AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.08 /5 (sur 50 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1947
Biographie :

Chantal Delsol est une philosophe française.

Fille du biologiste Michel Delsol, docteur ès lettres (1982), Chantal Delsol a été l'élève de Julien Freund.

Elle est professeur à l'université de Marne-la-Vallée, où elle dirige le Centre d'études européennes, devenu Institut Hannah Arendt, qu'elle a fondé en 1993. Chantal Delsol se définit elle-même comme libérale néoconservatrice.

Elle est l'épouse de l'ancien ministre Charles Millon, et ils ont six enfants.

Elle a été élue membre de l'Académie des sciences morales et politiques le 18 juin 2007 au fauteuil de Roger Arnaldez.

Elle est l'auteur de nombreux romans et essais dont Qu'est-ce que l'homme ? (Cerf, 2008).

Ajouter des informations
Bibliographie de Chantal Delsol   (28)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Mazarine Pingeot vous présente l'ouvrage "Ainsi meurt la démocratie" de Chantal Delsol et Myriam Revault d'Allonnes aux éditions Mialet-Barrault dans la collection Disputatio. Entretien avec Pierre Coutelle. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2609543/chantal-delsol-ainsi-meurt-la-democratie Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
Chantal Delsol
Jean-Daniel   16 février 2020
Chantal Delsol
Depuis à peine une vingtaine d'années, la réception du message occidental a changé. Et cela, sur tous les continents : en Chine et chez plusieurs de ses voisins, dans une grande partie des pays musulmans, en Russie. La nouveauté est celle-ci : nous trouvons en face de nous, pour la première fois, des cultures extérieures qui s'opposent ouvertement à notre modèle, le récusent par des arguments et légitiment un autre type de société que le nôtre. Autrement dit, elles nient le caractère universel des principes que nous avons voulu apporter au monde et les considèrent éventuellement comme les attendus d'une idéologie. Cette récusation, non pas dans la lettre mais dans son ampleur, est nouvelle. Elle bouleverse la compréhension de l'universalisme dont nous pensons être les détenteurs. Elle change la donne géopolitique.
Commenter  J’apprécie          301
Chantal Delsol
DocIdoine   04 mai 2019
Chantal Delsol
Quand les journaux traitent quelqu'un de "populiste" - parce que c'est une insulte - c'est pour le disqualifier dans la course politique. Alors, on peut se demander comment cette étrangeté peut se produire; que dans une démocratie où le peuple est théoriquement le souverain, "populiste" soit une insulte. Qu'est-ce que les populistes ont en commun? Qu'est-ce qu'on leur reproche dans les médias? Eh bien, c'est qu'ils défendent l'enracinement, le droit d'habiter chez eux. Et ça, c'est ce qui va contre le projet de la mondialisation qui nous est imposé d'en haut. On est entrés dans le règne du troupeau de Platon. De grands inconnus gouvernent en bergers et les peuples ne sont plus que des moutons, des non-hommes. C'est la démocratie en train de se défaire.
Commenter  J’apprécie          260
Chantal Delsol
Jean-Daniel   17 février 2020
Chantal Delsol
L'esprit idéologique, d'une autre manière, suscite et favorise la triche. Car il défend une théorie irréalisable, et à tout moment il faut frauder pour oublier que l'idée est irréalisable. Les sociétés idéologiques sont donc d'immenses machines à tricher.
Commenter  J’apprécie          210
Mimimelie   09 juin 2017
La haine du monde : Totalitarismes et postmodernité de Chantal Delsol
Le jardinier qui travaille sous ma fenêtre est un admirateur du monde. Il n'imagine pas qu'il pourrait produire quelque plante. Il cultive. Autrement dit, il aide à croître ce qui existe sans lui. Il ne crée pas, il ne fabrique pas : il prend soin. D'où l'humilité.

...

Constamment il se sent dépassé : il n'en ressent pas de honte ni d'aigreur, mais plutôt une dignité d'appartenance.

Commenter  J’apprécie          151
Cornelio   20 novembre 2022
L'identité de l'Europe de Chantal Delsol
Ma thèse est par conséquent la suivante : l’islam, que les Européens ont longtemps négligé et laissé pousser comme une mauvaise herbe dans un champ de blé, n’est pas au cœur de la crise identitaire européenne, il n’en est qu’un symptôme. La crise est beaucoup plus profonde et endogène. C’est la crise du politique dégénéré en impolitique. C’est la crise de l’ État-nation dénationalisé. C’est la crise d’une Europe déchristianisée. C’est la crise d’un christianisme désincarné. C’est la crise d’une laïcité dévoyée. C’est la crise d’une modernité désorientée. C’est la crise d’un humanisme déshumanisé et dépouillé de toute transcendance divine. C’est la crise d’un mondialisme hédoniste et autocentré. C’est la crise d’un consumérisme consumé. C’est la crise d’une civilisation épuisée. De cette constellation de crises, l’islam n’en est que le révélateur, n’est que la partie visible, et bien visible, de l’iceberg. De toutes ces crises intrinsèques à la modernité occidentale, l’islam n’est que l’élément catalyseur.



Mezri Haddad
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Cornelio   20 novembre 2022
L'identité de l'Europe de Chantal Delsol
L’islam dont il s’agit dans ma communication n’est évidemment et malheureusement pas l’islam hautement spirituel et philosophique D’Avicenne ou d’Averroès. L’islam en question dans la problématique de la crise identitaire européenne est celui dont nous connaissons en Europe les expressions sociologiques, culturelles et politiques qui font régulièrement la une des journaux. C’est l’islam qui a juste titre, inquiète les Européens et dont les manifestations archaïques et fondamentalistes sont aux antipodes même des valeurs sur lesquelles l’Europe cherche à constituer sa propre identité.

Mezri Haddad
Commenter  J’apprécie          20
Cornelio   20 novembre 2022
L'identité de l'Europe de Chantal Delsol
La question n’est donc pas tant celle des quelques minorités dont les crispations identitaires constituent à l’évidence un obstacle à l’intégration, ou de cultures exogènes qui risquent à long terme d’altérer la civilisation occidentale dans ce qu’elle a de plus précieux et de plus universel, mais celle d’une civilisation qui, après avoir nié ses propres fondements, est devenue perméable aux influences les plus pernicieuses. En d’autres termes, le problème est celui de « la société ouverte et de ses ennemis », qu’un éminent philosophe avait déjà magistralement étudié. Lorsqu’une civilisation ou un pays refuse d’être ce qu’il est, il finira par devenir ce qu’il ne veut pas être.



Mezri Haddad
Commenter  J’apprécie          10
jmarcio   28 novembre 2021
La fin de la Chrétienté de Chantal Delsol
(p.103)

L'écologie aujourd'hui est une religion, une croyance. "Croyance" : non que le problème écologique actuel ne doive pas être considéré comme scientifiquement démontré; mais parce que ces certitudes scientifiques concernant le climat et l'écologie produisent des convictions et des certitudes irrationnelles, en réalité des croyances religieuses, nanties de toutes les manifestations de religion. Aujourd'hui l'écologie est devenue une liturgie : il est impossible d'omettre la question, d'une manière ou d'une autre, dans n'importe quel discours ou fragment de discours. C'est un catéchisme : on l'apprend aux enfants dès la Maternelle et de façon répétitive, pour leur faire acquérir les bonnes habitudes de penser et d'agir.
Commenter  J’apprécie          80
EricB   18 décembre 2015
Populisme. Les demeurés de l'Histoire de Chantal Delsol
On peut se demander pourquoi la réaction contre l'idéologie des Lumières, contre la conceptualisation émancipatrice, surgit précisément dans les milieux populaires. Il faut dire tout d'abord que cette réaction surgit, en réalité, partout, y compris chez nombre d'intellectuels dont on pourrait citer une longue liste. Mais ceux-ci se heurtent immédiatement à la force irrépressible de la pensée émancipatrice qui, à la manière d'un torrent, fustige tout ce qui la renie d'un iota, et traite d'idiots ses détracteurs. Le courage ne caractérise pas généralement les intellectuels qui ne possèdent comme patrimoine que leur réputation, et le regard porté sur eux par leurs concitoyens. Aussi, si quelques voix s'élèvent dans ce sens, elles demeurent solitaires et vite marginalisées, donc bien incapables de fonder de véritables courants de pensée, encore moins de créer des écoles de pensée. Tandis que les milieux populaires ont la verve plus facile quand il s'agit de s'indigner contre les puissants, et ne payent guère tribut à la mode de la pensée. C'est pourquoi ils craignent moins de dire ouvertement ce qu'ils ressentent, et apparaissent vite comme les seuls trublions dans un monde dominé par l'hégémonie sans faille d'une seule certitude.

Mais derrière se cache une explication plus profonde. Jamais un peuple ne se soulève au nom d'un concept. Il est trop lié à la vie et ne comprend que la vie. Il ne peut défendre des idées que si celles-ci répondent aux exigences de la quotidienneté. Les concepts ne l'intéressent pas, ni les grands récits, et c'est seulement par tromperie qu'on peut les lui faire adopter. Les idéologues de l'universel ont dû constamment, pour se rallier les peuples, avancer des arguments particuliers derrière lesquels se dissimulait leur doctrine. Staline lui-même a usé et abusé de l'argument nationaliste, et Mao en a fait autant. Dans les pays où il n'était pas au pouvoir, et où par conséquent il lui fallait convaincre, faute de pouvoir terroriser, le communisme, pour s'attirer les peuples, a toujours fait mine de défendre les exigences quotidiennes, au prix de mensonges parfois extravagants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Cornelio   06 février 2022
La fin de la Chrétienté de Chantal Delsol
Mais il y a un autre facteur décisif, qui différencie la rupture que nous vivons de celles connues auparavant et spécialement de celle de l’Antiquité tardive. Les Romains du IVe siècle chérissaient leur culture et la défendaient, comme nous en avons la preuve par les écrits de ce temps. La culture « païenne » n’allait pas s’effondrer par négligence ou désaffection de ses adeptes, mais éclipsée par les convictions chrétiennes qui envahissaient tout l’espace. Aujourd’hui, il se produit autre chose : la chute des principes chrétiens est accompagnée, et en partie causée, par une crise de conscience, une mise en cause de soi en forme de procès général. Autrement dit, l’inversion normative est menée sous l’égide de la culpabilité, ce qui la rend violente et pleine d’amertume.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

UNE question (potache) : QUI ❓❓

Lors d'un périple en Chine, j'ai découvert que cet écrivain y avait longtemps (indice) séjourné ...

joseph kessel
honoré de balzac
andré gide
alfred de musset
marcel proust
sylvain tesson
jules verne

1 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : blague , potache , écrivain , voyages , humour , jeux de mots , calembours , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur