Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Ajouter une critique

Critiques sur Le Fils Du Pauvre (14)


Classer par:     Datecroissant   Les plus appréciéescroissant   Notecroissant


    • Livres 4.00/5
    Par Under_The_Moon le 18/12/2013


    Avec une plume fluide, pudique et sincère, Mouloud Feraoun nous raconte avec des mots simples la vie d'un jeune kabyle avant l'indépendance de l'Algérie.

    Même si, comme Dostoïeski (dans Souvenir de la Maison des morts), l'auteur nous affirme transcrire les cahiers d'un instituteur (Fouroulou Menrad) qu'il aurait trouvé, c'est bien de sa vie qu'il s'agit.

    Dans la première partie, Feraoun nous livre un récit à la 1ère personne du singulier qui est une "simple" description de la vie quotidienne du jeune garçon dans son village kabyle, de sa vie de famille, etc.
    L'auteur nous parle aussi beaucoup de son rêve d'intégrer l'Ecole normale - une fois qu'il a pris goûts aux études. Mais ce rêve à un prix : s'il échoue, il devra retourner à sa condition de berger pour aider sa famille ; et le pauvre bougre se sent bien seul face à ce problème car les membres de sa famille, s'ils sont fiers de sa réussite à l'école, ne voient pas d'avenir "concret" pour Fouroulou dans les études supérieur.
    La seconde partie fait elle une plus grande place à l'émotion, on passe cette fois au récit d'un narrateur omniscient. Cette fois, l'élément central, c'est le départ du père de famille pour la France. Pour rembourser ses dettes, il atterrit dans le quartier de la Goutte d'Or à Paris et est embauché dans les fonderies d'Aubervilliers, et c'est là que les ennuis commencent (ou continuent, mais avec la distance en plus).

    Avec le Fils du Pauvre, en plus d'avoir "voyagé", le temps de quelques lignes, sur une terre que je ne connais pas, j'ai découvert un récit de vie authentique et touchant qui vaut mieux que quelques malheureuses lignes sur la présence coloniale française en Algérie et les us et coutumes kabyles dans un livre d'histoire.

    Commenter     J’apprécie          7 41         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par rkhettaoui le 23/04/2012


    Impossible de lâcher cette magnifique oeuvre autobiographique !
    J' éprouve des fascinations pour ces ingéniosités regorgées de qualités indéniables et d'excellents moments de lecture que j'ai eu délecté
    Trop d'excipients, d'exhausteurs ont été prodigué inlassablement par l'auteur pour peaufiner la beauté des contrées kabyles , les paysages et montagnes édeniques et les porter à la connaissance du lecteur pour prendre les devants d'une appréciation et critique constructive
    Fouroulou n'en croyait pas ses yeux. Il était là, entrain de savourer les " prouesses " qu'il venait d'accomplir aprés maintes péripéties et de dur labeur ,Il se senti " roi" dans ce bled infesté des "non illuminés ", d'ignares , il était devenu une merveille , il avait échappé aux griffes acérées de ces monstruosités de l'illettrisme et de l'ignorance .Il avait accompli un exploit et s'en réjouissait éperdument
    Il venait d'échapper de justesse à être happé par cette toile d'araignée finement tissée par ses compères , ces durs blédards qui lui vouaient une jalousie et irritation sans borne et qui l'attendaient de pied ferme à ce que le piège se renferme sur lui telle l'épée de Damoclès pour le contraindre à camper le rôle de pâtre qui lui était destiné naturellement de telle sorte à ce qu'il ne puisse aucunement échapper à ce sort implacable, scellé par le destin
    Imperturbablement le fils de Menrad déjouait tout trame et manigance minées , l'épisode fatidique dû au retad de la percetion de la bourse eut eu failli , cependant , le dérouter et venir à bout de sa patience et le ramener à se détourner définitivement de ses pérégrinations
    de surcroit , son père s'en était déjà résigné , il ne croyait pas à cette réussite chmérique et utopique ,il le prédestinait à demeurer drapé du seul rôle qu'il incarnait idoinement : de se vouer entièment à la charge de paitre ses brebis . Ce n'était pas un hasard, oh non… Mais comment diable avait-il appris à résoudre ses problèmes d'équations , à rédiger ses textes dans un français convenable . Mais inutile de se leurrer : il n'était pas du même monde que ces "Roumis" . Il etait présentement, qu'il le veuillait ou non , le fils du pauvre et il le demeurera Alors, il allait sans tarder lui mettre les points sur les i ! d'autant plus , propicement au moment où il reconnait explicitement son incapacité de subvenir aux besoins existentiels de son jouvenceau en matière d'hébergement et de restauration
    Contre toute attente , la providence s'etait rangé derechef du côté de ce persévérant (il devait une fière chandelle à Azir et M.Lembert), fouroulou pourrait s'en abreuver goulûment de cette eau bénite et des bienfaits de ce cadeau miraculeux
    Pourtant ce beau livre , agencé et transcris sur un cahier d'écolier ,avec une plume Sergent-Major , a failli ne pas voir le jour et demeurer enfoui et délaissé dans le tiroir comme le cinquième oeuf de la fauvette ,jugé futile et indésirable
    Heureusement , l'esprit de clairvoyance et d'opiniâtreté ont pu repëché cet ouvrage des épitaphes tombales de l'oubli et l'ont eu empêché de sombrer dans les tréfonds du noircissement et de l'inconnu
    Il avait finalement émergé pour rejoindre la position de maillon qui lui fut destinée sur cette chaine éblouissante de la littérature mondaine
    La prouesse de l'écriture feraounique réside dans la simplicité , dans le style limpide, dithyrambique et académique ,à travers desquels l'auteur excellait tel un élève, un instituteur studieux , dans la narration extensive de la société ( le micro-cosme familial et le macro-cosme social) se consacrant , corps et âme à peindre fidèlement toute une panoplie de moeurs et us kabyles à l'effet de les catapulter , les exterioriser et les vulgariser .

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la critique



    • Livres 3.00/5
    Par charlottelit le 06/01/2012


    la vie d'un enfant kabyle entre pauvreté, solidarité, dans un village.
    ses chagrins d'enfant très émouvants,
    une tranche de vie,
    l'auteur fut assassiné en 1962
    sa vidéo parlant de Camus (à la fin des critiques de ce livre sur babelio)
    est émouvante.

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la critique



    • Livres 3.00/5
    Par Nanne le 12/07/2010


    Tizi, ville de deux mille âmes plantée au coeur de la Kabylie sauvage, rude et hostile pour qui ne sait l'exploiter. Ici, pas d'artère principale, pas de route goudronnée, simplement un chemin de terre qui servait autrefois aux tribus allant d'un village à l'autre. Ce chemin de traverse, caillouteux et défoncé, menait à une route carrossable qui conduisait vers les grandes villes du pays. Tizi possédait trois quartiers, et – par conséquent – trois places aux musiciens ou djemas, deux mosquées discrètes de moindre importance que les djemas pour ses habitants qui vivaient ensemble depuis toujours, étaient tous plus ou moins cousins éloignés, à la parentèle incertaine se perdant dans la nuit des temps. Tizi et son café maure, situé à l'extérieur du village. C'était avant tout le lieu de rencontre des plus jeunes.

    C'est à Tizi qu'a vécu le narrateur, Fouroulou Menrad, qui revient sur son enfance et son adolescence dans cette Kabylie belle et séditieuse. Comme tout garçon né dans une société où l'homme est révéré et respecté, Fouroulou pouvait se comporter comme un roitelet sur ses terres, épouvantant, agaçant et régentant ses soeurs et ses cousines.


    Lien : http://dunlivrelautredenanne.blogspot.com/2010/07/linstituteur-berbe..

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par aouatef79 le 27/06/2015


    Le Fils du Pauvre est un roman de Mouloud Feraoun .Ce dernier est un des
    grands écrivains algériens d 'expression française .Ce livre est une autobiogra
    -phie de l 'auteur .Le narrateur est Fouroulou, surnom de l 'écrivain lorsqu 'il était
    enfant .Grace à ce récit , nous pénétrons dans la profonde Kabylie . Cette
    dernière est une région montagneuse et escarpée .La vie est difficile pour les
    gens qui l 'habitent .Grace à la description faite, on comprend l 'organisation de
    la société dans le village et les us et coutumes en cours .La vie est simple et
    rustique . Les gens font avec les moyens dont ils disposent pour faire face à la
    vie de tous les jours .Mais ce qui retient l 'attention , c 'est la dignité et la fierté
    des montagnards Kabyles .Dans le peu qu 'il possède, il y a l 'entraide et la
    solidarité .
    Vu l 'état de pauvreté que connaît la région , beaucoup de gens immigrent en
    France pour y travailler et gagner de l 'argent qui sera envoyé aux leurs
    restés au bled .
    Tout ceci n 'est que le contexte socio-économique dans lequel vit Fouroulou
    et qui doit obtenir une bourse pour pouvoir faire des études et accéder à la
    fonction d 'enseignant .Fouroulou est un écolier studieux dont la passion est
    d 'aller à l 'école normale de Bouzareah .En tant qu 'écolier, il fait des progrès
    pour accéder au collège et de là , il passera un concours d 'entrée à l 'école
    normale de Bouzaréah .Avec la grande volonté dont, il est animé, il parvient
    enfin à réussir ses études A la fin , Fouroulou devient un enseignant !
    Ce roman est un chef-d 'oeuvre ! Un livre à lire et à relire .C 'est grâce à lui
    que j 'ai fait connaissance avec une région de mon pays .Durant les années
    1970 ,je l 'ai visité et c 'était un beau voyage bien gravé dans ma mémoire .

    Commenter     J’apprécie          1 12         Page de la critique



  • Par latrace le 25/05/2010


    Un village de la montagne kabyle au début du siècle. C'est là que vivent les Menrad. Ils ne font pas, comme on dit, figure de pauvres. Ils ne se rendent pas compte qu'ils sont pauvres. Ils sont comme les autres; voilà tout. Dans ce livre Mouloud Feraoun raconte sa propre histoire…


    Lien : http://latrace.wordpress.com/2010/05/13/le-fils-du-pauvre-de-mouloud..

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par Epictete le 03/01/2014


    J'ai beaucoup aimé ce livre. Quand je l'ai acheté, j'ai été attiré par la couverture et le titre, alors que je n'en avais jamais entendu parler auparavant.
    Je dois dire que l'on rentre dans ce récit avec curiosité et on en sort avec regrets : Pourquoi cela n'est-il plus long ?
    On y trouve tout, l'amitié, les petites haines inévitables en toutes sociétés, mais aussi la solidarité et l'amitié. C'est aussi une réflexion sur la notion de pauvreté : Es-t-on pauvre si l'on n'a pas l'occasion de se comparer à d'autres, qui vivent différemment ? D'ailleurs, sont-ils vraiment plus riches ?
    En quels termes ?
    Un roman sur la Kabylie que je classerai dans la catégorie "Terroir". On n'est pas dans l'exotisme, mais dans la découverte profonde d'une région, peu importe le continent où elle existe..

    Commenter     J’apprécie          1 8         Page de la critique



    • Livres 3.00/5
    Par Anis0206 le 19/01/2013


    un bon roman qui retrace le quotidien en kabylie à l'époque du colonialisme!!

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique



    • Livres 4.00/5
    Par Cameliakhenioua le 02/06/2015


    Un lecteur ne prends pas forcément le bon roman à lire.....
    A mon avis,cette oeuvre est une sorte de culture en ce qui concerne la vie kabyle.j'ai énormément apprécié ce roman,mais pas au niveau des événements,j'ai senti que l'écrivain décrit mais ne raconte rien dans la première partie.la deuxième partie était plus passionnante,cependant le romancier n'est plus Fouroulou.mais il parle toujours de son enfance/adolescence.
    Ce qui m'a plu particulièrement est l'écriture doté d'un vocabulaire trop riche,et d'un style si doué,qui rend le déroulement des événements une certaine chose magnifique et claire à lire....
    C'est un bon roman de Feraoun,à lire.mais il ne faut surtout pas le lâcher au début quand il n'y a que la description...

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par Mimma le 08/02/2015


    Je n'ai jamais oublié ce passage où il faisait du mal à sa soeur et elle va se plaindre à sa maman en lui disant: " Mon frère Dieu me le garde, m'a tiré les cheveux" et à la fin Mouloud FERAOUN disait: " Et Dieu lui a gardé son mauvais frère". Ce roman ne peut vous laisser indifférent, beaucoup de scènes restent incrustée dans la mémoire. Par exemple le premier jour de classe lorsqu'il disait " Et cette belle maîtresse souriante , rien que pour moi", ou bien lorsqu'il étudiait à la lumière d'une bougie et sa maman s'affairait autour de lui,....

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique






Sur Amazon
à partir de :
5,41 € (neuf)
1,85 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Fils Du Pauvre par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (290)

  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz