AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.69 /5 (sur 44 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Aoste , le 08/05/1960
Biographie :

Claudio Morandini est écrivain, auteur de pièces de théâtre et radiophoniques, de contes et de romans.

Il est également enseignant en lettres modernes au lycée "Édouard Bérard" d'Aoste.

Reconnu comme l’un des écrivains les plus prometteurs d’Italie, il développe dans ses œuvres des genres et des thèmes variés : gothique, grotesque, policier, picaresque ou encore aventure.

Grâce à son livre "A Gran Giornate" (2012), il entre dans la sélection des célèbres librairies La Feltrinelli et fait partie des finalistes du prix littéraire "Paradiso degli orchi".

En 2013, il gagne la première édition du prix littéraire "Città di Tresbiacce", décerné par l’Institut Culturel de Calabre.

Il a obtenu avec "Le chien, la neige, un pied" (Neve, cane, piede, 2015) le prestigieux Premio Procida-isola di Arturo-Elsa Morante 2016.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À l'occasion du festival international 2019 du livre et du film "Étonnants Voyageurs" de Saint-Malo, rencontre avec Claudio Morandini autour de son ouvrage "Les pierres" aux éditions Anacharsis. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2298809/claudio-morandini-les-pierres Notes de Musique : Youtube Audio Library. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mo... Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Libra... Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemo... Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
viou1108   31 juillet 2020
Le chien, la neige, un pied de Claudio Morandini
L’homme ne sent plus rien depuis un moment. Depuis qu’il a arrêté de se laver il est anesthésié à ses propres odeurs, et les pets qu’il lance la nuit sous les couvertures ne sont que de chaudes caresses, qu’il cultive avec une alimentation adéquate.
Commenter  J’apprécie          165
deuxquatredeux   12 novembre 2017
Le chien, la neige, un pied de Claudio Morandini
Le feu met longtemps avant de crépiter dans le poêle noirci amis, alimenté par le papier de vieilles revues humides, des brindilles et de l'alcool, il finit par prendre, et les flammes s'élèvent. C'est un feu qui n'éclaire pas et, pendant un moment, il n'est qu'une évocation de la chaleur. Au bout d'une demi-heure, quand dehors la nuit est tombée et que le froid est devenu insupportable, une chaleur définie commence à émaner du poêle. (p. 19)
Commenter  J’apprécie          90
Wyoming   14 juin 2020
Les pierres de Claudio Morandini
Dehors, le temps se gâtait, et les longues ombres des nuages traversaient le vallon, poussées par le vent comme un troupeau; les montagnes étaient déjà obscures et l'air résonnait de cet écho lointain qui précède parfois l'averse.
Commenter  J’apprécie          70
Wyoming   13 juin 2020
Les pierres de Claudio Morandini
Saponara se perdit à nouveau, pensant à combien il serait beau de vivre seul dans une forêt, dans un ermitage ignoré de tous, et de se nourrir de baies et de quelques bêtes qu'il aurait élevées, et de s'ensauvager dans l'ombre pérenne, dans le silence de la sylve, dans l'éternel chapelets de jours, mois et saisons monotones, à l'instar de certains vieillards solitaires de ces vallées qui quittaient la civilisation et désapprenaient à parler.
Commenter  J’apprécie          40
splaett   23 janvier 2020
Le chien, la neige, un pied de Claudio Morandini
Il va leur faire la fête dès qu’ils tendront la main pour le caresser. Cette honte du genre masculin se mettra sur le dos et réclamera d’autres caresses. Et s’ils lui demandent : « Où est Adelmo Farandola, mon cher ? ». Il répondra aussitôt : « Là-dedans mes très chers, dans une galerie de l’ancienne mine, glissé dans la roche comme un suppositoire dans un trou du cul. » « Ah oui ? Mille mercis, mon cher. » « Mais de rien mes amis, si vous voulez je vous accompagne. Au fait qu’est-ce qu’on mange ce soir ?

Voilà ce que le bâtard fera. J’ai jamais aimé les chiens.
Commenter  J’apprécie          20
Corboland78   17 juillet 2017
Le chien, la neige, un pied de Claudio Morandini
A sa manière, c’est un chien sage, ou peut-être est-il seulement vieux, et son attitude désabusée n’est-elle due qu’à ses forces qui l’abandonnent. Des fois, pour le récompenser de cette résignation, Adelmo Farandola le laisse entrer dans la maison, où le chien renifle tout, avidement. L’homme ne sent plus rien depuis un moment. Depuis qu’il a arrêté de se laver il est anesthésié à ses propres odeurs, et les pets qu’il lance la nuit sous les couvertures ne sont que de chaudes caresses, qu’il cultive avec une alimentation adéquate.
Commenter  J’apprécie          20
Qanik   29 septembre 2020
Les pierres de Claudio Morandini
Vous autres de la ville, dire qu'il n'y a plus de saisons ça vous suffit, vous croyez qu'avec ça vous vous êtes remué les méninges. (...) Mais c'est facile, trop facile. Nous autres, on a toujours vécu au rythme des saisons, et on s'est aperçus que ce n'est pas qu'il n'y a plus de saisons : au contraire, il y en a trop, entassées les unes aux autres, elles se relaient à toute allure, comme si c'était des mois ou des semaines. (...) Il y a trop de saisons, c'est ça le problème, trop de saisons toutes mélangées.
Commenter  J’apprécie          20
deuxquatredeux   04 mai 2020
Le chien, la neige, un pied de Claudio Morandini
Adelmo Farandola insultait la mère de la Faim, la mère du Froid, et aussi la mère du Sommeil, son ennemi le plus sournois, celui qui se présentait en ami mais qui en réalité voulait seulement que l'homme s'abandonne pour le livrer à la mort. (p. 60)
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   18 août 2017
Le chien, la neige, un pied de Claudio Morandini
Ruminer sa vengeance l’apaise un peu, lui offre une petite satisfaction. Ce n’est pas comme le faire pour de vrai, mais enfin on s’en approche, surtout quand une solitude accumulée pendant des armées mélange la réalité véritable des choses et la réalité rêvée. À la fin d’un rêve yeux ouverts où tout le village est en proie aux flammes, des flammes hautes, hurlantes, contre lesquelles les silhouettes des pompiers se démènent en vain et au-dessus desquelles en vain tournent les pales des hélicoptères remplis d’eau – à la fin de ce rêve, Adelmo Farandola, calmé, s’assied sur un rocher et réussit même à sourire.
Commenter  J’apprécie          10
Wyoming   14 juin 2020
Les pierres de Claudio Morandini
Les pluies de l'automne avaient lustré les pierres, et la rivière grossie par les pluies les déplaçait ici et là comme si elle jouait aux dames.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

L'éclat du noir et blanc : films français

René Clément (1913-1993)

La Course du lièvre à travers les champs
Les Félins
Le Passager de la pluie
Plein Soleil

12 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinéma français , années 60 , années 70 , années 80Créer un quiz sur cet auteur