AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.05 /5 (sur 66 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Ambert , le 4 mai 1888
Mort(e) le : 23 octobre 1963
Biographie :

Antoine Sylvère dit Toinou naît le 4 mai 1888 à Ambert (Puy de Dôme) d’une famille auvergnate très pauvre. A 17 ans suite à une infraction au détriment de la poste, il s’engage deux ans dans la Légion Étrangère, revient, est acquitté de son délit. Sa soif de connaissances lui permet, avec quelques appuis, de devenir ingénieur. En 1912 il se marie avec Suzanne Rigaud fille d’une patronne d’usine « chaux et ciment » à Clermont-Ferrand. Deux enfants vont naître avant la grande tourmente : une fille Ginette (1913) et un garçon Jean (1914). Mobilisé en août 1914, il part agent de liaison et revient officier. Après la guerre, il dirige plusieurs usines dans la région de Cambrai. Ses projets de coopératives étaient trop en avance sur son temps et il démissionne. Deux autres enfants naissent : une fille : Jany et un fils : Jean Sylvestre. Une petite espagnole Rosita sera même adoptée après la terrible guerre d’Espagne qui le marque profondément. Donc en octobre 1940, Antoine Sylvère décide l’achat d’une coupe de bois pour se lancer dans l’exploitation forestière et la fabrication du charbon de bois. Avec ses employés qui sont tous des résistants il forme un groupe. Il parvient à établir la liaison avec Londres dès 1942 et va obtenir le premier parachutage dans le nord du Morvan qui paradoxalement est destiné au F.N et aux FTP de Paris.
Antoine Sylvère avait entrepris de 1936 à 1938 le récit de sa terrible jeunesse. Ce récit à la fois poignant, plein d’humour, de tendresse ne parut qu’en 1980 sous le titre de « Toinou » (éditions Plon). Œuvre profonde et puissante qui devait avoir une suite. Les circonstances de la vie n’ont pas permis à ce grand écrivain en puissance de réaliser entièrement son projet. Quel dommage ! Son dernier manuscrit, le Légionnaire Flutsch parut en 1983 (Edit Plon).
L’action résistante dans l’Yonne d’Antoine Sylvère, cet autodidacte qui fit du petit Toinou, être de faim, de misère et soufre-douleur, un ingénieur, un écrivain, un officier FTP chef du bataillon FFI du Tarn et Garonne puis un grand-père qui ira jusqu’à apprendre le latin à 63 ans pour aider sa petite fille dans ses études, s’arrêtera en avril 1943 date où, traqué, il doit quitter le département.
+ Voir plus
Source : http://www.memoiresvivantes.org
Ajouter des informations
Bibliographie de Antoine Sylvère   (2)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Gabrielle Hamelin
- Gabrielle HAMELIN, petite-fille d'Antoine SYLVERE dit "Toinou" : biographie de "Toinou", son grand-père, l'histoire tragique de ses parents et de sa soeur ; les événements de la période 1890-1910 ; sa profession de chimiste ; son éducation ; sa découverte d'Ambert en 1963, ses impressions ; les réactions des habitants d'Ambert à la lecture du livre "Toinou" ; son enfance malheureuse dans...

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Sylviemesjeudis   13 septembre 2015
Toinou : Le cri d'un enfant auvergnat de Antoine Sylvère
Cette éducation nous préparait heureusement à la vie de bête de somme que menaient nos parents. Elle nous accoutumait à supporter sans plaintes, sinon sans douleur, les injustices qui seraient notre lot ; à les supporter, surtout, sans révolte, car c'est bien là, de toutes les manières de se plaindre, la plus détestable.

L'école des Frères fournissait ainsi à la bourgeoisie locale une ample provision d'adolescents préparés à leur futur rôle d'ouvriers et de métayers sans exigences, silencieux, soumis, craintifs. Les coups, administrés à tout propos et hors de propos, imposaient à l'enfant une sorte de fatalisme sombre qui, joint à tout un système d'humiliations dégradantes, en faisaient peu à peu un être veule et lâche.

Commenter  J’apprécie          120
HORUSFONCK   10 mai 2019
Le legionnaire flutsch de Antoine Sylvère
- Soit. Tu n'est pas ici dans un bureau de police mais dans un bureau de recrutement. quelle est ta nationalité? Je te préviens: si tu est français je ne pourrai pas t'engager; Si tu est étranger, je te crois. Tu me donnes ton âge et ton nom. As-tu compris ou faut-il que je répète?
Commenter  J’apprécie          100
Epictete   01 janvier 2014
Toinou : Le cri d'un enfant auvergnat de Antoine Sylvère
Mon père, victime résignée de ma croissance intellectuelle, perdit son poste de lecteur exclusif, grâce auquel il avait pu exercer quelques menus chantages. Auparavant, quand il y avait malaise dans la maison, ma mère devenait conciliante le dimanche matin et accordait ce qu'on voulait pourvu que la lecture dominicale n'en fût pas trop longtemps différée. Dès que je sus lire, ces avantages disparurent et l'épouse ne vit plus la nécessité d'être coulante le jour du feuilleton.

Commenter  J’apprécie          90
Pixie-Flore   19 juillet 2016
Toinou : Le cri d'un enfant auvergnat de Antoine Sylvère
Ce qui me causait du souci, c'étaient les controverses avec le Pantomin sur l'existence de Dieu. J'y croyais, moi, mais je ne savais que répondre à mon héros quand il s'enflammait:

- Moi, mon garçon, je crois que s'y en avait un, y s'ferait voir, ou alors c'est qu'y s'en fout. C'que je crois, moi, c'est qu'y a des gens malins qui prennent sa place... Là où j'en vois un, moi, de miracle, c'est que le curé et les vicaires puissent s'engraisser sans rien foutre. Y mangent plus de viande en un an qu't'en mangeras en toute ta vie, toi... Alors moi, si j'y croyais, à ton Bon Dieu, je pourrais pas m'empêcher de dire que c'est un farceur de se laisser vendre par un tas de feignants.



[p197]
Commenter  J’apprécie          80
Sylviemesjeudis   13 septembre 2015
Toinou : Le cri d'un enfant auvergnat de Antoine Sylvère
À la campagne, quand une maison meurt, elle se décompose comme un cadavre abandonné au grand air. Un beau jour, ses habitants vont ailleurs, sans espoir de retour, à la manière dont la pensée quitte un corps qu'elle est fatiguée d'habiter. Très vite alors, par grands vents, les tuiles désertent les versants du toit qui se dénude et crève ; les volets tombent ; les portes cèdent. D'une saison à l'autre, les murs de pisé se dégradent et les enfants du village brisent enfin tout ce qui peut encore être brisé... Personne ne leur en tient rigueur, car nul ne s'intéresse plus à ce bien sans maître, sinon pour en achever la perte.

Les débris subsistent et les hommes vieillissent tandis qu'apparaissent les générations nouvelles qui tourneront parfois les yeux vers la maison morte ; regards pleins de craintives pensées devant ces fenêtres creuses au travers desquelles on aperçoit un pan de ciel.

Commenter  J’apprécie          70
Pixie-Flore   20 juillet 2016
Toinou : Le cri d'un enfant auvergnat de Antoine Sylvère
"Je n'ai pas l'intention d'écrire une oeuvre littéraire, mais simplement de rendre compte. Ceci doit avoir une valeur... expérimentale, dépourvue de toute "littérature". L'élément capital de mon récit est constitué par des hommes. Parlons des hommes."

Ainsi s'exprime, quelques jours avant sa mort, Antoine Sylvère. L'épuisement physique ne lui permettant plus d'écrire, il s'enregistre sur bande magnétique, une dernière fois. Cette voix qui ne veut pas se taire est celle d'un témoin lucide et révolté de cet âge de fer que d'aucuns osent encore nommer "la belle époque".



[p337]
Commenter  J’apprécie          60
Pixie-Flore   17 juillet 2016
Toinou : Le cri d'un enfant auvergnat de Antoine Sylvère
J'en déduisis que, si mes pleurs ne servaient à rien, je n'avais aucun moyen d'obtenir justice. Enfin, puisque ma mère s'entêtait à ne pas vouloir me consoler, je pris mon parti de me tirer d'affaire par mes propres moyens, de me consoler tout seul et je me formai l'opinion que les grandes personnes sont des utilités, intervenant quand il leur plaît, sans qu'on puisse les contraindre si elles se dérobent à leurs devoirs.



[p6]
Commenter  J’apprécie          50
Duluoz   13 juin 2014
Toinou : Le cri d'un enfant auvergnat de Antoine Sylvère
Mais quand je t'entends t'approprier quelques phrases qui n'ont souvent d'autres valeurs que d'avoir été imprimées, tu me dégoûtes et je me sent perdre tout intérêts pour toi.
Commenter  J’apprécie          50
Pixie-Flore   19 juillet 2016
Toinou : Le cri d'un enfant auvergnat de Antoine Sylvère
La misère du pays d'Ambert n'avait rien à envier à celle des pays les plus déshérités, mais il était malséant d'en parler dans les livres et les journaux français. La France et sa vie sociale était entre les mains d'une bourgeoisie éclairée, consciente de ses devoirs et, partant, disposée à prendre en considération l'extrême misère, mais non à en permettre la dénonciation dans le pays même dont elle se voulait responsable.



[p99]
Commenter  J’apprécie          30
Pixie-Flore   19 juillet 2016
Toinou : Le cri d'un enfant auvergnat de Antoine Sylvère
La loi de 1898, sur le risque professionnel et la responsabilité patronale en cas d'accident du travail, venait d'être promulguée. Mais, ô dérision, le monde ouvrier la trouvait injuste et s'affligeait des abus qui allaient en résulter. On eût dit qu'il y avait dans la région une multitude de travailleurs dans l'attente de cette loi pour se laisser choir du haut d'une toiture et se casser les reins, à seule fin d'avoir ensuite le plaisir de vivre à tout jamais sans travailler tout en percevant une part de salaire non gagnée.



[p282]
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quiz n°1 Divergente - Tome 1

Quel est le vrai prénom de Tris ?

Beatrice
Alice
Christina
Molly

10 questions
438 lecteurs ont répondu
Thème : Divergente, tome 1 de Veronica RothCréer un quiz sur cet auteur