AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.41/5 (sur 73 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Marbeuf , le 9 février 1863
Mort(e) à : Paris , le 9 déc. 1934
Biographie :

Arnould Galopin, né à Marbeuf en Normandie le 9 février 1863 et mort à Paris le 9 décembre 1934, est un écrivain français, officier de la Légion d'honneur, auteur d'ouvrages pour la jeunesse, de romans de science-fiction et de romans policiers.
Auteur prolifique ayant plus de cinquante romans à son actif, il obtient en 1918 le grand prix de l'Académie française pour "Sur le front de mer", un roman sur la marine marchande pendant la Première Guerre mondiale, acclamé par la critique. Il a écrit aussi plusieurs romans à succès sur ses expériences de guerre.
Galopin est également l'auteur de romans de science-fiction dans le style de H.G. Wells et de Jules Verne, parmi lesquels "Le Docteur Omega" (1906), "La Révolution de demain" (1909) et "Le Bacille" (1928), une histoire étrangement prophétique sur un scientifique fou qui utilise la guerre biologique pour se venger.
Il a écrit aussi de nombreux romans destinés aux grands adolescents, tels que "Le Tour du monde de deux gosses" (1908) et "Un aviateur de 15 ans" (1926). "Un Poilu de douze ans", "Le chasseur de fauves", récit d'aventures exotiques, et aussi "Le petit détective", aventures policières en région parisienne.
Enfin, Galopin a créé Ténébras, le bandit fantôme, rival de Fantômas et de l'inspecteur Allan Dickson, l'un des prototypes du détective Harry Dickson, le héros mythique de Jean Ray. Galopin a fait de Dickson le co-équipier de Sherlock Holmes dans "L'Homme au complet gris" (1912), un des premiers pastiches de Sherlock Holmes en français.
En tant que poète, il a écrit un petit nombre de poésies en normand. Il a contribué avec une étude Le patois normand au Livre du Millénaire de la Normandie (1911) qu'il avait co-rédigé.
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Arnould Galopin   (22)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
[...]il faut rendre cette justice aux Hollandais, qu'ils s'entendent admirablement à l'œuvre de colonisation. Ce petit peuple a pu conquérir et administrer victorieusement des régions vingt fois plus grandes que son propre territoire.
-Ils sont, en effet, d'excellents colonisateurs. Ils ont eu la sagesse de laisser aux races conquises le côté extérieur et brillant de leur indépendance. "Ainsi les rois indigènes de Java ont conservé le droit d'entretenir des armées permanentes. Oh ! ces armées ne constituent pas un bien grand danger pour les conquérants. Elles ignorent l'usage du fusil moderne et de la mitrailleuse. Elles conservent les armes moyenâgeuses de leurs ancêtres.
Page 1332
Commenter  J’apprécie          150
Plus d'une fois, des casoars ont forcé des naturalistes à se réfugier dans des arbres. L'ongle acéré de leur orteil inférieur est en effet une arme redoutable, qui vaut la griffe tranchante du kangourou et qui est capable de faire tout autant de mal.
Commenter  J’apprécie          150
On avait enlevé le cadavre, sur l'ordre même d'Herlokolms ; une simple barrière de bois protégeait cet endroit afin que les curieux ne vinssent point fouler la place, au cas où de nouvelles recherches eussent été nécessaires.
L'agent qui se tenait près de cette clôture nous salua avec respect, et fit même cette remarque philosophique :
-Des gens comme ça, monsieur Herlokolms, il vaudrait mieux leur tordre le cou quand ils viennent au monde.
Je n'étais pas tout à fait de l'avis du brave policeman.
Sans les assassins, que feraient les détectives ?


P 86.
Commenter  J’apprécie          130
Comme tout Anglais de race, je suis méthodique, car j'estime qu'avec de la méthode on arrive a une précision de mémoire extraordinaire.

Et il faut de la mémoire pour exercer l'art si complexe du détective, - je dis "détective" et non pas policier.

D'abord, je suis gentleman, fils de gentleman. Mon père, Arthur Edgar Dickson, était un des farmers les plus honorablement connus de l'Ouest Australien.

Le policier, lui n'est jamais un gentleman et c'est presque toujours un mauvais détective, car il manque précisément de ce qui fait notre force à nous : la méthode.
Commenter  J’apprécie          110
Il y a de ces misères physiologiques qui surexcitent les nerfs et qui, après avoir donné le frisson, finissent par horripiler. Elles deviennent une obsession et, à leur vue, au lieu d’une exclamation de pitié, c’est un cri de fureur qui s’échappe, car le moderne altruisme s’accommode mal de certaines complications et n’entend pas être soumis à trop rude épreuve. Il est entendu que chacun aime son prochain, est quelquefois disposé à le secourir et à le consoler, à condition toutefois que ce prochain ne force pas les cœurs à des dévouements trop héroïques.
Commenter  J’apprécie          50
Devant nous s’étendait une plaine d’azur, bordée dans le lointain par des roches qui semblaient formées de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel…
Ah ! qu’un peintre impressionniste se fût extasié devant ces champs mauves, ces rochers bleus, verts ou jaunes !
Mais nous qui n’étions point des peintres et encore moins des impressionnistes, nous demeurâmes tout simplement ébahis !

Le docteur Oméga - Arnould Galopin - 1906
Commenter  J’apprécie          50
Il était laid, atrocement laid, d’une laideur qui dépassait tout ce que l’on peut imaginer, non point que sa figure fût ravagée par quelque lupus, labourée par un chancre répugnant ou couturée de plaies immondes… Elle n’avait subi aucune déformation, nul accident n’en avait bouleversé les lignes, mais ce qui la rendait ignoble, monstrueuse, c’était sa seule couleur…
Commenter  J’apprécie          50
Il arrive qu’une vengeance porte parfois à faux et qu’elle atteigne des innocents.
Commenter  J’apprécie          60
Il ne tarda pas à en être amoureux fou et, de peur qu’on ne la lui prît, il l’épousa. Pauvre naïf qui s’imaginait qu’il suffit d’un « oui » pour enchaîner un cœur de femme !
Commenter  J’apprécie          50
Rien n’était impressionnant comme cette face, qui semblait celle d’un cadavre en décomposition et qui était cependant éclairée par deux yeux jaunes où se lisait la douleur de vivre encore et l’exaspération de ne plus compter parmi les vivants… La plume d’un Edgar Poe pourrait seule rendre une telle vision d’épouvante… Cela donnait le frisson et fascinait tout à la fois.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Arnould Galopin (68)Voir plus

Quiz Voir plus

Les enfants de le résistance 1.Premières actions

En 1916, à Verdun, le père de François a perdu...

un doigt
une jambe
un bras
une oreille

6 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Les enfants de la Résistance, tome 1 : Premières actions de Vincent DugomierCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}