AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.91 /5 (sur 27 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

CD Reiss est un auteur best-seller du New York Times et un lauréat du prix Audie. Elle écrit des livres sur la romance, l'érotisme et le thriller psychologique. Elle vit actuellement à Los Angeles avec sa famille, mais elle adore voyager et vivre à l'étranger.


Source : amazon
Ajouter des informations
Bibliographie de C.D. Reiss   (6)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Analire   22 septembre 2016
Supplie, séduis, obéis de C.D. Reiss
- J'ai tellement envie de toi que ça me surprend moi-même, reprit-il.
Commenter  J’apprécie          50
Ninie067   11 avril 2017
Songs of Submission, tome 3 : Chante, accomplis, triomphe de C.D. Reiss
Parfois, j’avais l’impression que ce n’était pas d’un homme que j’étais amoureuse. Quand les relations étaient tendues entre nous, quand nous nous disputions, quand nous faisions l’amour, quand j’étais absente trop longtemps, ou à la maison depuis des semaines, ou même quand il m’embrassait dans le patio, je cessais quelquefois de le voir comme un homme. Comme un être humain. J’avais l’impression d’avoir épousé une bombe à retardement. Je pensai même, un jour que mon avion décollait d’une petite ville paumée, qu’à cause de ça il était plus humain qu’à l’époque où il était un homme normal, avec un cœur normal. Plus humain à cause de sa mortalité, de sa vulnérabilité, de son absence de contrôle. Les épouses prennent soin de leur mari quand il revient de guerre. Les maris sont là pour leur épouse quand la maladie abîme leur corps ou leur esprit. On a tous lu des histoires sur la force et le courage, sur le fait de se battre pour l’autre. Mais personne ne parle des concessions et des sacrifices. Quand on fait le deuil d’un mari qui n’existe plus, on ne le clame pas sur les toits. On fait bonne figure, on prétend que tout va bien, et on n’avoue à personne que l’homme qu’on a épousé nous manque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Analire   21 septembre 2016
Supplie, séduis, obéis de C.D. Reiss
Jonathan conduisait d'une main et, en regardant ses doigts bouger et glisser en bas du volant, son poignet solide, j'imaginai cette main sur moi. J'enfonçai mes ongles dans le siège en cuir, m'efforçant de penser à autre chose, n'importe quoi, mais le cuir lui-même semblait caresser l'arrière de mes cuisses de façon suggestive.
Commenter  J’apprécie          30
Analire   24 septembre 2016
Supplie, séduis, obéis de C.D. Reiss
Nos mots tressés sous les arbres menthe à l'eau

Plafond ouvert sur le ciel

Tu me veux toute à toi

Charme fatal et mots qui brillent

Moi je n'ai qu'une poignée d'étoiles

Accrochées à une vague qui m'emporte
Commenter  J’apprécie          30
Ninie067   22 juillet 2016
Supplie, séduis, obéis de C.D. Reiss
Drazen était le patron de mon patron. C’était le propriétaire de l’hôtel, mais nos chemins ne se croisaient jamais. Apparemment, il voyageait beaucoup, et il passait très peu de temps sur le toit quand il était en ville. Je ne l’avais donc jamais rencontré. Ce rebondissement dans la soirée m’ennuyait plus qu’autre chose. Je venais de recevoir l’ovation de ma vie dans un club très sympa, et je savourais encore la chaleur de ce succès. Je n’avais pas besoin de faire mes preuves une fois de plus – des preuves de quoi, d’ailleurs ? En dehors de ma musique, je me fichais de tout.

Le bar était comble : bobos overbookés, gros bonnets de Hollywood et autres parasites du même acabit. La piscine formait un grand rectangle au centre de la terrasse, cernée de fauteuils rouges. Sur le côté se trouvait un espace cocktail doté de tables et de chaises. De petites tentes équipées de canapés étaient disposées sur le pourtour du toit et, quand les rideaux étaient fermés, il fallait qu’ils le restent – sauf si on repérait quelqu’un qui semblait avoir investi les lieux sans payer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Ninie067   14 septembre 2016
Contrôle, brule, résiste de C.D. Reiss
Un bras posé sur l’accoudoir, il se frotta les yeux. Je sentais bouillonner en moi une colère que seul refroidissait le souvenir de ce que sa femme lui avait fait. Jonathan avait besoin d’être rassuré, pas agressé. Même s’il ne m’aimait pas et ne pouvait pas m’aimer, il était immature de ma part de penser qu’il était dénué de sentiments et de traumatismes.



— Je te fais confiance, dit-il. Mais pas à lui.



Je me penchai en avant et, d’une voix plus douce, lui dis :



— Ça pourrait être un gros coup pour moi. Kevin est reconnu…



— Je ne veux pas entendre ce nom.



— Alors comment sommes-nous censés parler de ça ? Je veux dire, tu me fais confiance, mais pas à lui. Tu crois qu’il va me violer ?



Je croisai les jambes, et il me regarda en silence pendant un long moment. J’aurais pu parier deux semaines de pourboires qu’il hésitait à me dire quelque chose ou à me faire une quelconque révélation, mais à la place, il détourna les yeux et tapota sur son carnet.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   30 janvier 2017
Songs of Submission, tome 3 : Chante, accomplis, triomphe de C.D. Reiss
Il était pâle comme un mort, et son corps sous les draps paraissait étrangement mince. Son visage était sans expression, presque sans vie. Ses yeux avaient du mal à faire le point, et il ne parvenait pas toujours à les garder ouverts. Ce n’était pas Jonathan. C’était quelqu’un d’autre – un homme affaibli, privé du pouvoir de me tirer par les cheveux en me baisant par-derrière. Quelqu’un qui n’aurait pas pu me faire l’amour si lentement, de façon si contrôlée que je sentais chaque seconde de mon orgasme. Ce n’était pas l’homme dont j’avais crié le nom dans la nuit, à qui j’avais confié les rênes de mon corps, à qui je m’étais entièrement soumise. C’était quelqu’un d’autre – et pourtant, je l’aimais.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   30 janvier 2017
Songs of Submission, tome 3 : Chante, accomplis, triomphe de C.D. Reiss
— Pas s’ils récupèrent la maison.

— Elle ne vaut pas sept cent cinquante mille dollars.

— Les experts ont dit que si, donc elle les vaut. Ce sont eux qui décident ce que valent les choses. Les gens comme nous, on n’est rien du tout. Notre opinion ne compte pas. Et tu es d’accord. Au fond de toi, tu le sais. Tu penses que la maison ne vaut rien parce que tu l’aimes. N’empêche, combien tu paierais pour l’avoir, hein ? Combien pour les arbres de ton père ? Combien pour la terrasse où on s’asseyait, lui et moi, pendant que tu dormais ?
Commenter  J’apprécie          00
Peyton   28 mars 2018
Supplie, séduis, obéis de C.D. Reiss
Je laissai retomber la robe

Il s'avança d'un pas pour caresser la ligne de mes épaules

-Je ne veux pas jouer. Je préfère ne rien te dire parce que c'est mieux comme ça. Mais je vais t'avouer quelque chose. J'ai passé ces trois derniers jours à penser a toi, à quel point je te désire, et j'ai par comprendre que j'étais libre pour toi.

Il m'embrassa, un baiser langoureux et chaud, lèvres et langue, et je me laissai aller contre lui.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   30 janvier 2017
Songs of Submission, tome 3 : Chante, accomplis, triomphe de C.D. Reiss
Parler me coûtait des efforts démesurés, mais j’étais trop heureux de discuter avec quelqu’un qui ne portait pas une blouse et ne manipulait pas une seringue...
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

la mythologie grec

Un centaure c'est :

un demi humain demi cheval
comme un cyclope
un extratereste
un humain

6 questions
830 lecteurs ont répondu
Thèmes : mythologie grecqueCréer un quiz sur cet auteur