AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.92 /5 (sur 7331 notes)

Nationalité : Chili
Né(e) à : Ovalle, Chili , le 04/10/1949
Mort(e) à : Oviedo, Espagne , le 16/04/2020
Biographie :

Luis Sepúlveda est un romancier, poète et cinéaste chilien.

Dès 1961, il milite dans les jeunesses communistes. À 17 ans, il publie son premier livre, un recueil de poèmes, et obtient un poste de rédacteur dans le journal Clarín. "Crónicas de Pedro Nadie", un recueil de contes, est paru en 1969.

En 1975, il finit par être emprisonné et condamné à 28 ans de prison. Il n'en fera que deux et demi dans une prison pour opposants politiques, grâce à l'intervention d'Amnesty International. Sa peine est commuée en 8 ans d'exil en Suède. En fait, il va voyager et sillonner l'Amérique du Sud : Équateur, Pérou, Colombie, Nicaragua.

En Équateur, il fonde une troupe de théâtre dans le cadre de l'Alliance française. En 1978, il participe à une recherche de l’Unesco sur l'impact de la colonisation sur les populations amazoniennes et passe un an chez les Indiens Shuars. Lors de son séjour au Nicaragua, il s'engage dans la lutte armée aux côtés des sandinistes; il intègre en 1979 la Brigade Internationale Simón Bolívar.

Après la victoire de la révolution, il travaille comme reporter. Il part ensuite pour l'Europe comme journaliste et s'installe en 1982 à Hambourg en Allemagne où il passe quatorze ans. À cette même année, il devient très actif au sein de l’organisation Greenpeace où il restera jusqu'en 1987.

Son premier roman, "Le vieux qui lisait des romans d'amour" (1988), traduit en trente-cinq langues et adapté au grand écran en 2001, connaît un succès planétaire et lui a apporté une renommée internationale.

En 1996, il s’installe à Gijón, dans le nord de l’Espagne, où il fonde le Salon du livre ibéro-américain. Il écrit des chroniques pour plusieurs journaux italiens. "Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler" publié en 1996, est un autre succès de l'auteur qui a reçu plusieurs prix pour son œuvre.

Victime du COVID-19, il laisse une œuvre foisonnante composée de romans, des livres pour enfants, des scénarios etc.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bande annonce réalisée par la Bibliothèque publique d'information dans le cadre du cycle de rencontres "Chili, cinéma obstiné". Au centre de cette rétrospective d'une cinquantaine de films réalisés entre 1958 et 2020, le travail de trois figures du documentaire chilien, Patricio Guzmán, Carmen Castillo et Ignacio Agüero, en leur présence. Avec des films inédits, des redécouvertes, des rencontres et un hommage exceptionnel à l'écrivain et cinéaste Luis Sepúlveda, emporté par la Covid-19 en avril dernier. Retrouvez la programmation de la Cinémathèque du documentaire : https://www.bpi.fr/cinemathequedudocumentaire/la-cinematheque-du-documentaire-a-la-bpi Et plus de contenus liés au cinéma documentaire sur notre page Facebook Pour une poignée de docs et notre site web : https://fr-fr.facebook.com/pourunepoigneededocs/ http://www.bpi.fr/cinemathequedudoc

+ Lire la suite
Podcasts (6) Voir tous


Citations et extraits (1281) Voir plus Ajouter une citation
philo15   27 mai 2010
Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepúlveda
Il possédait le seul antidote contre le venin de la vieillesse, il savait lire.
Commenter  J’apprécie          1091
Luis Sepúlveda
Pecosa   16 avril 2020
Luis Sepúlveda
"Les perdants m’ont toujours intéressé parce que ce sont les personnages les plus insignes de l’Histoire, ce sont eux dont la vie et l’expérience sont les plus riches, surtout ceux qui savent pourquoi ils ont perdu. Qu’est-ce qu’un perdant magnifique ? Pour moi, il y deux grands exemples de perdants : Don Quichotte quand, à la fin du roman, il regarde la foule brûler ses livres. Cyrano de Bergerac, quand il met dans la bouche de Christian les mots d’amour qu’il ne pourra jamais prononcer."



Luis Sepúlveda (1949-2020)

In Memoriam.
Commenter  J’apprécie          10510
Mia_ou   10 août 2011
Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepúlveda
"- De quoi ça parle?

- De l'amour.

A cette réponse du vieux, il se rapprocha, très intéressé.

- Sans blague? Avec des bonnes femmes riches, chaudes et tout?

Le vieux ferma le livre d'un coup sec qui fit trembler la flamme de la lampe.

- Non. Ca parle de l'autre amour, celui qui fait souffrir."
Commenter  J’apprécie          960
Harioutz   10 mars 2020
Histoire d'une baleine blanche de Luis Sepúlveda
La baleine bleue lui dit que ce n'étaient pas les étoiles qui brillaient mais quelque chose que les hommes appelaient des lampes, et ce qui y brûlait était une partie de nos corps.

Ils ne nous chassaient pas pour se nourrir de notre chair mais pour l'huile de nos intestins qui brûlait en éclairant leurs maisons.

Ils ne nous tuaient pas parce qu'ils avaient peur de notre espèce; ils le faisaient parce que les hommes ont peur de l'obscurité et que nous, les baleines, possédions la lumière qui les délivrait des ténèbres.
Commenter  J’apprécie          837
Sesheta   18 août 2008
Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler de Luis Sepúlveda
- Je vais pondre un œuf. Avec les denières forces qui me restent je vais pondre un œuf. Chat, mon ami, on voit que tu es bon, que tu as de nobles sentiments. Je vais te demander de me promettre trois choses. Tu vas le faire? demanda-t-elle en secouant maladroitement ses pattes dans un essai manqué pour se redresser.

Zorbas pensa que la pauvre mouette délirait et qu'avec un oiseau dans un état aussi lamentable on ne pouvait qu'être généreux.

- Je te promets tout ce que tu voudras. Mais maintenant repose-toi, miaula-t-il avec compassion.
Commenter  J’apprécie          780
ninosairosse   19 juin 2017
Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepúlveda
Un soir de chasse, il avait senti son corps tellement acide et puant à force de sueur qu'en arrivant au bord d'un arroyo il avait voulu piquer une tête. Par chance un Shuar l'avait vu à temps et lui avait lancé un cri d'avertissement.

- Ne fais pas ça. C'est dangereux.

- Les piranhas ?

Non, lui avait expliqué le Shuar : les piranhas vivent en eau calme et profonde, jamais dans les courants rapides. Ce sont des poissons lents et ils ne deviennent vifs que sous l'effet de la faim ou de l'odeur du sang. De fait, il n'avait jamais eu de problème avec les piranhas. Les Shuars lui avaient appris qu'il suffisait de s'enduire le corps de sève d'hévéa pour les tenir à distance. La sève d'hévéa pique, brûle comme si elle allait arracher la peau, mais la démangeaison s'en va dès que l'on est au contact de l'eau fraîche, et les piranhas s'enfuient quand ils sentent l'odeur.



p93
Commenter  J’apprécie          681
Sesheta   18 août 2008
Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler de Luis Sepúlveda
Le chat grand noir et gros prenait le soleil sur le balcon en ronronnant et en pensant comme c'était bon d'être là à recevoir les rayons du soleil, le ventre en l'air, les quatre pattes repliées et la queue étirée.
Commenter  J’apprécie          690
Jolap   24 avril 2018
Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler de Luis Sepúlveda
Il ne sait peut-être pas voler avec des ailes d'oiseau, mais en l'entendant j'ai toujours pensé qu'il volait avec ses mots....
Commenter  J’apprécie          609
pdemweb1   20 juin 2015
Un nom de torero de Luis Sepúlveda
Un homme peut résister à la douleur. L'étonnant mécanisme du cerveau offre des recoins, des régions de vide absolu dans lesquels il est possible de se cacher, et il reste toujours l'option finale de sombrer dans la folie.

Mais ces deux possibilités de supporter la douleur supposent que l'on croit en - quelque chose - et que l'on voie, que l'on sente qu'en gardant le silence ce - quelque chose - demeure hors d'atteinte des tortionnaires.

Page 20

Commenter  J’apprécie          574
araucaria   23 avril 2012
Les Roses d'Atacama de Luis Sepúlveda
Il y a quelques années j'ai visité le camp de concentration de Bergen Belsen, en Allemagne. Dans un silence atroce j'ai parcouru les fosses communes où gisent des milliers de victimes de l'horreur, en me demandant dans laquelle se trouvaient les restes de cette enfant qui nous a légué le plus émouvant témoignage sur la barbarie nazie et la certitude que la parole écrite est le plus grand et le plus invulnérable des refuges, car ses pierres sont soudées par le mortier de la mémoire. J'ai marché, cherché, mais je n'ai trouvé aucune indication qui me conduise jusqu'à la tombe d'Anne Franck.
Commenter  J’apprécie          540

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le vieux qui lisait des romans d'amour

En quelle année est paru ce roman ?

1990
1991
1992

10 questions
363 lecteurs ont répondu
Thème : Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis SepúlvedaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..