AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.33/5 (sur 1458 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Carine Pitocchi est cadre dans une grande entreprise de services.

Elle a longtemps rédigé des articles pour des associations et des partis politiques avant de se lancer dans l’écriture de romans.

Elle habite dans la région de Nice.

Source : emoi.editions-jclattes.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Carine Pitocchi   (9)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (128) Voir plus Ajouter une citation
Merci pour toutes les femmes tombées sous les coups de leur mari ! Vous êtes un exemple pour les hommes de ce pays !
- Des folles, je vous dis, grinça Atlea à côté de lui.
Will pila au milieu de la foule.
- Êtes-vous certain de vouloir assurer ma défense, maître Atlea ?
...
Pour ce qui est du droit des femmes, rien ne vous empêche d'en faire votre combat une fois libéré. Si vous avez du temps à perdre.
Commenter  J’apprécie          170
La petite chatte lui lécha la figure de sa langue rapeuse.
- Il se passe des choses terribles, ici, Clemie, tu sais ?
La boule de poil s'arrêta de réclamer de l'affection pour se concentrer sur l'humaine, ses petits yeux en amande jaunes arrondis. Elle cligna lentement une fois. Ce genre de clignement calmait les humains, normalement. Le bruit de la porte d'entrée stoppa Clemie dans sa tentative d'apaisement : son garçon était de retour.
Commenter  J’apprécie          150
Winston [le bouledogue ] décocha un regard désolé à la fille qui ne sentait plus la peur. Si seulement elle savait à quel point il comprenait plus que tout. La pauvre serait choquée. Les humains n'avait aucun odorat; lui si. Il pouvait sentir toutes ces phéromones printanières qui émanaient d'elle et de son maître quand ils étaient dans la même pièce. S'ils se reniflaient le popotin un peu plus souvent, ils en apprendraient, des choses.
Commenter  J’apprécie          140
La nouvelle était tombée tel un couperet sur la société britannique. Edith Cavell avait été exécutée.
Personne n'arrivait à croire qu'une telle ignominie fût possible. La mort de l'infirmière ancrait ainsi de manière définitive la haine à l'égard des Allemands. Même les États-Unis , pourtant toujours neutres, avaient condamné ce simulacre de justice. Aucune chance n'avait été laissée à Miss Cavell.
Commenter  J’apprécie          140
- Si seulement ils pouvaient trouver un nouvel os à ronger, pensa tout haut Lawrie.
- Je compte sur la famille royale, répliqua sérieusement Jo.
Commenter  J’apprécie          150
Elle estima l'âge de ce Sloane. Autour des trente ans, trente-deux, trente-trois peut-être. Il lui faisait penser à l'acteur dans l'affreux film dont elle avait oublié le nom, où l'épouse du policier mourrait à la fin, tuée par un odieux malade s'obstinant à régler leur compte à des gens selon les sept péchés capitaux. Elle frissonna.
Commenter  J’apprécie          130
Charles avaient fait installer l’électricité au domaine quelques mois plus tôt, mais elle s’était rendu compte, quand celles-ci avaient disparu, qu’elle regrettait leurs bonnes vieilles lampes à huile. Au moins avec elles, on ne dormait jamais dans l’obscurité totale. Avec l’électricité, la petite flamme sécurisante s’était envolée.
Commenter  J’apprécie          110
Elle s'éloigna mais de manière à entendre tout de même ce qui se disait. Une habitude héritée de Gladys, qui considérait que laisser une petite oreille traîner ne pouvait pas faire de mal – un sage conseil qui, s'il avait été appliqué à Londres , aurait évité à Jo d'être cocue pendant neuf mois...
Commenter  J’apprécie          100
Jo-Ann, lunettes de soleil sur le nez et casquette sur le crâne, déposa sur le tapis ses courses sans répondre. Totalement à côté de la plaque en plein mois de novembre, mais c'était ce qu'elle avait trouvé de mieux pour passer inaperçue, puisque son visage, celui de connard et celui de traînée s'étalaient dans tous les tabloïds du pays depuis une semaine. Si seulement Meghan et Harry pouvaient sortir une bombe dont ils avaient le secret... jamais présents quand on en avait besoin, ces deux-là !
Commenter  J’apprécie          90
Aucune ville au monde n'était plus belle que la capitale anglaise à Noël.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Carine Pitocchi (1213)Voir plus

Quiz Voir plus

Le mystère Henri Pick

Qui a fondé la bibliothèque des refusés à Crozon, en Bretagne ?

Jean-Jacques Gourvec
Jean-Luc Gourvec
Jean-Marie Gourvec
Jean-Paul Gourvec
Jean-Pierre Gourvec

16 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : Le mystère Henri Pick de David FoenkinosCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..