AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742747788
Éditeur : Actes Sud (01/09/2004)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :

Edité pour la première fois en 1969, Le Laye des arbres, arbustes et arbrisseaux, qui associait l'étendue et la rigueur de l'information à une forme accessible à un large public, œuvre de botanique et d'ethnobotanique mais aussi tentative d'écriture, était vite apparu comme la plus riche synthèse de langue française en son domaine. Flore descriptive avec clefs d'identification de toutes les plantes ligneus... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
sumitsukisumitsuki08 mars 2011
Voici la forêt où les arbres perdent enfin leurs noms, où j'abandonne tout savoir, où je suis neuf et simple et nu, la forêt où j'aime aller recueillir à midi, tombant en paroles d'ombre sur mes mains, le dialogue des feuilles et de l'intarissable lumière, à la nuit une leçon de ténèbres sans larmes, sans terreur, la forêt, profonde parce qu'on vit en surface de la vie, mystérieuse parce qu'on en a chassé les dieux, terrible parce qu'elle est un premier degré de l'éternité.
Il reste à prendre le premier layon, à gravir la colline vers le bouquet d'ormeaux, à trouver, dans un vieux vallon, une yeuse un peu magique respectée par les bergers, à s'asseoir, à sourire, à écouter le vent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
sumitsukisumitsuki08 mars 2011
Les forêts ne sont pas les seuls à craindre les tornades. On peut se retrouver couché par ses propres tempêtes, par les neiges de silence, par le travail des mots qu'on n'entend plus mais qui, profond sous l'écorce, forent jusqu'au cœur. Et quand, un calme revenu, on se redresse, ce doit être avec prudence et modestie. La cime détruite, tentons alors de repartir de souche avec le bouleau frère des fées, l'aulne qui veille aux gués de la peur, le frêne bienveillant aux amours incertaines, le chêne blanc surtout, foule d'amis malingres et tenaces des collines d'ici, qui donnent leur espérance à ces terres plus généreuses de cailloux que de blé, et punies d'abandon - capables de forêts, pourtant, comme nous autres de pardon.
Ainsi rejette Le livre des arbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
psycheinhellpsycheinhell04 septembre 2011
"Qu'on ne s'attende pas à trouver ici, intact, l'intercesseur des deux mondes, l'arbre, ni chêne, ni saule, ni mélèze, mais cette volonté d'être chêne, saule ou mélèze qui fait une grande joie verte par toute la terre, et une raison de vivre pour écureuils, et une raison de mourir pour les étés. J'ai rêvé parfois, en écrivant ce livre, qu'à toute connaissance fragmentaire, à toute percée dans la substance du monde, répondît une tentative d'accéder à l'essence. Quelle paix possible sans ce double approfondissement ? Pas de science sans conscience mais surtout pas de science sans contemplation. Quelle monnaie de ferveur saurait payer ce que je crois posséder du monde ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : Médecine naturelleVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
127 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre