AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.8 /5 (sur 44 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 30/12/1928
Mort(e) à : Paris , le 05/08/2017
Biographie :

Christian Dubois-Millot dit Christian Millau, est un écrivain, journaliste, grand reporter et critique gastronomique.

Il entre en 1949 au service de "Politique intérieure" du journal "Le Monde". Il œuvre dans les meilleurs journaux et revues: Arts, Opéra, La Parisienne, puis Paris-Presse où il rencontre le critique Henri Gault (1929-2000), en 1960.

En 1965, associé à Henri Gault, il publie deux livres: "Guide de la chasse" et "Guide de Paris", ce dernier se vendant à plus de 100.000 exemplaires.

Son alliance avec Henri Gault a permis en 1969 la création de la marque commerciale "Gault et Millau", prenant tout d’abord la forme d’un magazine gastronomique novateur mensuel, puis par la suite, la sortie de guides de critiques gastronomiques.

Le succès international des guides et le magazine "Gault et Millau" vaudra aux deux auteurs en 1980, la couverture du magazine américain "Time", privilège accordé depuis 1923 à 42 français seulement. Finalement, ils se séparent en 1987.

Il est aussi durant vingt-six ans l'animateur d'une émission sur Europe 1.

Christian Millau se consacre depuis 1995 à l'écriture. Il a publié plusieurs livres, dont "Au galop des hussards" (1999) qui a obtenu le Grand Prix de la biographie de l'Académie française et le prix Joseph-Kessel.
Dans la foulée, il écrit "Paris m'a dit" (2000), puis un roman, "Une campagne au soleil" (2002). En 2008, il publie enfin le livre qu'on attendait de lui: "Dictionnaire amoureux de la gastronomie" (chez Plon).

En 2011, il reçoit également le Prix du livre incorrect pour "Journal impoli".

En hommage à ses amis disparus, Millau avait créé le prix des Hussards en 2013, couronnant un roman "élégant, incisif et allergique à la pensée béton pour tous" ; il sera remis pour la première fois en mars 2014.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Christian Millau- Rencontres Passerelles de Reims Management School
Podcasts (1)


Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Wendat69   30 septembre 2019
Au galop des hussards de Christian Millau
Les journaux, les revues, les radios aspirent goulûment leurs états d'âme et leur contrition, fabriquant, du même coup, une heureuse catégorie moderne de bien-pensants, dont l'espèce se reproduira avec grand succès. Je veux parler de ces intellectuels, virtuoses dans l'art de l'aveuglement, qui bâtiront une réputation d'honnêteté intellectuelle sur le socle de leurs faramineuses erreurs.
Commenter  J’apprécie          130
Wendat69   29 septembre 2019
Au galop des hussards de Christian Millau
-Quelqu'un a dit: "Cendrars ment tellement qu'on ne peut même plus croire le contraire de ce qu'il dit." C'est vrai ça?

Il me regarde fixement, ferme légèrement son œil gauche dans un tic qui lui est habituel lorsqu'il vous écoute:

-Quand je faisais du grand reportage à Paris soir, Lazareff me dit un jour: "Blaise, avoue que tu n'es jamais monté dans le Transsibérien." Je lui ai répondu: "Si c'était le cas, ça changerait quoi, puisque je vous l'ai fait prendre à tous."
Commenter  J’apprécie          120
Wendat69   30 septembre 2019
Au galop des hussards de Christian Millau
-Blaise, je n'ai jamais pensé à vous le demander, mais pourquoi Blaise et pourquoi Cendrars quand, à l'origine, on s'appelle Frédéric Sauser?

En lui posant cette question, j'ignorais que c'était la dernière fois que je le voyais vivant. J'avais reçu une carte de lui et remarqué que son écriture était devenue comme vacillante. L'origine de son nom de plume m'avait traversé l'esprit, d'où mon interrogation. Il me répondit:

-Blaise...Braise...Cendrars...Cendres...Qui sait?

Le secret de la charge onirique qui avait armé toute la vie de Cendrars se trouvait, peut-être, bien dans cette braise et dans ces cendres. Cendrars, le phénix qui, sans cesse, renaît, Cendrars, l'homme dont le parcours n'est qu'une longue métamorphose.
Commenter  J’apprécie          90
liratouva2   17 mai 2012
Journal impoli : Un siècle au galop, 2011-1928 de Christian Millau
Devant leur miroir, il y en a qui rêvent de l'Élysée; moi, depuis que je suis en âge de me raser, je n'ai jamais pu me passer de lire. Un journal, Tintin, Proust, Agatha Christie, n’importe quoi, pourvu que cela soit imprimé sur du papier. J’ai pour le papier un attachement charnel, comme on peut l’avoir pour la peau d’une femme. C’est pure volupté de caresser un «grand papier»: vergé de Hollande, papier de Chine, légèrement gris, papier Japon, ancien, impérial ou nacré; papier à la cuve…

Charles Dantzig éprouve ces mêmes émois. Il en parle – un peu trop rapidement, à mon gré – dans son dernier ouvrage, Pourquoi lire? Ce type qui derrière ses grosses lunettes a l’air de se foutre du monde est épatant. Tous ceux qui ont ce vice-là, la lecture, le savent. (...) Oui, en effet, pourquoi lisons-nous? A chacun son truc. J’aime bien les réponses de Frédéric Beigbeder.

Je lis pour écouter les morts.



Je lis pour sortir sans sortir.

A moi, il me semble que beaucoup d’écrivains – dont je ne m’exclus pas – ont intérêt à lire énormément: au moins, pendant ce temps-là, épargnent-ils leurs lecteurs en n’écrivant pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
liratouva2   11 avril 2013
Journal impoli : Un siècle au galop, 2011-1928 de Christian Millau
On ne décrivait pas Cendrars. On le subissait, on se laissait envahir, cahoter, submerger par le bouillonnement où il vous entraînait. Avec les mots à soi, on ne faisait que l’effleurer. On l’aurait écouter pendant des jours et des mois. Son crâne était une mappemonde, son cœur, l’univers.

Je me souviens lui avoir dit: «Blaise, il y en a qui assurent que vous mentez tellement qu’on ne peut même pas croire le contraire de ce que vous dites. Mais entre nous, le Transsibérien, vous n'y êtes jamais monté?»

Il m’a répondu : … «Écoute, … si c’était le cas, ça changerait quoi ? Je ne vous l’ai pas fait prendre à tous?"

Devenu voyageur immobile, vissé à son fauteuil, il m’avait dit aussi: «La sérénité ne peut être atteinte que par un esprit désespéré, il faut avoir beaucoup aimé et aimer encore le monde.» Il avait ajouté: «Tout ce qui m’arrive m’est complètement égal, tout ce que je fais m’est complètement indifférent. Je me fous de la littérature. Vivez ! Ah, vivez donc.»
Commenter  J’apprécie          60
KRISS45   28 août 2015
Le passant de Vienne : Un certain Adolf de Christian Millau
Comme tous les timides qui lâchent les vannes, on ne peut plus l'arrêter.
Commenter  J’apprécie          70
triplidio   23 décembre 2009
Dictionnaire amoureux de la Gastronomie de Christian Millau
Il est égorgé lorsqu'il a atteint le poids de 3 kilos - un peu plus de deux mois - et on l'a nourri grâce à un savant dosage de maïs, blé noir, riz noir et brisures de riz qui lui a donné une chair blanc-rose et une peau très fine et fragile. La préparation, ensuite, nécessite les plus grands soins. Une fois égorgé, le canard est ébouillanté dans une eau à 60°C, parfumée au gingembre, plumé avec une petite pince et, avec un gonfleur, on le remplit d'air sous la peau par l'orifice de saignage, puis, par une incision de 5 centimètres, on retire délicatement les intérieurs ; après quoi, on rince la bête trois fois dans une bassine d'eau, on l'asperge à l'eau bouillante, on la badigeonne de miel liquide, on la pend dans un courant d'air et on la laisse sécher une douzaine d'heures. Avant de la mettre dans un four spécial, on remplit à moitié l'intérieur d'eau bouillante, par le croupion, que l'on obstrue avec du sogo. La chair va ainsi cuire de l'intérieur par évaporation de l'eau bouillante...

...Le canard entier (forcément, entier et non en pièces détachées comme on le voit un peu partout) est découpé devant la table et l'on commence par servir la peau croustillante et caramélisée que l'on roule dans de petites crêpes de blé transparentes (les fameuses petites crêpes...) avec des morceaux de ciboule, de poireau ou de concombre, que l'on trempe dans une sauce sucrée et légèrement salée, notamment aux prunes aigres. Ensuite, la chair dont chaque tranche doit avoir son morceau de peau, accompagnée de nouilles sautées aux petits légumes, et enfin le bouillon préparé à partir de la carcasse et servi avec d'autres légumes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Wendat69   28 septembre 2019
Au galop des hussards de Christian Millau
-Le plaisir littéraire, c'est donc quoi pour vous?

-la postérité, je m'en fous! Le plaisir, cela consiste à être apprécié d'un petit nombre et être totalement ignoré des imbéciles. (Paul Léautaud)
Commenter  J’apprécie          50
Coyotetired   04 avril 2020
Le petit roman du vin de Christian Millau
Le terrorisme du goût nous menace tous.

C'est pourquoi j'ai toujours répugné à me laisser coiffer du titre de « critique gastronomique ». Le critique, c'est comme un gendarme : il dresse des procès-verbaux, inflige des amendes et, avec un vif plaisir, envoie au trou le malheureux qui lui tombe sous la patte.
Commenter  J’apprécie          30
Sepo   25 avril 2014
Au galop des hussards de Christian Millau
Chardonne parle de Nimier:

- Il m'a ressuscité. je lui ai écrit...Mais il devrait se méfier des maudits. Céline, Rebatet,...Il écrit trop souvent sur les traîtres, ça lui jouera des tours.p.176
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Expressions culinaires/fruits et légumes

"Avoir un cœur d’artichaut" veut dire ....

Avoir un coeur de pierre
Être toujours indécis
Tomber facilement amoureux

14 questions
76 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , expressions , culinaire , fruits et légumesCréer un quiz sur cet auteur