AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Nationalité : Espagne
Né(e) à : Almeria , le 12/08/1921
Mort(e) à : Barcelone , le 13/04/2009
Biographie :

Abel Paz est le nom de plume de Diego Camacho, écrivain espagnol et militant anarchiste.

Sa vie est profondément liée à l'histoire de la lutte des anarchistes et antifascistes pendant la guerre d'Espagne.
En 1934, il commence à travailler comme ouvrier apprenti dans un atelier textile. Un an plus tard il rejoint les anarcho-syndicalistes de la CNT. Trop jeune pour rejoindre les colonnes de miliciens qui partent vers le front d'Aragon, il fonde avec deux amis anarchistes du même âge, Liberto Sarrau et Federico Arcos, un groupe : « Les Quichottes de l'idéal ». Ils publient un petit journal, Le Quichotte, dans lequel ils dénoncent le réformisme rampant qui se dessine au sein des dirigeants de la CNT. En février 1939, Barcelone tombe aux mains des troupes de Franco : Abel Paz participe alors à la retirada (retraite) et traverse avec des milliers d'autres la frontière française.
Il fait le tour des camps de concentration français. Lors de l'occupation de France par la Wehrmacht, il rentre en Espagne et reprend la lutte dans le maquis. En décembre 1942, il est arrêté et libéré ; en 1943, il se fait arrêter une dernière fois et purge une peine de 9 ans de prison.
Il se réfugie ensuite en France où il milite au sein de la CNT espagnole en exil. Il exerce divers métiers avant de travailler à l'imprimerie Néogravure. Il participe aux événements de mai 1968 et s'inscrit en Histoire dans la toute nouvelle faculté de Vincennes. Ses travaux sont consacrés à la figure révolutionnaire espagnole Buenaventura Durruti. En 1972, il publie en français aux éditions la Tête de feuilles la première biographie sur ce personnage central de la révolution espagnole. En 1977, comme de nombreux exilés en France, il est autorisé à retourner en Espagne. Il s'installe à Barcelone dans le quartier populaire de Gracia. Depuis, il a écrit de nombreux livres sur l'histoire du mouvement anarchiste espagnol, ainsi que ses mémoires.


+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Abel Paz   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Abel Paz


Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Une vie nouvelle commençait.
La riche Catalogne, avec ses immenses zones manufacturières et ses terres fertiles arrachées au maître féodal, à la bourgeoisie et au clergé, devint la propriété de tous. Les vieux concepts de maître et d'esclave brûlaient en même temps que les images religieuses dans les milles feux que le peuple avait allumés.
Tout brûlait, jusqu'à ce stigmate de l'exploitation qu'on appelle l'argent...
Commenter  J’apprécie          252
Une des caractéristiques de la révolution, c'est de donner l'impression de planer, de vivre dans le rêve, le vertige. Sans cette impression il n'y a pas de révolution libératrice spirituellement parlant.
Dans celle que nous commencions à vivre se rejoignaient tous les désirs, toutes les ardeurs contenues pendant des années, éprouvées dans l'abstrait et c'est pourquoi à présent émergeait la pratique qui pouvait faire du rêve la réalité.
Commenter  J’apprécie          220
C'est l'autorité sous ses différentes formes et manifestations qui est à l'origine du fascisme, dont les moyens de lutte et les méthodes de combat sont utilisés par tout pouvoir lorsque ceux qui se trouvent sous sa férule prétendent se soulever et s'émanciper de sa tutelle.
Commenter  J’apprécie          172
L'anarchisme est tout le contraire du sectarisme et du dogme. Il se perfectionne en agissant. Il n'a pas de doctrine définie.


Makhno
Commenter  J’apprécie          172
Selon nous, la solidarité entre hommes doit réveiller la responsabilité personnelle.

Il faut que l'homme apprenne à vivre en liberté et développe en lui ses facultés de responsabilité individuelle.

C'est seulement en se libérant de la peur que la société pourra s'édifier dans la liberté.

Durruti
Commenter  J’apprécie          152
On commença à préparer la campagne électorale :

La droite formait un bloc ; son slogan : antimarxisme et défense de l'église.

La gauche divisée fondait sa propagande sur le salut de la République avec comme thèmes : anticorruption et se dégager de la domination cléricale.

Les problèmes vitaux, chômage, réforme agraire, pauvreté furent entièrement passés sous silence.

La C.N.T convoqua un péplum et publia la position adoptée : " Nul ne doit voter...."
Commenter  J’apprécie          140
La révolution est une activité continue, avec des hauts et des bas.
En révolutionnaires conscients, notre mission consiste à servir de détonateurs, une fois, deux fois, vingt fois si nécessaire, jusqu'à l'explosion collective, la seule qui peut faire de la révolution une activité continue, prolongée jusqu'à son seul but véritable : un changement total de mode de vie des hommes.

Durruti
Commenter  J’apprécie          140
Pour Durruti, la mission du révolutionnaire n'était pas seulement de déclencher la révolte violente, mais surtout de secréter la révolution à chaque instant.
Grâce à cet exercice de participation directe, le moment de l'action collective venu, la classe ouvrière devrait commencer à reconstruire la société en dehors de tout schéma préfabriqué. Cette nouvelle société, il la concevait comme une ruche où chaque individu est une cellule active.
Commenter  J’apprécie          130
Aussi longtemps que l'homme ne pensera pas par lui-même et ne prendra pas les responsabilités lui incombant, il n'y aura pas de libération totale de la personne humaine.

Durruti
Commenter  J’apprécie          130
L'annonce de la formation de colonnes de volontaires suscite un grand enthousiasme parmi les ouvriers barcelonais. Le 24 juillet, la colonne Durruti quitte Barcelone pour l'Aragon. Arrêtée par une attaque aérienne, elle choisit pour quartier général le bourg de Bujaraloz, pendant que la CNT et la FAI constituent à Barcelone d'autres colonnes - la colonne Roja y Negra et la colonne Ascaso - et que les partis marxistes font de même. Mais ces renforts tardent à arriver sur le front. La colonne s'empare néanmoins de Los Calabazares, à 14 km de Saragosse. En deux semaines de guerre, les munitions sont épuisées sur le front d'Aragon, alors que les fascistes disposent déjà de l'appui de l'aviation italienne et allemande. Le front se stabilise.
En août, les colonnes déclenchent une vaste offensive qui se conclut par la prise de Siétamo, de Pina de Ebro et d'autres localités. A l'arrière, politiciens réformistes et staliniens - lesquels sont de plus en plus influents dans le camp républicain - sabotent l'approvisionnement en armes des colonnes de la CNT et du POUM et menacent le pouvoir des comités de quartier.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Abel Paz (40)Voir plus

Quiz Voir plus

quiz charmed

comment s'appelle la sœur qui a le pouvoir de figer

piper
phoebe
prue
paige

10 questions
35 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..