AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 211 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : St Cloud , le 15/01/1982
Biographie :

Cédric Gras a suivi des études de géographie entre Paris, Montréal et Pondichéry, avec quelques coupures pour des voyages au long cours et des expéditions.

Après une année à Omsk en Sibérie et trois ans à Vladivostok, où il a fondé l’Alliance française locale, il a entrepris, entre l’INALCO (Institut National des Langues et des Civilisations Orientales) et l’Université de Moscou, une thèse de doctorat intitulée « l’Extrême-Orient russe et les Russes d’Extrême-Orient : les conditions d’un établissement durable ».

Il a été récompensé en 2004 par une bourse de la vocation de la fondation Marcel Bleustein-Blanchet. Il crée et dirige l'Alliance française de Donetsk, à l'est de l'Ukraine, de 2011 à l'été 2014, où l'Alliance française est fermée à cause du conflit dans l'Est ukrainien, puis reprends l'Alliance française de Karkhov en 2014.

De ces années à Vladivostok, il a fait un récit sur la réalité de la région : "Vladivostok, neiges et moussons".

Avec "Anthracite" en 2016, Cédric Gras publiait son premier roman, une épopée contemporaine entre guerre civile et mines d’anthracite dans l’Ukraine survoltée de l’hiver 2014.
+ Voir plus
Source : www.libella.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
A l'occasion de la 11ème édition du salon international du livre en format livre de poche Saint-Maur En Poche, Pierre Krause du site Babelio recevait sur la scène de la Griffe Noire trois auteurs, Michel Izard, Cédric Gras et Patrice Franceschi pour nous parler de littérature et de voyages. La mer des cosmonautes de Cedric Gras aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1000690-romans--la-mer-des-cosmonautes.html Saisons du voyage de Cédric Gras aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/113030-romans--saisons-du-voyage.html Adélie, mon amour de Michel Izard aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/146055-livre-d-art-et-histoire-de-l-art-adelie--mon-amour.html Ethique du samouraï moderne: Petit manuel de combat pour temps de désarroi de Patrice Franceschi aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/141029-livres-politiques-ethique-du-samourai-moderne---petit-manuel-de-combat-pour-temps-de-desarroi.html La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com #soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
Citations et extraits (154) Voir plus Ajouter une citation
nadejda   17 février 2015
L'hiver aux trousses de Cédric Gras
... j’aime l’automne éperdument. Il est un éloge de la tristesse, et non du désespoir. Il m’est une paix sereine une fois l’an. Septembre, octobre et parfois novembre n’ont pas d’autre ambition que d’en finir posément. Cela aussi convenait beaucoup au flegme des hommes là-bas (extrême-orient russe). Je ne supporte pas le neuf, les images glacées du développement, les régions qui ont tout réussi, les attributs postmodernes et les paysages aménagés. L’automne est avant tout un charme d’hier, un décor poli par le temps.

Il m’a toujours semblé que l’été est un dessin d’enfant colorié à l’aide d’une boîte de crayons de six couleurs. Ses teintes sont primaires, le ciel est trop bleu, les nuages immaculés, l’herbe grassement verte et le soleil, une pépite aveuglante. Le spectre des pigments est utilisé sans art. C’est un monde sans nuances où les feuilles sont gorgées de chlorophylle, la mer est azur et les couchants pareils à ceux des cartes postales. Cela empeste les vacances et la canicule. Le voyage doit avoir un autre éclat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
nadejda   19 février 2015
L'hiver aux trousses de Cédric Gras
Car l’automne est comme une braise qui meurt, gagnée par un tapis de cendres. On ne pouvait plus qu’appeler de ses vœux les myriades de flocons, la neige lourde et drue, et hâter vers le tombeau blanc cette pénible sénescence. Ce n’était pas ces chemins d’un domaine flamboyant et, une écharpe au cou, des promenades achevées au pied d’une cheminée de pierres. C’était un monde sauvage où les forêts avaient vendu leur âme au diable des saisons. Les brises nocturnes figeaient les eaux. Il restait çà et là des taches de livrée automnale, des cuivres et des éclats. Cependant s’annonçait inéluctablement la mue des immensités, la métamorphose de l’incommensurable, l’imminence de l’hiver et le glas de toute vie.
Commenter  J’apprécie          240
Bibalice   01 juin 2016
Anthracite de Cédric Gras
Alors que j'étais encore à l'âge de l'innocence politique, mes parents ont tenu à éclairer le mystère de mon prénom avec gravité :

Vladlen, cela signifie VLADimir LENine, mon garçon, tu étudieras plus tard sa vie et son oeuvre. En attendant, va jouer dans la cour avec Emile, le petit des voisins de palier. Papa doit prendre son tour de nuit à la mine.
Commenter  J’apprécie          170
Zebra   27 avril 2015
L'hiver aux trousses de Cédric Gras
La Terre pour piédestal

[...] "La saison, objet de mon voyage, fil rouge de mes pérégrinations, courait à sa fin et l'altitude précipitait sa perte. Ma brève épopée touchait presque à son but. Avec la marche je me remémorais l'arrière-saison estivale claire et haute en couleur, à Aïm, à Polina Ossipienko ou à Sakhaline. La fuite vers le Sud n'avait pas pu entièrement conserver la primeur de l'été indien. Le temps était allé plus vite que mon allure. J'avais pu le ressusciter à plusieurs reprises mais j'avais aussi contemplé, au hasard des influences maritimes, continentales, altitudinales ou enfin latitudinales, les Trois Automnes de la poétesse Anna Akhmatova. D'abord cette saison pure, "bigarrée et lumineuse" ; des érables de sang, des bouleaux d'or et des ciels d'azur. Puis tout avait semblé plus pâle et les ramures dépouillées flottaient dans un brouillard qui venait fermer le firmament. Akhmatova dit de ce deuxième automne qu'il est "impassible et sans passion, comme la conscience", "tout semble plus vieux et plus blême". J'en étais presque au troisième : la taïga nue et prête pour le pudique voile neigeux. L'année comporte infiniment plus de saisons que les quatre du calendrier. [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
nadejda   25 février 2015
L'hiver aux trousses de Cédric Gras
Les montagnes auront eu dans ma vie la même fonction que les pèlerinages dans le cheminement d’un chrétien, fait de recueillement, de silence et de recul. Je n’ai prié personne, j’ai la retraite bouddhiste, composée de néant, de langueur et de contemplation. Je regarde le ciel longuement, et quand je ferme les yeux tout est bleu et sans fond. Je vois passer en songe les nuages et les vents. Ma géographie intime est un archipel de hauts lieux et mon calendrier secret un fractionné de bonheurs. Nos existences n’ont aucune continuité. Il n’y aura jamais que des échappées. Sur l’olympe de Sikhote-Aline, dans la splendeur diffuse d’un ultime été indien, je poussai ce Soupir mallarméen : « Un automne jonché de taches de rousseur […] Vers l’Azur attendri d’octobre pâle et pur / Qui mire aux grands bassins sa langueur infinie… »
Commenter  J’apprécie          130
Oliv   13 février 2015
Le Nord, c'est l'Est de Cédric Gras
Une foi aveugle dans les points cardinaux est une mauvaise lecture de ce pays. Il faudrait toujours le voir à la verticale, la Volga au midi et l'Amour au septentrion. Car de la Sibérie à l'Extrême-Orient, ce n'est qu'un immense Nord. La machine étatique russe a du génie lorsqu'elle parle de territoires assimilés. C'est bien ainsi que les Slaves se représentent la chose. Lorsqu'ils vont de Moscou sur le 56è parallèle à Khabarovsk sur le 48è, ils affirment le plus naturellement du monde qu'ils vont au nord. Vladivostok, qui est aussi méridionale que les stations balnéaires d'Abkhazie est perçu comme un rivage boréal et Magadan, à la latitude de Saint-Pétersbourg, est le comble de l'enfer.
Commenter  J’apprécie          120
nadejda   17 février 2015
Le Nord, c'est l'Est de Cédric Gras
Ici ( dans l'Altaî) les rayons ont une autre substance, une teneur qui sature votre crâne d'euphorie et de plénitude.

Que dire de ces journées de solitude heureuse dans le silence et dans l'effort ? Quelques flocons, le vent qui saoule, deux ou trois faux pas au-dessus des abîmes. Je suis là parce que régulièrement une voix intérieure m'oblige à aller vérifier la maîtrise que j'ai de ma lâcheté et de mes peurs, comme dans la chanson de Vysotski :

Si un ami a surgi,

Qui n'est ni ami, ni ennemi,

Si tu ne comprends pas au premier coup d'oeil,

S'il est vaillant ou minable

Emmène-le en montagne.

Sait-on jamais si l'on est son propre ami ?



p 144-145 éditions libretto

Commenter  J’apprécie          110
ignatus-reilly   02 juin 2011
Vladivostok, neiges et moussons de Cédric Gras
Vraiment, je ne sais pas pourquoi j'aime la Russie. Je l'ai découverte par hasard, un peu hagard, et elle s'est imposée. Je cherchais une terre d'asile, de nouveaux horizons. Je voulais aussi cultiver une certaine manière de vivre, généreuse et une peu triste. Je voulais l'immense, le froid, le farouche et le grand.
Commenter  J’apprécie          100
Oliv   13 février 2015
Le Nord, c'est l'Est de Cédric Gras
Pourquoi en étais-je là, à Krasnoïarsk, sous la fraîche bruine du mois d'août, alors qu'au même moment l'humanité dénudée recouvrait les plages de Trinité-et-Tobago, que des gens buvaient du chianti en Toscane et que d'autres regardaient sans fin basculer le fascinant déluge tropical des chutes d'Iguazu ? Sans doute, parce qu'au plus profond de moi, j'aime le Nord dans tous ses états.
Commenter  J’apprécie          90
Oliv   07 juillet 2018
Anthracite de Cédric Gras
Le dépècement de l'URSS avait laissé quelques problèmes de cadastre à l'échelle continentale. Tous ces camarades qui cohabitaient jadis dans un idéal de classe ouvrière s'étaient rabattus sur des idées plus bornées et terre à terre. Il y avait aussi un Serbe qui nettoyait compulsivement son arme. On affluait vers le Donbass pour poursuivre des conflits larvés ou avortés. La région devenait le défouloir. Les Serbes étaient venus prêter main-forte aux séparatistes pour s'acquitter du soutien russe en Yougoslavie. Les Croates s'enrôlaient en face avec les Géorgiens et roulaient pour Kiev. Les Tchétchènes, les Ossètes ou des aventuriers européens marchaient pour Donetsk. Des représentants de toutes les Russies se tenaient prêts à faire face aux paramilitaires polonais, américains ou lituaniens. Une nouvelle guerre, froide et indirecte, naissait autour de nous. L'Ukraine était une case stratégique du jeu d'échecs.
Commenter  J’apprécie          80
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Cédric Gras

De quelle nationalité est-il ?

Français
Allemand
Italien
Anglais

6 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Cédric GrasCréer un quiz sur cet auteur
.. ..