AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.83 /5 (sur 56 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Fougères , 1973
Biographie :

Né en 1973 à Fougères (Ile et Vilaine) David Lefevre, après une décennie de voyages en Asie et en Amérique, s'est installé avec sa compagne chilienne dans une cabane lacustre sur l'île de Chiloé. C'est sur les traces de Nicolas Bouvier que cet écrivain voyageur se rend en Irlande, sur l’île d’Inishmore. Il y rencontre les deux personnages principaux du Journal d’Aran et recueille leurs souvenirs. Puis, sous l’égide d’Éliane Bouvier, il explore les archives manuscrites et iconographiques de ce célèbre "flâneur planétaire". Ce voyage donnera naissance à un essai intitulé "Dans le sillage d’un saumon genevois remontant à ses sources". Entre 2005 et 2010, son attirance affirmée pour les forêts et les steppes argentines le pousse vers la Patagonie, où il effectue plusieurs séjours de trois à six mois.

Dans ses récits, David Lefèvre aime faire office de cueilleur de mémoire. Il privilégie l’enquête, le témoignage et, en particulier, la parole donnée aux anonymes
+ Voir plus
Source : transboréal
Ajouter des informations
Bibliographie de David Lefèvre   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
J'élabore une existence qui ne répond ni à une le stratégie, ni à quelque conflit intérieur
Commenter  J’apprécie          150
David Lefèvre
Sac bouclé, je partis m’asseoir une dernière fois sur le bord de l’Atlantique. Besoin de contempler l’océan qui donnait la direction, d’y promener indéfiniment dans ma bouche la fièvre prolongée du grand saut. Incandescence des émotions… Ferveur de l’appareillage. Les grandes ruptures sécrètent cette goutte de folie brûlante, une adrénaline qui vous prend au corps et pénètre toutes les chairs. Partir. Seul le mot est une délivrance. Il n’y a rien de plus stimulant que de pouvoir dire : “J’ai levé le camp. Je suis hors d’atteinte. Je m’enfonce dans une autre géographie.”
Commenter  J’apprécie          130
je pars marcher. Je longe le lac et essaie de remonter tous les sentiers animaliers ou humains qui se présentent à flanc de montagne. Mes pensées respirent et errent dans toutes les directions. Je suis devenu tour à tour le piéton de ma piste, l’enfant du lac, le contemplateur des forêts.
Commenter  J’apprécie          120
Une chose est incontestable: retrouver la nature et le sens de la terre, c'est retrouver la dignité.
Commenter  J’apprécie          90
Remonter un chemin d’eau vers sa source ou l’accompagner vers l’océan est une des choses les plus enivrantes qui soient. Vous longez une rive, vous suivez une berge, et le trouble délicieux du plongeon dans l’inconnu s’installe en vous. À mesure que vous progressez vers l’amont ou vers l’estuaire, la vie a soudain de grands territoires devant elle. C’est ce que j’ai ressenti en progressant vers le Pacifique.
À l’embranchement des rivières, j’entendais l’eau gicler au pied des versants. Au débouché du Rio Notué, des poissons et leurs dos étincelants frôlaient la surface à hauteur des berges. C’était des saumons gros comme ma cuisse pressés d’avaler la rivière nageoires repliées.
Commenter  J’apprécie          70
Pourquoi suis-je en sécurité, accroupi, le dos appuyé contre le fût d'un coigüe plusieurs fois centenaire. Je ne saurais le dire. Ce n'est pas seulement la formidable énergie qu'il répand ni cette alliance étonnante de robustesse et de délicatesse. Il y a ce sentiment qui persiste et englobe tous les autres sentiments, proche de celui qu'on éprouve à embrasser l'arbre. Le contact de l'écorce produit comme un soulèvement du corps né de la matière transmise. Le coigüe est mon parent. Je ressens entre son aubier et ma chair un rapport ténu, la filiation qui existe de lui à moi. Il n'y a que des êtres à fleur de peau pour s'interroger sur la pensée des pierres ou mûrir l'être des choses et son pouvoir d'initiation. Ceux-là savent ce que l'on éprouve à presser contre soi le corps d'un arbre. Ceux-là voient, dans une relation intime, la beauté s'inscrire en négatif et perçoivent la façon dont les objets sont reliés au cosmos. (p.62-63)
Commenter  J’apprécie          50
Parmi la pléthore de petits insectes gris, je demeure moi aussi un être insignifiant noyé dans la multitude de mon espèce. Je suis malgré tout gagné par le sentiment étrange de me trouver posté soudainement sur l'envers lumineux du courant universel des choses. C'est comme si le lieu contribuait à sauver mon humanité.
Commenter  J’apprécie          60
La cabane est à l’avant-garde. En tant qu’idée, elle s’élève contre l’uniformisation et l’appauvrissement graduel de notre libre arbitre. Où qu’elle nous attende – au bas du chemin, entre les bras hospitaliers d’un chêne centenaire, au détour d’un fjord –, elle incarne une sorte de mythe nécessaire dont notre espoir a besoin pour repousser la fatalité et réenchanter le monde. En suggérant une autre forme d’adaptation à l’environnement, elle questionne notre avenir. Là où elle s’apparente à un mode de vie, voire à un art de vivre, elle inaugure une approche révolutionnaire de l’habitat et des échanges humains. Expression d’un bonheur nouveau, tête de pont d’une aventure écologique, elle est un outil de résistance et de création dans un univers de dévastation volontaire.
Commenter  J’apprécie          40
Chaque coup de pagaie me propulsait vers le cœur sauvage de l'île, là où la terre assure son immortalité.
Commenter  J’apprécie          60
Au menu du dîner : darne de saumon, pain frotté d’ail, bettes du potager. D’abord porter les braises à point, tisonner. Retourner le poisson sur le gril et regarder la chair rosir, repas frugal porté à la perfection.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura