AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253149354
385 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (18/10/2000)
3.87/5   15 notes
Résumé :
Au début des années 50, la France littéraire s'ennuie. Tout ce qui n'est pas au garde-à-vous devant le Parti communiste, tout ce qui échappe à la gauche morale d'un Camus ou à l'engagement sartrien passe pou "réactionnaire".
Un jeune écrivain surdoué, Roger Nimier, à la tête d'une petite revue nommée ''Opéra'', va entreprendre de faire des étincelles. Autour de lui, Antoine Blondin, Jacques Laurent, Michel Déon, Félicien Marceau et bien d'autres, différents p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
habere
  26 juillet 2014
Ce livre prétend décrire l'atmosphère littéraire française des années 50. J'ai pris du plaisir à la lecture des premières pages : Roger Nimier apparait comme le fer d'une nouvelle génération connue sous les nom des hussards qui inclut les noms de Blondin, Marceau. du beau monde en quelque sorte. On y lit aussi quelques vacheries à l'encontre de Sartre, Cocteau ou Mauriac. Mais très vite, on assiste à la réhabilitions de personnes qui ont fait plus que se compromettre durant l'occupation allemande : Chardonne ou Morand par exemple. Insidieusement, sous des aspects de petit marquis, pour ne pas dire "lécheur de botte", l'auteur, suffisant et vibrionnant, donne à voir on voit tout un défilé d'écrivains qui pratiquent l'entre soi et considèrent comme injuste la mise à mort de Brasillach. La lecture des trois quarts de ce livre est devenue indigeste, on ne voit que le coté "poivrot" de Blondin (qui reste un immense écrivain), on s'attarde sur Louise de Vilmorin que plus personne ne connait, on oublie de belle figures comme Marguerite Yourcenar, René Char. Les hussards auraient mérité mieux
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Julian_Morrow
  14 avril 2019
Christian Millau n'est pas qu'un gastronome, il est aussi l'une des fines plumes de la critique littéraire. Alors que la France de l'après-guerre étouffe sous la chape de plomb idéologique de Sartre et de ses amis, le vent de la liberté souffle du côté des Hussards. Nimier, Blondin, Laurent, portés par l'héritage de Giono, Céline, Cendras ; l'insolence du style et l'impertinence du talent. C'est tout cela que Millau raconte. Avec Brio.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Wendat69Wendat69   30 septembre 2019
-Blaise, je n'ai jamais pensé à vous le demander, mais pourquoi Blaise et pourquoi Cendrars quand, à l'origine, on s'appelle Frédéric Sauser?
En lui posant cette question, j'ignorais que c'était la dernière fois que je le voyais vivant. J'avais reçu une carte de lui et remarqué que son écriture était devenue comme vacillante. L'origine de son nom de plume m'avait traversé l'esprit, d'où mon interrogation. Il me répondit:
-Blaise...Braise...Cendrars...Cendres...Qui sait?
Le secret de la charge onirique qui avait armé toute la vie de Cendrars se trouvait, peut-être, bien dans cette braise et dans ces cendres. Cendrars, le phénix qui, sans cesse, renaît, Cendrars, l'homme dont le parcours n'est qu'une longue métamorphose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Wendat69Wendat69   29 septembre 2019
-Quelqu'un a dit: "Cendrars ment tellement qu'on ne peut même plus croire le contraire de ce qu'il dit." C'est vrai ça?
Il me regarde fixement, ferme légèrement son œil gauche dans un tic qui lui est habituel lorsqu'il vous écoute:
-Quand je faisais du grand reportage à Paris soir, Lazareff me dit un jour: "Blaise, avoue que tu n'es jamais monté dans le Transsibérien." Je lui ai répondu: "Si c'était le cas, ça changerait quoi, puisque je vous l'ai fait prendre à tous."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Wendat69Wendat69   30 septembre 2019
Les journaux, les revues, les radios aspirent goulûment leurs états d'âme et leur contrition, fabriquant, du même coup, une heureuse catégorie moderne de bien-pensants, dont l'espèce se reproduira avec grand succès. Je veux parler de ces intellectuels, virtuoses dans l'art de l'aveuglement, qui bâtiront une réputation d'honnêteté intellectuelle sur le socle de leurs faramineuses erreurs.
Commenter  J’apprécie          130
Wendat69Wendat69   28 septembre 2019
-Le plaisir littéraire, c'est donc quoi pour vous?
-la postérité, je m'en fous! Le plaisir, cela consiste à être apprécié d'un petit nombre et être totalement ignoré des imbéciles. (Paul Léautaud)
Commenter  J’apprécie          50
SepoSepo   25 avril 2014
Chardonne parle de Nimier:
- Il m'a ressuscité. je lui ai écrit...Mais il devrait se méfier des maudits. Céline, Rebatet,...Il écrit trop souvent sur les traîtres, ça lui jouera des tours.p.176
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Christian Millau (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Millau
Christian Millau- Rencontres Passerelles de Reims Management School
autres livres classés : hussardsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1189 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre