AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Moderato cantabile (62)

LiliGalipette
LiliGalipette22 juin 2012
« Quand même, […], tu pourrais t’en souvenir une fois pour toutes. Moderato, ça veut dire modéré, et cantabile, ça veut dire chantant, c’est facile. » (p. 20 & 21)
Commenter  J’apprécie          160
Cioran
Cioran10 février 2016
Il resta là, dans une résolution apparemment tranquille, agrippé de nouveau à elle de ses deux bras, le visage collé au sien, dans le sang de sa bouche.
Commenter  J’apprécie          130
Bibliblogueuse
Bibliblogueuse05 novembre 2016
Dans le parc correctement clos, les oiseaux dorment d’un sommeil paisible et réconfortant, car le temps est au beau. Ainsi qu’un enfant, dans une même conjugaison. Le saumon repasse dans une forme encore amoindrie. Les femmes le dévoreront jusqu’au bout.
Commenter  J’apprécie          100
liratouva2
liratouva213 mai 2010
Moderato cantabile, dit l'enfant.
La dame ponctua cette réponse d'un coup de crayon sur le clavier. L'enfant
resta immobile, la tête tournée vers sa partition.
-Et qu'est-ce que ça veut dire, moderato cantabile ?
-Je ne sais pas.
Une femme, assise à trois mètres de là, soupira.
Tu es sûr de ne pas savoir ce que ça veut dire, moderato cantabile ? reprit la dame.
L'enfant ne répondit pas. La dame poussa un cri d'impuissance étouffé, tout
en frappant de nouveau le clavier de son crayon. Pas un cil de l'enfant ne
bougea. La dame se retourna.
-Madame Desbaresdes, quelle tête vous avez là, dit-elle.
Anne Desbaresdes soupira une nouvelle fois.
-A qui le dites-vous, dit-elle.
L'enfant, immobile, les yeux baissés, fut seul à se souvenir que le soir venait
d'éclater. Il en frémit.
-Je te l'ai dit la dernière fois, je te l'ai dit l'avant-dernière fois, je te l'ai dit cent fois, tu es sûr de ne pas le savoir?"
Commenter  J’apprécie          100
Mistaken
Mistaken04 juin 2016
Quand le retard devient tellement important, qu'il atteint le degré où il en est maintenant, je crois que ça ne doit plus changer rien à ses conséquences que de l'aggraver encore davantage ou pas.
Commenter  J’apprécie          90
liratouva2
liratouva213 mai 2010
"-Parfois encore, c'est l'été et il y a quelques promeneurs sur le boulevard. Le samedi soir surtout, parceque sans doute les gens ne savent que faire d'eux-mêmes dans cette ville.
-Sans doute, dit Chauvin. Surtout des hommes. De ce couloir, ou de votre jardin, ou de votre chambre, vous les regardez souvent.
Anne Desbaresdes se pencha et lui dit enfin.
-Je crois, en effet, que je les ai souvent regardés, soit du couloir, soit de ma chambre, lorsque certains soirs je ne sais quoi faire de moi.
Chauvin proféra un mot à voix basse. Le regard d'Anne Desbaresdes s'évanouit lentement sous l'insulte,..."
Commenter  J’apprécie          90
blandine5674
blandine567431 août 2015
- Il faut apprendre le piano, il le faut. L'enfant tremblait lui aussi, pour la même raison, d'avoir eu peur.
- J'aime pas le piano, dit-il sans un murmure.
Commenter  J’apprécie          80
aouatef79
aouatef7901 mai 2015
Vous aviez une robe noire trés décolletée . Vous nous regardiez avec amabilité
et indifférence. Il faisait chaud .
Commenter  J’apprécie          80
Marti94
Marti9427 octobre 2014
L'étonnement de Anne Desbaresdes, quand elle regardait cet enfant, était toujours égal à lui-même depuis le premier jour. Mais ce soir-là sans doute crut-elle cet étonnement comme à lui-même renouvelé.
Commenter  J’apprécie          80
hupomnemata
hupomnemata03 juin 2014
- Je voudrais que vous me disiez maintenant comment ils en sont arrivés à ne plus même se parler.
L'enfant arriva dans l'encadrement de la porte, s'assura qu'elle était encore là, s'en alla de nouveau.
- Je ne sais rien. Peut-être par de longs silences qui s'installaient entre eux, la nuit, un peu n'importe quand ensuite, et qu'ils étaient de moins en moins capables de surmonter par rien, rien.
Le même trouble que la veille ferma les yeux d'Anne Desbaresde, lui fit, de même, courber les épaules d'accablement.
- Une certaine nuit, ils tournent et retournent dans la chambre, ils deviennent comme des bêtes enfermées, ils ne savent pas ce qui leur arrive. Ils commencent à s'en douter, ils ont peur.
- Rien ne les satisfait plus.
- Ce qui est en train de se passer, ils en sont débordés, ils ne savent pas le dire tout de suite. Peut-être qu'il leur faudra des mois. Des mois, pour le savoir.
Il attendit un instant avant de lui parler de nouveau. Il but un verre entier de vin. Pendant qu'il buvait, dans ses yeux levés le couchant passa avec la précision du hasard. Elle le vit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81




    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





    Quiz Voir plus

    Marguerite DURAS

    Quel est le bon titre de sa bibliographie ?

    L'Homme assis dans le corridor
    L'Homme assis dans le couloir
    L'Homme assis dans le boudoir
    L'Homme assis dans le fumoir

    20 questions
    104 lecteurs ont répondu
    Thème : Marguerite DurasCréer un quiz sur ce livre