AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.3/5 (sur 50 notes)

Nationalité : France
Biographie :

L'Académie Goncourt est un cénacle littéraire, fondé en 1900, suivant le désir formulé par Edmond de Goncourt (1822-1896) dans son testament, désir auquel il associait son frère précédemment disparu, Jules de Goncourt (1830-1870).

L'objet étant de décerner chaque année un prix pour « un ouvrage d'imagination en prose paru dans l'année », des indemnités substantielles devant également être allouées à chacun des membres de la société.

Mais le Prix Goncourt n'est pas le seul prix offert par l'académie, qui décerne en outre chaque année les Goncourt de la Poésie, de la Nouvelle, de la Biographie, de la Jeunesse et du Premier Roman.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Académie Goncourt   (32)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Le Misanthrope

Alceste
Allez, vous devriez mourir de pure honte ;
Une telle action ne saurait s’excuser,
Et tout homme d’honneur s’en doit scandaliser.
Je vous vois accabler un homme de caresses,
Et témoigner pour lui les dernières tendresses ;
De protestations, d’offres, et de serments,
Vous chargez la fureur de vos embrassements :
Et quand je vous demande après quel est cet homme,
À peine pouvez-vous dire comme il se nomme ;
Votre chaleur pour lui tombe en vous séparant,
Et vous me le traitez, à moi, d’indifférent !
Morbleu ! c’est une chose indigne, lâche, infâme,
De s’abaisser ainsi jusqu’à trahir son âme ;
Et si, par un malheur, j’en avais fait autant,
Je m’irais, de regret, pendre tout à l’instant.

Philinte
Je ne vois pas, pour moi, que le cas soit pendable ;
Et je vous supplierai d’avoir pour agréable,
Que je me fasse un peu grâce sur votre arrêt,
Et ne me pende pas pour cela, s’il vous plaît.

Alceste
Que la plaisanterie est de mauvaise grâce !

Philinte
Mais, sérieusement, que voulez-vous qu’on fasse ?

Alceste
Je veux qu’on soit sincère, et qu’en homme d’honneur
On ne lâche aucun mot qui ne parte du cœur.

Philinte
Lorsqu’un homme vous vient embrasser avec joie,
Il faut bien le payer de la même monnoie,
Répondre, comme on peut, à ses empressements,
Et rendre offre pour offre, et serments pour serments.

Alceste
Non, je ne puis souffrir cette lâche méthode
Qu’affectent la plupart de vos gens à la mode ;
Et je ne hais rien tant que les contorsions
De tous ces grands faiseurs de protestations,
Ces affables donneurs d’embrassades frivoles[10],
Ces obligeants diseurs d’inutiles paroles,
Qui de civilités avec tous font combat,
Et traitent du même air l’honnête homme et le fat.
Quel avantage a-t-on qu’un homme vous caresse,
Vous jure amitié, foi, zèle, estime, tendresse,
Et vous fasse de vous un éloge éclatant,
Lorsque au premier faquin il court en faire autant ?
Non, non, il n’est point d’âme un peu bien située
Qui veuille d’une estime ainsi prostituée ;
Et la plus glorieuse a des régals peu chers
Dès qu’on voit qu’on nous mêle avec tout l’univers :
Sur quelque préférence une estime se fonde,
Et c’est n’estimer rien qu’estimer tout le monde.
Puisque vous y donnez dans ces vices du temps,
Morbleu ! vous n’êtes pas pour être de mes gens ;
Je refuse d’un cœur la vaste complaisance
Qui ne fait de mérite aucune différence ;
Je veux qu’on me distingue ; et, pour le trancher net,
L’ami du genre humain n’est point du tout mon fait.
Commenter  J’apprécie          10
Peut-être quand nous mourrons, peut-être la mort seule nous donnera la clé et la suite et la fin de cette aventure manquée.
Commenter  J’apprécie          40
Je ne vous puis dire combien j'estime et combien j'admire votre bon et heureux tempérament. Quelle sottise que de ne point suivre les temps, et ne pas jouir avec reconnoissance des consolations que Dieu nous envoie après les afflictions qu'il veut quelquefois nous faire sentir!
La sagesse est grande, ce me semble, de souffrir la tempête avec résignation, et de jouir du calme quand il lui plait de nous le redonner: c'est suivre l'ordre de la Providence. La vie est trop courte pour s'arrêter si longtemps sur le même sentiment; il faut prendre le temps comme il vient, et je sent que je suis de cet heureux tempérament; e me ne pregio, comme disent les Italiens.
Commenter  J’apprécie          10
Les femmes sont soumises et respectueuses envers leurs maris, et il y en a bien peu qui les offenses avec d'autres hommes que ceux de leur race.
Quand elles demandent l'aumône, elles l'arrachent plutôt par des tours d'adresse ou des bouffonneries que par des dévotions, et, sous prétexte que personne n'a confiance en elles, elles ne servent pas, et restent dans la paresse. Rarement ou ou peut être jamais, si j'ai bonne mémoire, je n'ai vu de Bohémienne agenouillée à l'autel pour communier, bien que je soit souvent entré dans les églises.
Commenter  J’apprécie          10
Philosopher ce n'est autre chose que s'apprêter à la mort.
Commenter  J’apprécie          30
Et dés qu'on en aura en suffisance on s'en va. On passe par les cols. On les laisses crever où ils sont. On les laisse crever avec leurs bêtes; nous, on passe par les cols avec notre belle provision qui vaudra cher dans les villes.
Et on partage les bénéfices.... Et toi tu as une fiancée; alors avec de l'argent on eut tout. Tu lui écriras de venir.
Commenter  J’apprécie          10
Le peuplier déjà frissonne! Il tente de se mouvoir, de déplacer les pesantes couches d'air qui le gênent.
Son inquiétude gagne le hêtre, un chêne, des marronniers, et tous les arbres du jardin s'avertissent, par gestes, qu'au ciel, la calotte s'élargit, pousse en avant sa bordure nette et sombre.
Commenter  J’apprécie          10
Votre cœur a été partagé entre moi et une autre; vous m'avez trompée; cela suffit pour m'ôter le plaisir d'être aimée de vous, comme je croyais mériter de l'être, et pour me laisser dans cette résolution que j'ai prise de ne vous voir jamais et dont vous êtes si surpris.
Commenter  J’apprécie          10
Recevez le donc ce livre du Peuple, parce qu'il est vous, parce qu'il est moi.Par vos origines militaires, par la mienne, industrielle, nous représentons nous mêmes, autant que d'autres peut être, les deux faces modernes du peuple, et son récent avènement.
Commenter  J’apprécie          10
Pourquoi appeler le monde un lieu de misères puisqu'on y peut goûter de si charmantes délices
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Académie Goncourt (114)Voir plus

¤¤

{* *}