13,18 € (neuf)
9,76 € (occasion)

   

Faire découvrir Le réflexe de survie, tome 1 par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz