AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Philippe Delaby (Illustrateur)
ISBN : 2871293023
Éditeur : Dargaud (2001)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 189 notes)
Résumé :
Le pouvoir, l'ambition, le crime, la jalousie… L'histoire de Rome est comme un concentré des passions humaines les plus noires. Surtout quand des personnages aussi peu recommandables qu'Agrippine ou Néron font leur entrée en scène. Là, tout commence dans la mort, l'eau et le feu. Le jeune Britannicus, fils de Claude et de Messaline, vient de vivre ses dernières heures lors d'un banquet donné en l'honneur de Néron, son d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
cicou4524 janvier 2014
  • Livres 4.00/5
Dans ce troisième tome (peut-être légèrement moins sanglant que les deux précédents), le mot dominant est celui de la vengeance.
Le jeune Murena, qui fut jadis l'ami de Néron avant que celui-ci ne monte sur le trône, est plus que jamais décidé à venger la mort de sa mère, Lollia Paulina qui fut, si vous vous rappelez bien, la maître de l'empereur Claude (voir premier tome). Mais étrangement, les quelques rares témoins qui ont assisté à l'assassinat de cette dernière disparaissent (de façon définitive, pas besoin de vous faire un dessin) les uns après les autres. Murena est donc convaincu que l'instigateur (ou instigatrice), la tête pensante de ce crime est quelqu'un de très haut placé. C'est pour cela qu'il s'en réfère à Néron qui lui ment sciemment de façon à protéger sa mère, Agrippine. Mais pourquoi fait-il cela alors qu'il la soupçonne lui-même d'avoir orchestré l'assassinat de son propre père et de son demi-frère, Britannicus ? Néron aurait-il de se faire vengeance lui-même et d'une toute autre façon ?
Une autre personne, un ancien esclave, affranchi par Britannicus du temps de son vivant, a lui aussi de venger la mort de son jeune maître. Se pourrait-il que ce vigoureux Nubide, Bablba et Murena (bien qu'ils n'appartiennent pas au même rang social) décident de s'allier puisqu'ils défendent tous deux la même cause ? Cela paraît bien invraisemblable et pourtant...quand la haine habite les coeurs, elle peut parfois pousser les hommes à faire d'étranges folies et certaines, pas très recommandables d'ailleurs !
Un troisième tome à la hauteur des deux précédents, avec un graphisme toujours aussi bien travaillé et des étranges alliances qui se forment. Tous complotent mais contre qui ? L'empereur ? Agrippine ? Je vous laisse le soin de le découvrir par vous-même et ne peut que vous recommander la lecture de cette série (excusez-moi, pour ceux qui auraient déjà lu ms critiques précédentes) si je me répète. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          240
Crazynath
Crazynath16 mai 2015
  • Livres 4.00/5
Dans ce troisième tome de la série, on assiste aux développement des intrigues que mènent Agrippine ( qui s'accroche au pouvoir ) et son fils Néron qui aspire de plus en plus à gouverner seul.
Leurs deux ambitions ne sont pas encore tout à fait prêtes à s'affronter, mais on sent que cela est imminent.
Murena, qui bien qu'il ait donné son nom à la série, n'est pas le personnage central ( surtout pas dans ce troisième tome ), découvre que les meurtriers de sa mère ont tous été éliminés. de la à faire le lien avec quelqu'un de très haut placé, il n'y a qu'un pas à faire et il le fera aisément. Sa rencontre avec l'ancien esclave de Britannicus, Balba, sera surement déterminante pour la suite de la série.
J' aime toujours autant la reconstitution de la Rome Antique qui est franchempent superbe . On sent l'important travail de recherche, les notes en fin de ce tome le confirment d'ailleurs.
Commenter    J’apprécie          110
Dionysos89
Dionysos8905 février 2012
  • Livres 4.00/5
Le troisième tome de Murena se focalise sur la relation entre Néron et sa mère Agrippine. En cela, La Meilleure des Mères représente une sorte de tome transitoire où les intermédiaires sont supprimés, où les tensions se resserrent et où il y a désormais la place d'introduire plusieurs personnages nouveaux et capitaux pour la suite. La tension monte et cela s'en ressent : on hume davantage le sable sous les pieds des combattants, l'odeur du sang se fait plus tenace et pourtant l'éclat impérial n'a jamais été aussi flamboyant.
Notons ici l'utilisation des notes explicatives (je n'y avais pas fait allusion lors des critiques des deux premiers tomes de la série) : elles témoignent de la recherche active d'informations historiques sur la période concernée, mais gênent tout de même considérables la lecture qui devrait être fluide et directe, dommage sur ce point malgré la bonne intention qu'il y a derrière.
De plus, c'est sûrement dans ce tome que les personnages sont le moins reconnaissables malheureusement, vu l'importance de l'intrigue c'est dommageable, et Lucius Murena (qui donne quand même son nom à la série) paraît encore plus effacé que dans les tomes précédents. Toutefois, on se raccroche aux dialogues, ce qui suffit finalement.
Un troisième tome riche en rebondissement mais qui fait surtout le point sur les tensions lancées aux deux premiers épisodes et qui augure d'une fin captivante pour le Cycle de la Mère...
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          80
lechristophe
lechristophe14 août 2015
  • Livres 5.00/5
Le décès de Britannicus a mis un terme aux alliances entre les différents partis en présence dans l'entourage impérial.
Agrippine n'a plus que le fidèle Draxius dans son camp. Néron a récupéré les anciennes créatures de sa mère, Burrhus, Sénèque et l'empoisonneuse Locuste. Il a aussi exilé Pallas, le proxénète d'Acté.
Balba, l'esclave affranchi de Britannicus rêve de venger la mort de son jeune maître et s'engage dans la meilleure école de gladiateurs pour y apprendre à être impitoyable au combat. Il s'y fait également un ennemi acharné en la personne de Massam, une bête sauvage faite homme.
Quant à Lucius Murena, il se remet du meurtre de sa mère chez son ami le poète Pétrone. Celui-ci le convainc de reprendre goût à la vie e lui proposant les charmes de sa nouvelle esclave, Arsilia. Cette dernière est devenue experte dans les jeux de l'amour auprès de son ancienne maîtresse Poppée. Revigoré, Murena continue son enquête et découvre bien vite que quelqu'un a fait disparaître tous les protagonistes du meurtre de sa mère. Ce ne peut être que quelqu'un de très haut placé...
Cette fresque sur la Rome antique au Ier siècle est toujours aussi passionnante et magnifiquement dessinée. Les couvertures seules sont déjà des chefs-d'oeuvre.
On s'y allie, s'y trahit, s'y fait l'amour, s'y trucide allègrement, tout cela pour atteindre le pouvoir suprême et le conserver. Basée sur des faits historiques, cette série se doit d'être en bonne place dans toutes les bédéthèques.
Ultime argument pour convaincre toutes celles (et ceux) qui hésitent encore : Lucius Murena, le héros, a été amplement gâté par Dame nature en-dessous de la ceinture !
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          50
Syl
Syl18 mai 2013
  • Livres 5.00/5
L'empereur Claude est mort et peu de temps après son fils l'a suivi. Britannicus n'est plus un obstacle à Néron, le cinquième empereur, acclamé par l'armée, le sénat et le peuple.
Depuis quelques temps, Néron essaie d'éviter sa mère Agrippine. Les rumeurs qui circulent sur les décès de Claude et de Britannicus, gangrènent sa vie. Leurs relations, basées plus sur des ambitions démesurées que sur des rapports maternels et filiaux, deviennent dangereuses. Il veut cureter et cautériser certaines nécroses qui le lient à elle. Ainsi, il exile Pallas, l'affranchi de sa mère, incarcère Locuste, la sorcière empoisonneuse et fait tuer des témoins. Personne ne pourra témoigner de la perfidie de sa mère et de sa complicité. Conseillé par Sénèque le philosophe, Néron désire faire venir à Rome sa tante Domitia Lepida, la seule qui le comprend et l'aime sincèrement. Mais une conspiration d'une grande cruauté changera ses plans... Agrippine veille, perfide, sans scrupule, aidée de son nouvel assistant, Draxius.
Murena, de la villa de son ami Pétrone, commence à songer à sa justice. La mort de sa mère ne restera pas impunie. Menant son enquête dans différents milieux, il découvre que la moindre de ses pistes le mène vers des personnes défuntes. Aidé par Balba qui cherche à punir le meurtrier de son maître Britannicus, ils chercheront vengeance jusqu'à la disgrâce.
Sur le fil d'un rasoir, une autre silhouette se profile... celle de Poppée, une femme qui n'a rien à envier à l'appétit d'Agrippine, "la meilleure des mères"...

Très belle découverte ! Une épopée antique passionnante ! Ces deux tomes ferment le premier cycle au nom de la mère, laissant une ouverture sur le deuxième qui relatera celui de l'épouse. Dans les dernières pages de ce quatrième tome, on sent la vulnérabilité de Néron qui de victime se place en bourreau. La violence dans ce contexte historique se lit et se visualise sans répulsion, elle est, hélas !, légitime pour l'époque.
Sans attendre, je vais commander la suite.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          30
Citations & extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos8905 février 2012
Notre erreur est de croire que nous pouvons dominer nos passions. Alors que ce sont elles qui nous emportent. Pour m'en préserver, je les étudie, je les étale au soleil... jusqu'à ce qu'elles pourrissent... La difficulté, c'est que nos passions naissent souvent de causes justes.
Commenter    J’apprécie          70
cicou45cicou4524 janvier 2014
"Avec de l'o, toutes les portes s'ouvrent...et les langues se délient..."
Commenter    J’apprécie          150
pvdpvd26 décembre 2012
Lorsque Néron fait le mal, il le fait parce qu'il est lui-même malheureux, qu'il se sent ou se croit méprisé. Alors il se venge, et, plus encore, éprouve le besoin de s'affirmer ... Et c'est pour cela qu'il se déguise et commet toutes ces vilenies dans la ville ... Il aspire à être aimé, ou craint, pour lui même. Il veut exister, sous les vêtements du prince, et ne pas simplement incarner une idée, un fantôme, celui de l'Imperator.

Lettre de Julia Agrippin à L. Annaeus Senca (4eme de couverture)
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          10
pvdpvd26 décembre 2012
Mais... personne n'est libre. Pas même César. Dans sa tête des ombres s'amassent changent de forme. Il semble tourmenté par une idée fixe, une idée ne cesse de grandir... une idée monstrueuse ... qu'il lui faudra bien assumer un jour.
Commenter    J’apprécie          30
lechristophelechristophe14 août 2015
- (Draxius s'apprêtant à décapiter Lollia Paulina) : La tête... relève la tête... Je frapperai un seul coup. Que meurent Rome et tous les tiens !!!
Commenter    J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de Jean Dufaux (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Dufaux
Barracuda - Bande Annonce
autres livres classés : néronVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Murena, Premier Cycle : Le Cycle de la Mère

Les auteurs, Jean Dufaux et Philippe Delaby, sont...

Belges
Français
Suisses
Italiens

12 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Murena, Premier Cycle : Le Cycle de la Mère de Jean DufauxCréer un quiz sur ce livre
. .