AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.26/5 (sur 448 notes)

Biographie :

Clara Nové est une auteure de la génération "Wattpad" qui a eu la chance de trouver un public pour ses histoires et qui est maintenant publiée par une maison d'Edition. Bien entendu, quand je parle de "chance", il y a aussi le talent qui entre en compte dans sa réussite !

Ajouter des informations
Bibliographie de Clara Nové   (27)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (81) Voir plus Ajouter une citation
Je fais partie du clan des méchants et à ce titre, je suis aussi responsable que mon père dans cette tragédie.
Commenter  J’apprécie          00
— Salut, ma jolie ! C’est toi la nouvelle instit, c’est ça ?
— Comme si tu le savais pas, se moque un de ses amis. Y en a pas beaucoup des comme ça à la ronde. Des comme ça ? Comme quoi ? Mon voisin de banc se gausse, imperturbable. Il n’est pas laid, plutôt grand, et je suis fascinée par les piercings qu’il arbore à l’arcade sourcilière.
— Pas touche, Striker : Blue, c’est chasse gardée ! lance Oak qui déboule dehors suivi de Beer et du grand chef, l’air toujours morose. Ont-ils fini leur réunion ? — Gardée pour qui ? rétorque le dénommé Strike. Pour toi ?
— Ouaip. J’ai eu une révélation ce midi. Blue, c’est la femme de ma vie, basta.
— Ça, ça m’étonnerait beaucoup, réplique Beer qui allume une cigarette.
— Et pourquoi pas ? riposte Oak, faisant mine d’être choqué.
— Parce que t’es trop con. Et qu’elle fait pas dans le social, la petite.
— Hein ? s’offusque Oak. Hé, j’ai de l’argent de côté, moi ! Je claque pas tout dans la bière et le tabac.
— Non, juste dans les putes. Tu réfléchis avec ta bite, crétin, elle vaut mieux que ça, la petite. L’hilarité générale qui s’ensuit m’atteint aussi, curieusement, et je me mets à rire devant les piques qu’ils s’envoient les uns aux autres en permanence. Leur vulgarité me passe presque par au-dessus. Sans doute que je m’y habitue déjà. Globalement, si, de prime abord, ils font une peur bleue aux gens, je n’ai pas l’impression qu’ils sont méchants. Enfin, je crois. En tout cas, ils ont été corrects avec moi jusqu’ici. Espérons que ça dure.
— Pas touche à la demoiselle, claque soudain la voix grave de Lead. Aucun de vous, c’est compris ? J’en ai besoin jusqu’à la fin de l’année scolaire. Alors, si vous voulez vous vider les couilles, y a assez de brebis dans le club ! Hop, réunion.
Commenter  J’apprécie          20
La famille, c'est censé être le dernier rempart contre les difficultés de la vie. Le cocon protecteur, l'endroit où tu te sens le mieux. Alors quand elle devient le centre de ton enfer, tu n'as plus rien à quoi te raccrocher.
Commenter  J’apprécie          30
Lorsqu’elle sort de la voiture, je lui souris, mais mes lèvres s’affaissent aussi sec. Bordel, je crois que je vois double. Une deuxième Jeanne surgit de la portière entrouverte, sous mes yeux ébahis. Je jette un coup d’œil à Lead, qui se contente de hausser les épaules en gloussant. Si j’avais bu, je comprendrais. Mais promis juré craché, je n’ai pas pris une goutte d’alcool de toute la journée, rapport aux gosses. C’est peut-être un symptôme de manque, alors ? À y regarder de plus près, la fille qui s’avance vers moi a quand même quelques différences avec Jeanne. Elles sont blondes comme les blés, toutes les deux, aussi grandes l’une que l’autre, près du mètre soixante-quinze, mais celle-ci a un visage plus rond et des yeux plus clairs. Putain, je crois ne jamais avoir vu de couleur pareille : turquoise, comme les mers des Caraïbes, uniforme et lumineux. Elle est un peu plus ronde aussi, ce qui n’est pas pour me déplaire. Jenny aussi, elle… Stop, ne plus y penser. Je me concentre sur la fille, qui se tient à côté de sa grande sœur. Quel âge peut-elle avoir ? Jeanne a vingt-neuf ans, celle-ci ne doit pas dépasser les vingt-cinq. Alors que je l’observe de bas en haut, innocemment, je me fige net. Putain, c’est pas vrai ! Voilà que ma queue décide de se réveiller de sa léthargie au bout de dix semaines d’hibernation involontaire. C’est bien le moment, tiens !
— Cécile, je te présente Oak, le frère de Joshua, déclare Jeanne tout sourire. Je t’en ai déjà parlé.
— Effectivement, murmure la sœur, impassible. Enchantée, je suis Cécile, la sœur de Jeanne. Bordel de putain de merde !
Commenter  J’apprécie          10
L'intervention de mon voisin a au moins eu le mérite de me remettre les pieds sur terre : il est hors de question que je remette ça. Je me le suis juré depuis des millénaires : l'amour c'est fini pour moi. S'attacher et perdre les personnes que l'on aime par-dessus tout, c'est bien plus douloureux que toutes les blessures que j'ai pu subir au combat. Et Dieu sait que les démons ont été plus que généreux avec moi à ce côté-là. Non, cette douleur-là est bien plus terrible, c'est comme si on vous arrachait le coeur à mains nues à chaque enfant qui part.
Commenter  J’apprécie          20
C’est-à-dire ? Tous les week-ends ?
— Oh non, une ou deux fois par mois. Les parents l’invitent le dimanche pour le repas pour qu’on puisse se voir. Là, j’avoue que je viens de déconnecter.
— Ouais, mais en dehors du repas du dimanche, vous vous voyez bien pour… enfin, pour vous retrouver seuls non ? Vous faites comment ? Elle cligne des yeux, incrédule, et il semble bien que ce soit elle, là, qui ne me suit plus très bien.
— Seuls ? Non, pas seuls, on n’est pas mariés ! Hum, je me perds, là. Elle n’est quand même pas en train de me dire qu’elle n’est jamais restée en tête-à-tête avec son homme !
— Euh, Cécile, je pense avoir mal compris, en fait. Ce que je voulais demander, c’est quand vous vous retrouvez pour baiser, quoi ! À mes mots, elle écarquille les yeux en ouvrant la bouche comme une carpe. Bordel, je crois que finalement j’avais effectivement bien compris.
— Non, non !! crie-t-elle, horrifiée ! On ne b…, fait pas ça, voyons !! Ça ne serait pas convenable. Je me mets à ricaner bêtement, sans réussir à me retenir, même si ça risque de la froisser. Après tout, je ne lui dois rien.
— Tu vas épouser un mec avec qui t’as jamais couché ? demandé-je, ébahi.
— Évidemment ! s’offusque-t-elle.
— Bordel, mais ça te fait pas peur ?
— Peur ? Non, on fera ça après le mariage.
— Et s’il est nul ?
— Nul ? Comment ça nul ?
— Ben, si tu juges ses performances pas terribles par rapport à ceux d’avant, tu vas pas être déçue ?
— Ceux d’avant ? Cécile cligne des yeux, ne semblant pas comprendre. Putain, ne me dites pas que…
— T’as déjà couché avec d’autres mecs avant, rassure-moi ?
— Non !! s’exclame-t-elle. Non, bien sûr que non ! Alors, là, c’est moi qui reste con devant son aveu. J’essaie d’assimiler ce qu’elle vient de me dire, avec beaucoup de mal. La miss est vierge. Je ne savais même pas que l’espèce existait encore… Faut dire qu’ici, avec les brebis, on n’a plus trop l’habitude… Je me lève du canapé, et balance le coussin derrière moi. Tant pis pour la bosse dans le boxer, il faut que je bouge, là. Je la surplombe de toute ma hauteur, et la miss doit lever la tête pour me regarder dans les yeux.
— Mais merde, Cécile. Tu vas rester un an loin d’un mec avec qui t’as jamais couché et repartir tranquillement chez toi pour te marier avec lui ? Sérieux ?
— Oui… Ses yeux semblent se perdre dans les méandres des rouages de son cerveau, qui semble carburer à plein régime. Elle fixe ma poitrine, mais je vois bien qu’elle ne la voit pas vraiment. Je n’en suis même pas vexé. J’ai l’impression que je viens de chambouler son petit monde. Elle doute, elle réfléchit. Merde, ai-je bien fait ?
— Tu crois que c’est une erreur, Oak ? Je déglutis. Merde, j’avais pas l’intention de la perturber à ce point-là.
— J’en sais rien, Cécile. Mais tu sais quoi ? C’est même pas ça qui me choque le plus. Elle relève la tête, perplexe, en attendant mon jugement.
— Quoi alors ?
— Le fait que tu puisses rester loin de lui aussi longtemps. Moi, si j’étais amoureux au point de me marier, rien ni personne ne pourrait m’en éloigner. Nope. J’y survivrais pas. Je sais pas comment tu fais. Cécile ne me répond pas. Elle baisse la tête, puis se met à regarder dehors, les yeux dans le vide, puis se tourne complètement vers la fenêtre, comme si elle ne voulait plus me voir. Je suis peut-être allé trop loin. Après tout, ça ne me regarde pas. Note pour l’avenir : éviter de traîner chez moi le dimanche matin pour éviter une jolie blonde, même si ma queue est toujours contente de la voir, elle.
Commenter  J’apprécie          00
— Pourquoi tu me donnes sa valise ? Qu’est-ce que tu veux que j’en fasse ? Je la monte au premier ?
— Nope, répond Lead en me fixant. Tu la portes jusque chez toi. C’est là qu’elle s’installe.
— Quoi ?? La sœur et moi avons crié d’une même voix.
— C’est quoi, ces conneries ? grondé-je. Pourquoi elle viendrait chez moi ? C’est à toi de la loger, pas à moi ! C’est ta belle-sœur, pas la mienne !
— On n’a pas la place, contre Lead. J’ai pas réussi à finir les travaux d’aménagement du deuxième étage, parce que j’ai pas eu d’aide du tout, si tu vois ce que je veux dire. Alors, elle va chez toi. Fin de la discussion.
— Mais non ! Je suis pas d’accord. Je veux personne chez moi, et encore moins une nana. Je veux rester seul et…
— Tu es réellement en train de contester un ordre, là, Oak ? gronde Joshua. Ton président vient de te dire quoi faire et tu dis non ? T’es sûr de toi, là, mon gars ? Je déglutis. Bordel, le salaud est en train de me forcer la main et je n’ai aucune échappatoire. C’est la loi du club, et personne n’y déroge. Mais la fille passe devant moi et se poste devant Lead, le visage froissé.
— Hors de question que je vive chez ce… ce… cet homme quoi. Merde, elle veut dire quoi, là ? Que je ne suis pas assez bien pour elle ? Sympa !
Commenter  J’apprécie          10
Chapitre 4 :

Lucille

«… Contre toute attente, au lieu de s’adresser à moi, il me lâche du regard avant d’interpeller un gars du staff qui se tient un peu plus loin.

– Eh, Jake ! se met-il à hurler. Qu’est-ce que t’as pas compris dans « Va me chercher une nana dans le public » ? T’as vu ce que tu m’as ramené, sérieux ? Tu connais mes goûts quand même, depuis le temps, non ? Bordel, je baise pas ça, moi !

Le silence se fait soudain, alors que tout le monde se tourne vers moi, le regard gêné. Le manager, les yeux exorbités, réagit le plus vite et se rapproche de moi en agitant les bras, visiblement embarrassé.

– Euh, non, c’est pas… euh… C’est Lucille, la sœur de Jonathan.

Charlie le regarde d’un œil torve, me scanne des pieds à la tête à nouveau puis s’exclame en se marrant :

– Oh, merde ! Désolé ! Putain, je préfère ça ! Elle est où la nana que j’ai demandée ?

– Dans ta loge, précise ledit Jake d’une voix basse, penaud.

– T’es le meilleur, lui assène Charlie en lui tapant sur le bras à plusieurs reprises. À tout’ les mecs, on se retrouve à l’hôtel.

Et il plante toute l’équipe là. ...»
Commenter  J’apprécie          10
- Épargné ? Hurlé-je presque Épargné? Tu appelles ça épargné ? Il m'a laissé me démerder avec ma peine et ma douleur, en m'abandonnant sur Terre depuis des millénaires. T'appelle ça épargner quelqu'un toi ?
Raff pousseun soupir l'as, balançant ses mains devant lui.
- ça aurait pu être pire, grogne t-il. Il t'a tout laissé, bon sang ! Ta force, tes pouvoirs, et même tes ailes !
Commenter  J’apprécie          20
Chapitre 3 :
Mona
« … Cette idée est dingue. Complètement barge. Pourtant, elle ne me lâche pas. C’est idiot, c’est complètement barré. Et pourtant elle s’incruste sous mes yeux, imprime mes rétines et grille mes neurones.
Je ne peux pas laisser faire ça, putain ! C’est plus fort que moi. Du sang, je ne vois plus que du sang, et d’un coup, je me sens vriller.
Pour autant, mon cerveau se reprend d’un coup. Je ne vais pas faire de crise. Parce que mon instinct professionnel vient de prendre le relais. Le tueur est de retour et il se focalise sur sa cible. Empêcher l’événement de se produire, coûte que coûte. Et pour ça, une seule solution : éliminer le danger, supprimer la menace.
Lorsque je prends le volant, quelques minutes plus tard, je ne rentre pas chez moi. Non. C’est la direction des quartiers chauds que je prends. Un immeuble en particulier. Celui de la fille, Eva. Si je veux sauver ce môme, je dois garder la mère en vie.
...»
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Clara Nové (397)Voir plus

Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..