AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.87 /5 (sur 7186 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Washington D.C. , le 13/05/1944
Biographie :

Armistead Maupin est un écrivain américain, rendu célèbre par le feuilleton qu'il écrivit pour le journal The San Francisco Chronicle, publié sous la forme de romans sous le titre des Chroniques de San Francisco.

Ses parents sont Diana Jane (née Barton) et Armistead Jones Maupin - "Armistead" et "Maupin" étant deux noms de famille, selon une tradition du Sud des États-Unis. Peu après sa naissance en 1944, sa famille s'installe à Raleigh en Caroline du Nord où il vit ses premières années.

Vers ses 10 ans il découvre son aptitude à raconter des histoires en public, qui compense ses faiblesses en sport.

Il fait ses études à l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, où il débute dans le journalisme avec le journal indépendant des étudiants de l'université The Daily Tar Heel (en). Après son diplôme en 1966, il s'inscrit pour des études de droit mais les abandonne un peu plus tard. Il s'engage dans la marine et est affecté en Méditerranée et au Viêt Nam dont plusieurs mois sur la frontière cambodgienne.

En 1971, il emménage à San Francisco, en Californie. Cinq ans plus tard, il livre dans le quotidien The San Francisco Chronicle les épisodes de la vie d'habitants de la ville. Ils sont caractérisés par le souci de vivre libre leurs passions, leurs amours, leurs sexualités. Les Chroniques de San Francisco sont un succès et sont publiés en romans. Une série télévisée a aussi vu le jour.

Maupin a publié d'autres romans, notamment Maybe the Moon et Une voix dans la nuit. Maybe The Moon se présente sous la forme d'un journal intime, celui d'une actrice de petite taille à Hollywood. Son destin tragique et la façon dont elle décrit le « show business » en font un roman poignant. L'actrice qui a inspiré ce roman est celle qui a joué quelques scènes de E.T. l'extra-terrestre et Maupin en profite pour décrire ce qu'il estime être l'attitude déplorable du réalisateur de ce film envers l'actrice de petite taille.
+ Voir plus
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Armistead_Maupin
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
"The day I met Armistead Maupin", extract from "A Marvellous Party"
Podcasts (1)

Citations et extraits (228) Voir plus Ajouter une citation
viou1108   04 janvier 2013
Chroniques de San Francisco, tome 3 : Autres chroniques de San Francisco de Armistead Maupin
Quand on est veuf, docteur, la chose qui fait le plus souffrir, c'est d'avoir perdu l'ami qui pouvait contempler une montagne avec vous et savoir ce que vous pensiez...L'ami qui partageait vos silences. Il faut longtemps pour en arriver à cela... et c'est pénible de devoir y renoncer.
Commenter  J’apprécie          410
missmolko1   31 mai 2012
Chroniques de San Francisco, Tome 7 : Michael Tolliver est vivant de Armistead Maupin
[...] Allez savoir pourquoi Internet a persuadé la moitié de la population mondiale de se foutre à poil pour la plus grande joie de l'autre moitié.
Commenter  J’apprécie          380
Sachenka   20 mai 2015
Chroniques de San Francisco, tome 3 : Autres chroniques de San Francisco de Armistead Maupin
- [...] Je me suis assez cassé le cul à essayer d'être tout pour quelqu'un. Et au bout du compte, j'ai décidé d'être ce que je suis pour chacun.
Commenter  J’apprécie          370
piwijs   15 juin 2008
Chroniques de San Francisco, tome 1 de Armistead Maupin
Page 130

"Il y a de meilleurs moyens que le sexe pour créer des liens profonds. Et durables. Quand j'étais… petite, ma mère m'a dit un jour que si un couple marié mettait un centime dans un pot chaque fois qu'ils faisaient l'amour la première année, et puis retirait un centime pour chaque fois après ça, ils ne parviendraient jamais à épuise tous les centimes amassés."
Commenter  J’apprécie          360
Under_the_Moon   07 août 2015
Chroniques de San Francisco, tome 1 de Armistead Maupin
- Pardon. Il y a seulement que j'en ai par-dessus la tête des "Nous" ! avoua-t-il.

- Des quoi ?

- Des "Nous". Les gens qui ne disent jamais "je". Ils disent : "Nous allons à Hawaï pour Noël" ou bien : "Nous emmenons le chien se faire vacciner. " Ils se complaisent dans la première personne du pluriel parce qu'ils se rappellent très bien à quel point c'était chiant d'être une première personne du singulier.
Commenter  J’apprécie          320
Under_the_Moon   05 août 2015
Chroniques de San Francisco, tome 1 de Armistead Maupin
Qui a dit qu'on n'avait pas de saisons en Californie ? À cette période-ci, les putes quittent leurs nids de Rio Nido pour émigrer à Marysville. Moi, j'appelle ça un signe avant-coureur de l'automne : qu'est-ce que tu en dis ?
Commenter  J’apprécie          320
jadzia   10 août 2012
Chroniques de San Francisco, tome 1 de Armistead Maupin
- [...] Tu viens habiter ici jusqu'à ce que tu trouves un autre studio... ou un autre joueur d'harmonica. On verra ce qui te tombera dessus en premier.

- Ça ne marchera jamais.

- Et pourquoi ça ?

- Tu fais de la méditation transcendantale et moi de l’auto-affirmation new age. Ça ne marchera jamais.

Commenter  J’apprécie          310
garrytopper9   14 mars 2014
Chroniques de San Francisco, tome 1 de Armistead Maupin
Il pendait tout doucement du plafond en se balançant, la nuque enserré par un hideux enchevêtrement de corde, de coquillages et de plumes. Le macramé de Laurel avait fini par servir à quelque chose.
Commenter  J’apprécie          300
manU17   02 août 2012
Chroniques de San Francisco, Tome 8 : Mary Ann en automne de Armistead Maupin


"Tu me connais. Personnellement, un yaourt et un demi-sandwich, ça me va très bien.

- C'est pour ça que tu es encore si mince et si jolie."

C'était une remarque tellement adorable qu'elle ne put retenir ses larmes.

"Excuse-moi, bredouilla-t-elle en s'essuyant les yeux. Je te promets que ce ne sera pas comme ça.

- Oh, arrête !

- Quoi ?

- Evidemment que ça va être comme ça. On est en train de dire adieu à ton utérus. Il nous faudra bien verser quelques larmes si on veut faire ça décemment."

Commenter  J’apprécie          260
Under_the_Moon   06 août 2015
Chroniques de San Francisco, tome 1 de Armistead Maupin
Les choses les plus anciennes sont parfois les meilleures.
Commenter  J’apprécie          280
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Mon oncle d'Amérique

C'est paradoxal, mon oncle est un chasseur solitaire ...

Francis Scott Fitzgerald
Carson Mc Cullers

13 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature américaine , roman , culture littéraire , écrivain , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur
.. ..