AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Kette Amoruso (Traducteur)
ISBN : 2203009918
Éditeur : Casterman (2007)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Histoire couleur terre se singularise par une poésie lancinante et douce, un romantisme tendre et touchant, une sensualité dans le jeté du trait et un humour ironique et léger à l'égard des choses de la vie. Ici, l'auteur invente quelque chose d'intermédiaire entre l'Asie et l'Europe : une histoire universelle qui parle à tous de l'amour
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
sylvie
sylvie20 juin 2008
J'ai bien aimé ce sunjung (manhwa destiné à un public féminin) .
Il nous promène dans la Corée paysanne du XXe siècle en nous faisant suivre deux personnages féminins très attachants qui sont une jeune mère veuve et sa fille qui a 7 ans dans le premier tome et en aura 17 dans le dernier.
Dans le tome 1 nous découvrons une femme qui regarde sa fille grandir avec tendresse, patience et un brin d'émerveillement.
En même temps commence pour elle une nouvelle histoire d'amour qu'elle ne cache pas à la compagne de ses jours.
Leur relation s'émaille de confidences intimes qui ne manquent pas de poésie, et nous font voir des échanges secrets et sincères dans lesquels se déploie un amour mère/fille généreux et ouvert.
La nature, la pluie et les fleurs les aident à trouver des images pour communiquer sur la sexualité naissante de l'une, et renaissante de l'autre.
De très belles images accompagnent ces dialogues simples mais justes.
Dans le Tome 2, la petite fille devient pré-adolescente puis adolescente.
Le mariage est son seul espoir d'accomplissement. Sa mère l'éduque à sa future vie de femme.
Entre soins du corps, travaux d'aiguille et travaux domestiques, elle tente de mettre en garde sa fille contre les coups du sort et de la vie, de l'initier à la méfiance et à la résistance vis à vis des moeurs de la société coréenne qui ne sont pas tendres envers les femmes.
Au centre de ce gros volume, nous découvrons un conte initiatique pour les filles qui se marient et vont vivre dans leur belle famille. Il ne se termine pas par "et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants"
Cette mère courage qui vit seule et arrive à savourer sa liberté gagnée par le travail malgré les quolibets et les médisances, donne à sa fille une éducation pétrie de contes, de symboles et de métaphores champêtres qui distillent une sagesse traditionnelle.
Le coeur serré, elle la prépare à partir pour suivre un futur époux.
La jeune fille rencontrera son cher et tendre, s'initiera aux secrets que son corps recèle, connaîtra le désir amoureux, et deviendra papillon de feu.
Dans le tome 3, l'adolescente attend le retour de son bien aimé et partage ainsi avec sa mère les tourments de celles qui pensent à l'absent.
Tout le volume est centré autour de cette posture de vie, l'attente, décrite ici comme un destin féminin
Cette série aigre douce se termine par un mariage et l'épanouissement de l'héroïne dans ce dernier évènement qui l'éloigne de sa mère et la fait entrer dans sa vie d'adulte.
Nous avons l'occasion de découvrir un mariage traditionnel coréen, où rien n'est laissé au hasard et où les symboles et les rites ponctuent la journée de part en part.
Le jour du mariage de sa fille, la jeune veuve aura la joie de vivre le retour de l'amant qui décide de s'installer définitivement avec elle... Tout est bien qui fini bien :))
La lecture de cette bande dessinée est plaisante.
Certaines planches sont magnifiques, et le récit se construit avec finesse et poésie sur un scénario très simple. L'auteur peint et fait vivre ses personnages féminins avec beaucoup de tendresse et de compassion. Il s'en dégage douceur et sérénité.
des images et des liens sur mon blog :
http://sylvie-lectures.blogspot.com/2008/06/histoire-couleur-terre-kim-dong-hwa.html
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          70
christianebrody
christianebrody28 décembre 2011
HISTOIRE COULEUR TERRE est un vibrant hommage fait aux femmes, jeunes, vieilles, belles, moches… Un hymne à la gloire du sexe dit faible bien plus parlant que l'ignoble journée de la jupe censée défendre notre cause. Franchement réduire la femme à un fichu bout de tissu, combien de cerveaux avait-on réuni ces jours-là pour pondre un truc aussi con, limite méprisant? Pourquoi pas le porte-jarretelles tant qu'on y était?
HISTOIRE COULEUR TERRE raconte à travers l'histoire de deux femmes les difficultés qu'elles rencontrent dans un univers particulièrement machiste soumis au poids des traditions en pleine campagne coréenne. Parallèlement à cela, Kim Dong-Hwa, évoque avec beaucoup de poésie le passage délicat de l'enfance à l'âge adulte. Il y aborde les transformations physiques, émotionnelles, philosophiques à travers Ihwa, sept ans, élevée par sa mère, une jeune veuve tenant une auberge. Aimée,protégée, guidée par une maman qui ose assumer seule le rôle de chef de famille, elle découvre la vie à travers la nature, ses amis, ses voisins. Son histoire s'étale sur dix ans durant lesquelles on partage avec une émotion certaine sa métamorphose. L'apparition de la poitrine, ses premières menstrues, ses premiers émois, sa sexualité.
Appartiennent à son monde,
- Bong-sun, une petite camarade délurée, un tantinet vicieuse, pressée de grandir et d'entrer dans le royaume mystérieux des adultes.
- Chung-myoung, un jeune moine venu s'établir au temple du village, tiraillé entre son idéal et les urgences de son corps.
- l'écrivain public, vagabond qui parcourt les marchés, un lettré capable d'interpréter l'avenir grâce à l'étude des idéogrammes et le mouvement des astres. La douceur de son caractère, sa bonté, son ouverture d'esprit en font le pendant parfait face aux paysans, clients réguliers de l'auberge. Des êtres qui oublient le temps d'un repas parsemé de histoires graveleuses, de propositions obscènes oublient les pénibles situations de la condition paysanne.
- Dong-chul, un camarade à l'esprit particulièrement grivois, heureux de découvrir toutes les sources de joie et bonheur que lui procure son corps et la fréquentation des filles.
- Deok-sam, un jeune valet, fort, dur à la tâche qui aura se battre contre la fourberie de son maître, viel homme décati amoureux de Ihwa.
- Namwon, sa mère, femme courageuse, indépendante, attentionnée. Elle ne ménagera jamais sa peine, encouragera, guidera sa fille avec un amour et intelligence indéfectibles.
- enfin, la nature omniprésente, source de joie, d'espoir, de renouveau, de chagrin. Fleurs, arbres, insectes, la pluie, les saisons intègrent, rythment la vie de tous. Les fleurs rappellent l'être aimé; la pluie balaie chagrin, doute, solitude et détient la promesse d'un jour meilleur; arbres et insectes expriment surtout les différents aspects de la sexualité.
On est loin des manhwa que l'on trouve habituellement avec ces personnages aux yeux de veaux, ces bouches cul de poule siliconées, ces membres démesurés, ces corps androgynes. Ici, le dessin ressemble aux estampes d'où ce côté un peu rétro/vieillot char, les personnages sont finement dessinés, les paysages ciselés, détaillés, riches. le traitement du plein et du vide laisse une part irritante à l'imagination. Un magnifique sunjung sur la transmission des valeurs sociales, morales, humaines.
Lien : http://www.immobiletrips.com/etude-de-moeurs-2/h..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          40
lunch
lunch29 septembre 2015
  • Livres 5.00/5
[...]
La petite Ihwa (fleur de poirier) porte bien son nom. Nous faisons sa connaissance alors qu'elle n'a encore que 7 ans. Et si nous la quittons pour son mariage 10 printemps plus tard, c'est l'émancipation d'une jolie fleur et l'envol d'un papillon que nous vivons (avec un brin de voyeurisme aussi parfois – les hommes et les femmes ne vivent pas la même adolescence).
[...]
Cette déambulation empreinte de poésie nous la devons au talent de conteur de Kim Dong-Hwa qui nous engonce dans un récit plein de tendresse. Chacun de ses textes est travaillé dans un carcan de soie, le rythme est lent, les paysages qu'il décrit son contemplatifs. Et s'il use de beaucoup de l'aspect métaphorique – proverbes coréens et un éloquent langage des fleurs notamment – on découvre avec lui tout un pan d'une culture orientale qui nous avait jusque là échappé.
Le trait fin et élégant de l'auteur n'est pas pour rien dans notre immersion. Je l'avais déjà découvert sur un autre de ces titres, Les nourritures de l'âme, mais ici le dessin tout de noir et de blanc nous invite à la rêverie. Les gestes sont maîtrisés, les décors sont sublimes, les visages reflètent la bonté et l'innocence, les cadrages sont parfaits… tout est mis au service du raffinement, si bien qu'il est difficile pour moi de sortir de la lecture en se disant que c'est déjà fini…
J'aurais bien volontiers partagé un peu plus longtemps la vie à deux dans la taverne de Namwon, une vie complice entre une mère et sa fille, une vie qui touchera assurément tous les parents du monde !

Article complet à lire sur Bedea Jacta Est !
Lien : https://bedeajactaest.wordpress.com/2015/09/29/h..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          30
cathe
cathe14 août 2015
  • Livres 3.00/5
Cette bande dessinée est le récit simple et attachant des émois amoureux de deux femmes vivant dans un village rural de la Corée profonde. La pré-adolescence de la jeune tout d'abord avec les prémices des premiers émois sentimentaux. L'adolescence ensuite avec les premières rencontres amoureuses et la découverte de la sexualité; Et enfin la vie de jeune femme et la rencontre avec le futur mari. Ce qui est très beau c'est , parallèlement à cette histoire, la vie de femme de la mère qui est veuve et qui ne cache pas à sa fille les difficultés de sa solitude.
Les dessins sont magnifiques et l'histoire, toute de subtilité, de fraîcheur et de douceur, ne cache pas non plus la trivialité de la vie quotidienne et le concret de la vie sexuelle. Vraiment un très beau manhwa (BD coréenne) de cet auteur dont j'avais déjà apprécié "La bicyclette rouge" !
Commenter    J’apprécie          10
SophiePatchouli
SophiePatchouli29 février 2016
  • Livres 4.00/5
Un peu cul-cul mais tellement joli... Une jeune fille devient femme...
Commenter    J’apprécie          30
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
sylviesylvie20 juin 2008
La vie d'une femme est une longue succession d'attentes. Enfants, nous guettons le moment où notre mère nous prendra dans ses bras. Devenues adultes, nous attendons le retour de notre époux et parvenues à la vieillesse, nous espérons la visite de nos enfants...
Cesserons nous d'attendre lorsque nous serons mortes et enterrées
Commenter    J’apprécie          110
sylviesylvie20 juin 2008
Voici pour vous la bile, chère belle sœur. vous qui êtes sujet à la jalousie.
Voici pour vous les pattes, mon cher époux, vous qui n'êtes jamais là
Quand on a besoin de vous. Et je garde pour moi le cœur.
Car un trop plein de chagrin a fini par briser le mien.
Il n'existe pas de pire épreuve que le vie de la femme mariée.
Mes larmes ont fini par déteindre sur les dix pans de ma jupe.
Mes larmes ont fini par chiffonner les manches de mon beau corsage."
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          30
sylviesylvie20 juin 2008
Sais-tu qu'il n'y a rien de plus douloureux que l'attente ? C'est une souffrance de tous les instants qui nous ronge de l'intérieur. Le moindre bruissement des feuilles mortes nous fait trembler de l'espoir le plus fou. Crois-moi, ce n'est pas une vie !
-Tant pis, j'en prends le risque."
Commenter    J’apprécie          50
sylviesylvie20 juin 2008
"Jeunes ou vieilles, les femmes sont des créatures bien étranges. A Chaque pluie de printemps, leur curiosité devient un peu plus grande"
Commenter    J’apprécie          50
lunchlunch29 septembre 2015
Ici, chaque papillon se fait le messager d’une histoire aux couleurs tendres comme ses ailes.
Il se dégage de chaque fleur un doux parfum de souvenir.
Commenter    J’apprécie          30
Video de Kim Dong-Hwa (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kim Dong-Hwa
Trailer du coffret des quatre volume de "La bicyclette rouge"
autres livres classés : filiationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
438 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre