AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.75 /5 (sur 46 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 30/12/1928
Mort(e) à : Paris , le 05/08/2017
Biographie :

Christian Dubois-Millot dit Christian Millau, est un écrivain, journaliste, grand reporter et critique gastronomique.

Il entre en 1949 au service de "Politique intérieure" du journal "Le Monde". Il œuvre dans les meilleurs journaux et revues: Arts, Opéra, La Parisienne, puis Paris-Presse où il rencontre le critique Henri Gault (1929-2000), en 1960.

En 1965, associé à Henri Gault, il publie deux livres: "Guide de la chasse" et "Guide de Paris", ce dernier se vendant à plus de 100.000 exemplaires.

Son alliance avec Henri Gault a permis en 1969 la création de la marque commerciale "Gault et Millau", prenant tout d’abord la forme d’un magazine gastronomique novateur mensuel, puis par la suite, la sortie de guides de critiques gastronomiques.

Le succès international des guides et le magazine "Gault et Millau" vaudra aux deux auteurs en 1980, la couverture du magazine américain "Time", privilège accordé depuis 1923 à 42 français seulement. Finalement, ils se séparent en 1987.

Il est aussi durant vingt-six ans l'animateur d'une émission sur Europe 1.

Christian Millau se consacre depuis 1995 à l'écriture. Il a publié plusieurs livres, dont "Au galop des hussards" (1999) qui a obtenu le Grand Prix de la biographie de l'Académie française et le prix Joseph-Kessel.
Dans la foulée, il écrit "Paris m'a dit" (2000), puis un roman, "Une campagne au soleil" (2002). En 2008, il publie enfin le livre qu'on attendait de lui: "Dictionnaire amoureux de la gastronomie" (chez Plon).

En 2011, il reçoit également le Prix du livre incorrect pour "Journal impoli".

En hommage à ses amis disparus, Millau avait créé le prix des Hussards en 2013, couronnant un roman "élégant, incisif et allergique à la pensée béton pour tous" ; il sera remis pour la première fois en mars 2014.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Christian Millau   (24)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Christian Millau- Rencontres Passerelles de Reims Management School

Podcasts (1)


Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Wendat69   30 septembre 2019
Au galop des hussards de Christian Millau
Les journaux, les revues, les radios aspirent goulûment leurs états d'âme et leur contrition, fabriquant, du même coup, une heureuse catégorie moderne de bien-pensants, dont l'espèce se reproduira avec grand succès. Je veux parler de ces intellectuels, virtuoses dans l'art de l'aveuglement, qui bâtiront une réputation d'honnêteté intellectuelle sur le socle de leurs faramineuses erreurs.
Commenter  J’apprécie          130
Wendat69   29 septembre 2019
Au galop des hussards de Christian Millau
-Quelqu'un a dit: "Cendrars ment tellement qu'on ne peut même plus croire le contraire de ce qu'il dit." C'est vrai ça?

Il me regarde fixement, ferme légèrement son œil gauche dans un tic qui lui est habituel lorsqu'il vous écoute:

-Quand je faisais du grand reportage à Paris soir, Lazareff me dit un jour: "Blaise, avoue que tu n'es jamais monté dans le Transsibérien." Je lui ai répondu: "Si c'était le cas, ça changerait quoi, puisque je vous l'ai fait prendre à tous."
Commenter  J’apprécie          120
pierre31   11 septembre 2020
Journal impoli : Un siècle au galop, 2011-1928 de Christian Millau
Avec la Révolution jacobine que cela ne troublait pas de couper les têtes mais qui, coincée de la braguette, se faisait des soucis pour la morale publique, les noms des rues pas comme il faut ont achevé de disparaître.

Pute-y-muse s'est pudiquement transformé en Petit Musc, Trotteputain en Transnonain, Tirevit en Tir-Boudin puis en Marie Stuart (!), Gratte-Cul en Dussoubs, la rue Merderet en Verduret, etc. Celle du Poilaucon est devenu Pélican. Si la rue Brisemiche, dans le Marais, a résisté au naufrage, c'est parce que l'on a feint de croire qu'elle rendait hommage à notre pain quotidien et non parce qu'il y aurait eu là plus de bordels et autre « boutiques à peschié » que de boulangeries. Quand à la rue des Vertus, dans le IIIe arrondissement, la mal-nommée a dû son salut à une plaisanterie, alors que le nombre des filles de joie au mètre carré y était impressionnant.
Commenter  J’apprécie          100
herve_bleiz   06 juin 2021
Ravi de vous avoir rencontré de Christian Millau
Après avoir exercé au lendemain de la guerre de 14-18 le métier de projectionniste ambulant jusque dans les villages les plus reculés d'Aquitaine, M. Couzinet se sentit happé par la force irrésistible d'un grand destin. Le cinéma l'appelait, il irait à lui et inscrirait son nom au firmament des étoiles. Mais auparavant, il frappera un grand coup. Pour rejoindre la lignée des nababs de Hollywood et faire bonne figure à côté des frères Warner, Josef von Sternberg ou Erich von Stroheim, il devait comme eux prendre un pseudonyme.

Son nom était Robert Couzinet.

Désormais, il s'appellerait Emile Couzinet.

Cela donne une idée de la dimension du personnage.
Commenter  J’apprécie          40
Wendat69   30 septembre 2019
Au galop des hussards de Christian Millau
-Blaise, je n'ai jamais pensé à vous le demander, mais pourquoi Blaise et pourquoi Cendrars quand, à l'origine, on s'appelle Frédéric Sauser?

En lui posant cette question, j'ignorais que c'était la dernière fois que je le voyais vivant. J'avais reçu une carte de lui et remarqué que son écriture était devenue comme vacillante. L'origine de son nom de plume m'avait traversé l'esprit, d'où mon interrogation. Il me répondit:

-Blaise...Braise...Cendrars...Cendres...Qui sait?

Le secret de la charge onirique qui avait armé toute la vie de Cendrars se trouvait, peut-être, bien dans cette braise et dans ces cendres. Cendrars, le phénix qui, sans cesse, renaît, Cendrars, l'homme dont le parcours n'est qu'une longue métamorphose.
Commenter  J’apprécie          90
pierre31   28 août 2020
Journal impoli : Un siècle au galop, 2011-1928 de Christian Millau
Aux îles Solovski, où je me suis rendu, soixante et onze ans après la disparition de mon grand-père, dans l'espoir de retrouvé quelques traces, un slogan officiel avait fleuri, au moment de l'ouverture du goulag en 1923 : « D'une main de fer, acculons l'humanité au bonheur ! » Tout était dit.
Commenter  J’apprécie          80
liratouva2   17 mai 2012
Journal impoli : Un siècle au galop, 2011-1928 de Christian Millau
Devant leur miroir, il y en a qui rêvent de l'Élysée; moi, depuis que je suis en âge de me raser, je n'ai jamais pu me passer de lire. Un journal, Tintin, Proust, Agatha Christie, n’importe quoi, pourvu que cela soit imprimé sur du papier. J’ai pour le papier un attachement charnel, comme on peut l’avoir pour la peau d’une femme. C’est pure volupté de caresser un «grand papier»: vergé de Hollande, papier de Chine, légèrement gris, papier Japon, ancien, impérial ou nacré; papier à la cuve…

Charles Dantzig éprouve ces mêmes émois. Il en parle – un peu trop rapidement, à mon gré – dans son dernier ouvrage, Pourquoi lire? Ce type qui derrière ses grosses lunettes a l’air de se foutre du monde est épatant. Tous ceux qui ont ce vice-là, la lecture, le savent. (...) Oui, en effet, pourquoi lisons-nous? A chacun son truc. J’aime bien les réponses de Frédéric Beigbeder.

Je lis pour écouter les morts.



Je lis pour sortir sans sortir.

A moi, il me semble que beaucoup d’écrivains – dont je ne m’exclus pas – ont intérêt à lire énormément: au moins, pendant ce temps-là, épargnent-ils leurs lecteurs en n’écrivant pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
liratouva2   11 avril 2013
Journal impoli : Un siècle au galop, 2011-1928 de Christian Millau
On ne décrivait pas Cendrars. On le subissait, on se laissait envahir, cahoter, submerger par le bouillonnement où il vous entraînait. Avec les mots à soi, on ne faisait que l’effleurer. On l’aurait écouter pendant des jours et des mois. Son crâne était une mappemonde, son cœur, l’univers.

Je me souviens lui avoir dit: «Blaise, il y en a qui assurent que vous mentez tellement qu’on ne peut même pas croire le contraire de ce que vous dites. Mais entre nous, le Transsibérien, vous n'y êtes jamais monté?»

Il m’a répondu : … «Écoute, … si c’était le cas, ça changerait quoi ? Je ne vous l’ai pas fait prendre à tous?"

Devenu voyageur immobile, vissé à son fauteuil, il m’avait dit aussi: «La sérénité ne peut être atteinte que par un esprit désespéré, il faut avoir beaucoup aimé et aimer encore le monde.» Il avait ajouté: «Tout ce qui m’arrive m’est complètement égal, tout ce que je fais m’est complètement indifférent. Je me fous de la littérature. Vivez ! Ah, vivez donc.»
Commenter  J’apprécie          60
pierre31   10 septembre 2020
Journal impoli : Un siècle au galop, 2011-1928 de Christian Millau
Sur Hollywood, « capitale mondiale de l'analphabétisme », il [Orson Welles] racontait des histoires tordantes. Comme celle du producteur Samuel Goldwym qui, m'assura-t-il, avait dans ses tiroirs une longue liste de projets, parmi lesquels : /Les pensées/ de Pascal assorties de cette mention : « Provisoirement intournable. »
Commenter  J’apprécie          71
KRISS45   28 août 2015
Le passant de Vienne : Un certain Adolf de Christian Millau
Comme tous les timides qui lâchent les vannes, on ne peut plus l'arrêter.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Qui a écrit cette oeuvre?

Qui a écrit 1984 ?

H.G Wells
O Wells
S Beckett
G Orwell

11 questions
8672 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..