AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.05 /5 (sur 596 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Lake Mills, Iowa , le 18/02/1909
Mort(e) à : Santa Fe, Nouveau-Mexique , le 13/04/1993
Biographie :

Wallace Earle Stegner est un écrivain, romancier et historien américain écologiste.

Il grandit à Great Falls dans le Montana ainsi qu'à Salt Lake City dans l'Utah et dans le sud de la Saskatchewan, lieux dont il parle dans son autobiographie "Wolf Willow" (1955). Il achève sa licence à l'Université d'Utah en 1930.

Il a enseigné à l'Université du Wisconsin et à Harvard avant de s'installer à l'Université Stanford où il crée un cours d'écriture créative qu'il dirige de 1946 à 1971. Il est élu au conseil d'administration du Sierra Club où il siège de 1964 à 1966.

Engagé en faveur de l’environnement, il a co-fondé, en 1962, le Commitee for Green Foothills, une organisation non-gouvernementale qui agit au niveau local pour protéger les "collines, forêts, baies, marécages et zones côtières" de la péninsule de San Francisco. Le recueil "Lettres pour le monde sauvage" (2015) réunit douze de ses textes consacrés à des réflexions sur l’environnement et la nature.

Il décède dans un accident de voiture, alors qu'il se rend dans la ville de Santa Fe pour y donner une conférence.

Wallace Stegner a écrit une soixantaine d'ouvrages, pour la majeure partie des biographies et des livres d'histoire.

Le roman de Stegner "Angle d'Equilibre" (Angle of Repose, 1971) gagne le Prix Pulitzer pour la Fiction en 1972.

Stegner gagne également le National Book Award pour "Vue Cavalière" (The Spectator Bird, 1976) en 1977 ainsi que le California Arts Council award pour l'ensemble de son œuvre en 1991.

Il est le père de l'écrivain Page Stegner.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Wallace Stegner   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Wallace Stegner Quotes

Podcasts (1)


Citations et extraits (182) Voir plus Ajouter une citation
santorin   01 mars 2021
Vue cavalière de Wallace Stegner
De gros bouvreuils se coulent les uns auprès des autres, des colombes écervelées fourragent dans l'herbe, le champ d' à côté se couvre soudain de rouges-gorges qui arrivent telles des feuilles amenées par le vent, y font un rapide pique-nique et s'en retournent tous ensemble comme pour répondre à une convocation. De la fenêtre du bureau j'observe des troglodytes et des mésanges dans le chêne vert. Les premiers qui nichent dans le même trou pour la cinquième année consécutive, sont fort occupés ; c'est un ballet de queues obliques qui y entrent, de têtes pointues barrées d'un sourcil blanc qui en ressortent. Ils sont maussades et agressifs, et je me prends à me demander pourquoi moi qui serais aussi irritable qu'eux, je préfère de beaucoup les plus sociables mésanges. Cela vient peut-être de ce qu'elles font ce que j'ai toujours pensé que nous ferions à leur place : elles se bornent à gober les mouches sans souci du temps qui passe, elles font voler les feuilles mortes, jouent à cache-cache dans les arbres et, d'une manière générale, prennent du bon temps.

C'est grâce à cette sorte de méditation que je reste, à près de soixante-dix ans, aussi bienheureux et sain d'esprit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          368
santorin   11 mars 2021
Vue cavalière de Wallace Stegner
C'est comme la semaine dernière, quand mon dentiste m'a annoncé que la molaire qu'il a tenté de sauver en intervenant sur la chambre pulpaire va finalement devoir être arrachée. Pas besoin de tarots ni de marc de café pour prédire l'avenir : dans un premier temps, bridge, s'il trouve à quoi le fixer ; puis prothèse partielle ; enfin déblayage complet de tous les vieux chicots pour ménager de la place aux fausses dents, à un "appareil", comme dit la télé. Viendra le matin où, me regardant dans la glace, je verrai un quidam aux joues creuses, aux yeux apeurés et à la bouche en sphincter d'oursin.

Je suis capable d'en prendre mon parti. Il ne faut pas que je me laisse miner par ce genre de rumination. Une chose est sûre : ce ne sont pas des perspectives qui me réjouissent, et je ne goûte pas du tout le plus petit signe montrant que le bonhomme est en train de partir en capilotade. L'autre jour, au musée, après un rapide coup d'oeil, la petite jeune fille qui tenait le guichet m'a demandé d'un ton enjoué : "Carte vermeille, monsieur ?" et m'a délivré des billets à cinquante pour cent. Même Ruth en a été secouée. Dans l'état où j'étais après cela, le demi-tarif paraissait encore trop cher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
marina53   17 mars 2020
Une journée d'automne de Wallace Stegner
Son visage n'était que peau parcheminée sur les os, avec un nez saillant, un front haut, des cheveux sans vie tirés sévèrement sur le crâne, et des orbites si profondément enfoncées que, de prime abord, on les eût dites creuses comme celles d'un crâne.
Commenter  J’apprécie          320
missmolko1   31 juillet 2018
Une journée d'automne de Wallace Stegner
Mais, comme bien d’autres femmes, Margaret Stuart avait gardé dans le regard toute la vie qui s’était petit à petit desséchée dans le reste de son corps, et quiconque croisait ses yeux ne pouvait que s’étonner de l’avoir prise pour une vieille femme. Ils étaient d’un bleu soudain et violent, clairs et sans voile, et durs comme la glace. Son corps était celui d’une femme de soixante ans, mais ses yeux ceux d’une femme de trente ans. En réalité, elle en avait quarante-sept.
Commenter  J’apprécie          260
JIEMDE   25 septembre 2018
Une journée d'automne de Wallace Stegner
Cette passion-là était morte étouffée dans les geôles irrespirables de la culpabilité.
Commenter  J’apprécie          230
marina53   16 mars 2020
Une journée d'automne de Wallace Stegner
Les années s’écoulèrent comme du sable sous leurs pieds, les saisons se succédèrent au même rythme lent, du premier rouge-gorge et des premiers boutons de lilas à la chaleur étouffante de l’été, aux trilles métalliques des grillons et aux lucioles illuminant le velours noir de la nuit ; des dernières flammes du sumac et de l’érable à la longue attente de l’hiver ; puis de nouveau les premières pointes de crocus sous la neige.
Commenter  J’apprécie          210
LiliGalipette   04 septembre 2012
Vue cavalière de Wallace Stegner
« Comment vivre et vieillir harmonieusement au sein d’une culture qu’on méprise, quand, de surcroît, on n’a pas une bien haute idée de soi-même. » (p. 154)
Commenter  J’apprécie          220
LiliGalipette   04 septembre 2012
Vue cavalière de Wallace Stegner
"C'est tout le charme du journal intime. On y touche le seul public vraiment compatissant." (p. 59)
Commenter  J’apprécie          210
sabine59   09 septembre 2018
Une journée d'automne de Wallace Stegner
Des araignées d'eau, légères comme l'air, patinaient sur les bords de la rivière avec adresse, et un tangara écarlate luisait comme une flamme sur le fond vert des bois.
Commenter  J’apprécie          190
JIEMDE   25 septembre 2017
L'envers du temps de Wallace Stegner
Ils se tiennent au bord de la conscience comme ces croix que l'on dresse au bord de la route à l'emplacement d'un accident mortel.
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur



.. ..