Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2203388137
Éditeur : Casterman (1990)


Note moyenne : 4.06/5 (sur 32 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Au début du XIXe siècle, dans les salons parisiens, la mode est à l'Orient et aux Sultanes. Accompagnant les militaires français qui entament la conquête de l'Algérie, ceux que l'on appellera les Orientalistes découvrent la ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (10)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Petitebijou, le 14 avril 2013

    Petitebijou
    Jacques Ferrandez nous propose une aventure passionnante : la lecture des dix tomes de ses "Carnets d'orient", une oeuvre courageuse par son ambition, et disons-le dès ce premier tome : j'ai énormément appris en lisant ces dix tomes en un temps volontairement court pour ne pas perdre le fil d'une histoire terriblement complexe. le coeur de l'histoire est le drame de la colonisation en Algérie, de 1830 à 1962. Je rends hommage à l'auteur d'avoir su avec talent retracer le conflit de ses racines à son dénouement, en mettant en scène tous les acteurs du déchirement, avec le plus d'équité possible. La lecture n'est pas aisée, car les données du problème sont tellement complexes que, même arrivée à la fin, j'ai bien conscience de ne pas avoir tout compris. La réussite,et le seul moyen il me semble d'appréhender cette histoire dont chacun a déjà sa vision tant elle fait partie de nos vies (et notamment de la mienne, puisque je suis méditerranéenne), est de mettre en parallèle la "grande" et la "petite" histoire. Ainsi, c'est une saga que nous offre Jacques Ferrandez, des histoires de familles, avec des personnages attachants, ambigus, des histoires d'amour, à travers des couples plus ou moins classiques, et surtout une histoire de guerre, et qui dit guerre dit absurde, tant l'on finit par se dire que la race humaine n'évolue jamais, dans sa soif de possession, son orgueil démesuré, son obsession communautaire... Cette histoire m'a profondément déprimée, d'autant que j'ai la particularité (le défaut pour certains) de n'avoir jamais eu le désir de possession de quoi que ce soit, terre, maison, personne, animal, de ne m'être jamais sentie enracinée si ce n'est dans un élément liquide, la méditerranée justement, ni affiliée à quelque communauté que ce soit. Mais je crois que je suis comme les autres, puisque ce fait n'est pas un choix mais le résultat de mon arbre généalogique éclaté, de géniteurs inconnus, de cette multitude de composantes qui me dépassent. Tout juste ai-je au moins l'illusion d'en être consciente et d'essayer de ne pas revendiquer une légitimité imbécile. Car, arrivée au bout des dix tomes, j'ai pensé à la fin du film "La Règle du jeu" de Jean Renoir, "Le problème, c'est que tout le monde a ses raisons". Pour finir et avant de commenter chaque tome, je pense bien sûr à Camus, au silence de Camus qui lui a été tant reproché, Camus présent dans l'oeuvre de Ferrandez comme un repère pour chacun des protagonistes du conflit : ce silence dénoncé comme une marque de lâcheté fut sûrement davantage le silence d'un homme impuissant et meurtri s'interdisant de condamner les uns ou les autres, pour trop bien les comprendre. le silence de Camus résonne comme une interrogation que tout homme devrait se poser avant d'émettre tout jugement, et me paraît d'une actualité aveuglante en nos temps de "petites phrases", "commentaires", "buzz". Rien n'a changé, chacun manipule comme chacun est manipulé, tout le monde veut sa petite reconnaissance et sa part du gâteau, chacun est tour à tour bourreau ou victime. Se taire est peut-être le seul moyen d'arrêter un instant le temps qui passe pour tout le monde, de prendre le temps de regarder la terre algérienne d'une beauté pérenne et inaccessible, cette terre qui restera quand les générations de combattants y seront tous réduits en poussière. L'homme meurt de se croire immortel.
    Dans ce premier tome, nous faisons la connaissance d'un peintre Orientaliste, Joseph Constant, débarquant en 1836 sur une terre algérienne qui va l'ensorceler peu à peu, à l'image d'une jeune et sensuelle Djémilah dont il tombe amoureux passionnément. Djémilah est l'Algérie, mystérieuse, belle, envoutante, dangereuse aussi. Cet amour fantasmé, symbolisé par un tableau qui va se transmettre de générations en générations puis de carnets, fil rouge des dix tomes, sera aussi l'illustration des racines du conflit. Déjà sont présentes les humiliations, la notion d'"exotisme", mais aussi le mélanges des langues, les expressions qui s'interpénètrent, le poids des religions...
    Il faut un peu s'accrocher pour suivre le récit un peu trop didactique, tant les données présentées sont nombreuses, les références historiques pas très connues, du moins par moi. le dessin de Ferrandez est foisonnant, les couleurs chatoyantes, et les paysages sont ses tableaux les plus beaux. Les hommes ne feront jamais le poids face à la nature.

    Lien : http://parures-de-petitebijou.overblog.com/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par jovidalens, le 05 novembre 2012

    jovidalens
    Déçue ! Compte tenue des critiques lues et commentaires récoltés je m'attendais à mieux.
    Agacée par les errances du "héros", l'histoire d'amourette "fleur bleue", par le graphisme trop fouillis et trop colorié. Quelques bonnes idées de mise en page.
    Bref, un peu trop caricatural. Les colonisateurs sont rustres et arrogants (mais c'est une caractèristique de la situation) : vraiment rien qui les rendent sympathiques. Et il faut bien reconnaitre que la troupe était aussi malmenée que les algériens. Par contre j'apprécie que ce peuple, plusieurs fois envahit, soit montré, lui, sous un jour positif : amoureux de son pays, et toujours prêt à défendre son art de vivre, sa civilisation et sa religion.
    Seul intérêt, et pas le moindre, récit d'une période mal connue de beaucoup.
    Est-ce que le tome 2 sera plus captivant ???
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par abo2008, le 01 juin 2011

    abo2008
    L'histoire commence en 1836. A Alger, Joseph Constant retrouve un ami peintre, Puzzo. Alors que Joseph s'apprête à repartir en France, il tombe amoureux d'une algérienne, Djemilah. Il décide donc de rester. Mais Djemilah est déjà promise à un autre. Joseph décide alors de la retrouver. Au cours de son périple, il croisera Abd el-Kader, grande figure de la résistance algérienne à la conquête française.
    Cette bande dessinée m'a vraiment séduite par plusieurs aspects : déjà, les personnages ne sont pas manichéens : ils sont humains, avec leurs forces et leurs faiblesses. de plus, L'auteur ne prend pas partie pour un camps ou un autre et reste neutre. Ensuite, il y a toute une réflexion sur la guerre, chaque camps considérant son combat comme juste. Enfin, les illustrations sont superbes. L'utilisation de l'aquarelle donne un charme vraiment particulier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Decour, le 29 avril 2014

    Decour
    Carnets d'orient ou plus précisément Djemilah ; une BD censée être captivante et dénonciatrice. Malheureusement, l'auteur n'a pas remplis ces critères de base qui étaient le but de la rédaction de ce livre. L'histoire est brouillon et bâclée. L'auteur est censé nous donner l'image de la guerre, de la torture, de la persécution, etc. Au lieu de ça, il nous change l'histoire du film "Titanic" en nous offrant un "Titanic oriental". Les dessins et les couleurs sont mal interprétées et le héros est agaçant. Je donne donc la note de deux étoiles à cette BD qui nous donne certains bons moments en particulier les moments avec l'apparition de Mario Puzo un peintre italien assez sympathique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Patmarob, le 14 février 2013

    Patmarob

    Ces "Carnets d'orient" m'ont intéressé, j'ai apprécié le graphisme, et la construction des histoires au fil du temps..
    La perspective historique traduit un vrai travail de recherche...même si des stéréotypes ( dans la définition des personnages ) apparaissent et reprennent quelques clichés .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

Lire un extrait

> voir toutes (7)

Videos de Jacques Ferrandez

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jacques Ferrandez

Carnets de voyage : Jacques Ferrandez sur les pas des peintres orientalistes .
Il connaît sur le bout des doigts l'Algérie, pays où il est né et dont il a fouillé l'histoire dans la série Carnets d'orient. Jacques Ferrandez a aussi fréquenté la Syrie dont il a tiré un carnet de voyage (éd. Casterman). Il revisite les souvenirs de son séjour syrien.Réalisation : Pierrick Allain, Laurence le SauxA voirAlgérie, 1830-1962 Avec Jacques FerrandezJusqu?au 29 juillet, musée de l?Armée - Hôtel national des Invalides à Paris (7e). | Tél. : 08 10 11 33 99.A lire : Catalogue de l?exposition, éd. Casterman, 280 p., 29 ?. Jacques Ferrandez, Carnets d?Orient, l?intégrale, 2 tomes, Casterman, 45 ? chaque.








Sur Amazon
à partir de :
13,99 € (neuf)
30,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Carnets d'Orient, tome 1 par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz