AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 972 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Ibahernando, Cáceres , 1962
Biographie :

Javier Cercas est professeur de littérature à Gérone et écrivain.

En 2001, il publie Les soldats de Salamine, "récit réel" dont le franc succès lui vaudra d'être traduit dans de nombreux pays, dont la France en 2002, et d'être adapté au cinéma par David Trueba. Le livre porte sur la guerre civile espagnole et plus particulièrement sur l'exécution manquée, le 30 Janvier 1939, d'un intellectuel fondateur de la Phalange : Rafael Sanchez Mazas.

Il est l'auteur de quatre romans, de plusieurs recueils de chroniques, et de récits. Actes Sud a publié "Les Soldats de Salamine" (2002), "A petites foulées" (2004) et "A la vitesse de la lumière" (2006).

Il remporte le prestigieux Prix Méditerranée étranger en 2014 pour son cinquième roman, "Les lois de la frontière" ainsi que le prix du Livre européen - catégorie fiction.

Son œuvre est traduite dans plus de vingt langues.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Écrivain multi-récompensé, chroniqueur pour El País, traducteur et professeur de littérature, Javier Cercas est l?un des plus grands auteurs hispanophones de notre temps. Retour sur le parcours et l'engagement de cet intellectuel européen. Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
Podcasts (9) Voir tous

Citations et extraits (311) Voir plus Ajouter une citation
ClaireG   05 mai 2017
Les soldats de Salamine de Javier Cercas
J’ai toujours pensé que ce type avait du talent, en plus d’être un sacré menteur. Mais je suppose qu’il faut être un sacré menteur pour être un bon romancier, n’est-ce pas ?



pp. 194-95

Commenter  J’apprécie          411
carre   04 juillet 2012
A la vitesse de la lumière de Javier Cercas
Ce n’est pas le succès qui fait de nous un crétin ou un fils de pute. Mais il peut faire sortir le fils de pute ou le crétin qu’on porte en soi.
Commenter  J’apprécie          400
Bookycooky   03 septembre 2018
Le monarque des ombres de Javier Cercas
Nous décidâmes de prendre un café pour tuer le temps et, tout en descendant la rue de Las Cruces et en traversant le Pozo Castro, nous parlâmes d’Eladio et de la maison de ma mère ; David dit qu’à ma place, il garderait la maison.

—Bien sûr, moi aussi, si j’étais Stephen King, répondis-je.

—Arrête, putain, répliqua-t-il. Si tu étais Stephen King, tu pourrais garder tout le village.
Commenter  J’apprécie          391
Bookycooky   07 décembre 2016
Le mobile de Javier Cercas
Résigné, Álvaro atteignit son objectif avec un enthousiasme feint dans un énorme lit vieillot surmonté d’une tête de lit en bois d’où pendait un crucifix qui, en pleine euphorie adultère et suite aux secousses propres à ce genre d’activités, se décrocha de son piton et finit sa course sur la tête d’Álvaro qui préféra s’abstenir de tout commentaire et n’en rien penser.
Commenter  J’apprécie          383
Piatka   20 janvier 2017
Le point aveugle de Javier Cercas
Un livre n'existe pas par lui-même, mais uniquement dans la mesure où quelqu'un le lit ; un livre sans lecteur n'est qu'un tas de lettres mortes et c'est quand nous autres lecteurs l'ouvrons et commençons à le lire qu'une magie perpétuelle s'opère et que la lettre ressuscite, dotée d'une vie nouvelle. Nouvelle et, bien entendu, à chaque fois différente. Un livre n'est, en somme, qu'une partition que chacun interprète à sa manière. (..)

En définitive, c'est le lecteur, et pas seulement l'écrivain, qui crée le livre.
Commenter  J’apprécie          361
Piatka   07 février 2017
Le point aveugle de Javier Cercas
C’est un mensonge, je le répète, que de prétendre que les romans servent seulement à passer un moment, à tuer le temps ; au contraire : ils servent à faire vivre le temps, pour le rendre plus intense et moins trivial. Mais surtout, ils servent à changer la perception du monde ; c’est-à-dire qu‘ils servent à changer le monde.
Commenter  J’apprécie          353
le_Bison   02 novembre 2016
A la vitesse de la lumière de Javier Cercas
- Tu as lu Hemingway ?



J’avais à peine lu Hemingway ou je l’avais lu n’importe comment, et l’idée que j’avais de l’écrivain américain se résumait en un lamentable cliché dont le protagoniste était un vieux au bout du rouleau, dévergondé et alcoolique, ami de danseuses de flamenco et de toreros, qui véhiculait dans ses œuvres démodées une image d’Epinal de l’Espagne constituée de stéréotypes les plus rances et les plus insupportables.



- Oui, ai-je répondu, soulagé par cette lueur de conversation littéraire et comme je devais voir là une autre magnifique occasion d’annoncer clairement à mes collègues de faculté mon inébranlable vocation cosmopolite – que j’avais déjà affichée par mon commentaire homophobe sur le cinéma d’Almodovar – j’ai ajouté : Pour moi franchement, c’est de la merde.
Commenter  J’apprécie          322
Bookycooky   11 octobre 2015
L'Imposteur de Javier Cercas
La mémoire et l'histoire sont en principe,opposées:la mémoire est individuelle,partielle et subjective; l'histoire en revanche,est collective et elle aspire à être totale et objective.La mémoire et l'histoire sont aussi complémentaires:l'histoire donne un sens à la mémoire; la mémoire est un instrument,un ingrédient ,une partie de l'histoire.Mais la mémoire n'est pas l'histoire.p.263
Commenter  J’apprécie          310
Bookycooky   05 septembre 2018
Le monarque des ombres de Javier Cercas
Ma mère dit ensuite qu’une de mes sœurs, je ne sais plus laquelle, lui avait encore parlé de la possibilité de vendre la maison ; c’est ce qu’elle me disait de temps à autre, pour que je lui répète que, du moins tant qu’elle serait en vie, la maison ne serait pas vendue. Je le lui répétai.

-Et quand je serai morte ? demanda-t-elle.

“On la vendra”, me dis-je puis, pensant à Alejandro et à Eladio Cabrera et sa femme : “Et alors le village disparaîtra.”

Mon neveu Néstor vint à ma rescousse : il déclara ne pas comprendre pourquoi nous voudrions garder cette maison qui était à peine habitable désormais ; mon fils essaya aussi de m’aider.

-Mamie, clama-t-il, même Bill Gates ne garde pas une maison pour s’en servir quinze jours dans l’année. Ma mère lui envoya un regard étonné.

-C’est qui, celui-là ? demanda-t-elle.
Commenter  J’apprécie          300
Bookycooky   04 septembre 2018
Le monarque des ombres de Javier Cercas
....le tir l’avait atteint dans la partie postérieure des jambes et “dans la région dorso-lombo-glutéale” ; à savoir, dans le dos et le cul.
Commenter  J’apprécie          314
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Luis Sepúlveda (1949-2020)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949:

en Espagne
au Pérou
au Chili

8 questions
88 lecteurs ont répondu
Thèmes : chili , chilien , littérature , littérature hispanique , amérique du sud , hispanique , roman , romanciers , opposant politique , pinochet , dictature , exilCréer un quiz sur cet auteur
.. ..